L'essai auto du week-end : Infiniti EX 30d, un 4x4 de prestige à... moteur Renault

 |   |  776  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Ce 4x4 de luxe nippon est désormais équipé d'un diesel... Renault, qui développe 238 chevaux. Cette belle voiture se conduit comme une sportive. Quel agrément ! Un engin plein de charme, qui séduira les passionnés d'automobile au solide compte en banque.

Infiniti, vous connaissez ? Non. Logique, cette marque de prestige du japonais Nissan n'était diffusée jusqu'à présent qu'aux Etats-Unis, en Russie ou au Proche-Orient. Mais, jaloux du relatif succès de Toyota avec Lexus, le partenaire nippon de Renault tente l'aventure en Europe. Pour l'instant, trois concessionnaires à peine diffusent les modèles de la marque en France. Peu de chance donc d'en croiser une à chaque coin de rue. C'est l'assurance d'une certaine exclusivité.

Sensuel et "cosy"

L'EX 30d, que nous avons essayé, est un 4x4 routier (on appelle cela "SUV" dans le jargon anglo-saxon à la mode) aux lignes agressives et sensuelles, avec ses arrondis qu'on dirait dessinés chez Jaguar ou Alfa Romeo. Une forte personnalité. A l'intérieur, la présentation mélange harmonieusement modernité et rondeurs à l'ancienne, comme sur le haut de la planche de bord, les contre-portes et les sièges. La montre analogique apparaît délicieusement surannée. L'ensemble se montre avenant et "cosy", très "british". C'est chic et vraiment haut de gamme. La finition est globalement valorisante, comparable à celle d'une Lexus. Mais, le faux bois est tout à fait déplacé à ce niveau de prix ! En contrepartie des lignes arrondies, l'habitabilité est franchement limitée à l'arrière, avec un coffre réduit !

Plaisir toujours renouvelé

Au démarrage, l'éveil du six cylindres à gazole Renault de 3 litres de cylindrée développant 238 chevaux est un plaisir toujours renouvelé. Quelle belle sonorité, rauque, profonde ! Rien à voir avec le bruit de machine à laver d'un petit diesel. Les accélérations sont à l'avenant, offrant une formidable impression de puissance, merveilleusement distillée par une transmission automatique à sept rapports, très réactive (en position S) et fort bien calibrée. Elle est peut-être juste un peu brutale en ville. Sinon, sur route sinueuse, l'efficacité est remarquable. La cavalerie déboule sans tarder, à la moindre relance, sans aucun à-coup. Rien à voir avec les récents diesels "downsizés" (littéralement rapetissés), amorphes et rugueux. Bref, une voiture politiquement incorrecte, voire provocante, qui fera bondir les gourous de l'"anti-bagnole". Mais les passionnés de belles mécaniques nous comprendront. Les consommations restent contenues - tout est à nuancer - au-dessous de 11 litres aux cent. C'est moins qu'un Mercedes équivalent, mais plus qu'un BMW X3, pourtant plus puissant.

Véhicule d'exception

Le comportement routier est tout aussi plaisant, avec une jolie précision. Le tout, dans un confort feutré. Le plaisir ressenti à bord est bien réel. Il s'agit indéniablement d'un véhicule d'exception, qui démontre la maîtrise de Nissan en matière de motorisations - le diesel Renault a été retravaillé - et de trains roulants. La transmission intégrale aux quatre roues est là pour la sécurité, notamment sur la neige. La garde au sol n'étant guère élevée (pour un 4x4), les escapades en tout-terrain seront limitées à des chemins ni creux ni boueux. La filtration des bruits de roulement est tout aussi réussie. On se trouve incontestablement dans un modèle de grande classe. Le seul désagrément à la conduite provient du rayon de braquage, qui rend les man?uvres difficiles en ville. L'EX braque mal.

Prix élevé et options mesquines

L'EX 37 à moteur à essence, conçu pour le marché américain, était voué à la confidentialité de ce côté de l'Atlantique. Mais, la version diesel lui redonne de l'intérêt en Europe. Tout est relatif, cependant. Le prix reste très élevé, même s'il est inférieur à celui des rivales germaniques. Pour des prestations à la hauteur des promesses, il faut d'ailleurs avoir recours à la finition GT, qui fournit notamment les sièges en cuir indispensables à ce niveau de gamme. Cela n'empêche pas des options mesquines, comme la peinture métallisée, le toit ouvrant, le vrai bois au tableau de bord ou le système audio à la pointe du progrès. Franchement, là, c'est exagéré ! Quant au réseau après-vente, il est réduit à la portion congrue. Un modèle original, d'exception même, réservé à quelques hédonistes sans contrainte financière, qui ne veulent pas rouler dans une BMW ou une Audi, comme "tout le monde".

 

Modèle d'essai : Infiniti EX 30d GT: 51.750 euros (+ 1.600 euros de malus)
Puissance du moteur : 238 chevaux (diesel)
Dimensions : 4,64 mètres (long) x 1,80 m (large) x 1,58 m (haut)
Qualités : ligne sensuelle, intérieur chic, agrément mécanique exceptionnel, performances, comportement routier sûr, confort
Défauts : consommation, prix, options mesquines, habitabilité réduite, réseau après-vente limité
Concurrentes : BMW X3 3,0d Excellis: 54.150 euros ; VW Touareg 3,0 V6 TDi Carat : 55 050 euros ; Mercedes ML 350 CDI Pack Sport : 58.500 euros

Note : 14,5 sur 20

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :