L'essai auto du week-end : la Peugeot 5008, pour familles sérieuses à moral d'acier

 |   |  1083  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Doux et précis à conduire, assez confortable, spacieux, le monospace de la marque au lion constitue un bon achat. Avec sa boîte automatique, il privilégie l'absence de fatigue sans diminuer l'agrément. Dommage, la carrosserie sans charme et la présentation "noirâtre" donnent une image un peu sinistre de la famille.

C?est massif, carré, sans fioritures. Contrairement à son petit frère 3008 plus râblé, ou au Citroën C4 Picasso plus extraverti, le 5008 n?a aucune vocation de séducteur. Dommage. La partie arrière nous paraît particulièrement lourdingue, tarabiscotée et sans grâce. Ce n?est pas parce qu?on s?adresse aux familles qu?il faut faire ennuyeux ! Bref? A l?intérieur, notre modèle d?essai n?était pas beaucoup plus charmeur, avec une "harmonie" (?) de noirs, des sièges à petits carreaux bas de gamme. Quelle conception sinistre de la famille ! Pas de quoi encourager les couples à faire des enfants ! Peugeot a-t-il oublié qu?il savait jadis faire des voitures plus chaleureuses ? Ou cherche-t-on à imiter les Allemands ou Asiatiques dans ce? qu?ils font de moins bien ?

Bonne position de conduite

Sinon, on retrouve l?énorme planche de bord du 3008, plutôt ergonomique et rationnelle, avec des commandes faciles à trouver, mais encombrante et qui empiète sur l?espace habitable sans fournir pour autant beaucoup de rangements. La position de conduite, haute, est bonne. Les accoudoirs avant, réglables, permettent, de poser le bras idéalement. Grâce au grand pare-brise et au toit vitré panoramique - non ouvrant -, la lumière pénètre largement. De quoi ensoleiller un peu l?habitacle. En revanche, on reprochera au 5008 certains plastiques assez ordinaires comme le placage luisant de la console qui fait toc et une finition qui pourrait être meilleure. C?est mieux qu?à bord d?un Ford C-Max, mais les plastiques, les assemblages extérieurs et intérieurs, le bruit de fermeture des portières sont moins rassurants que sur un Volkswagen Touran.

Une vraie fonctionnalité

Pour le reste, tout apparaît bien pensé. L?habitabilité se révèle bonne, mais les trois sièges arrière sont étroits, et le coffre logeable. On a certes un peu moins de place que sur le grand monospace 807 (surtout à sept personnes). Mais, comme le 5008 est plus court tout en coûtant 10.000 euros de moins environ, on le lui pardonne. Le maniement des sièges est d?ailleurs plus pratique. Fonctionnel, le 5008 conviendra parfaitement aux familles, d?un pur point de vue rationnel. On pestera toutefois contre les portières sans retenue suffisante. Si on les ouvre brutalement, elles se referment tout aussi brusquement. Dangereux. Et nos récriminations portent aussi sur l?autoradio médiocre, une mauvaise habitude chez Peugeot. En revanche, bravo pour le GPS qui signale les radars fixes. L?affichage "tête haute" de la vitesse devant les yeux est aussi une bonne chose.

Une conduite plaisante

La conduite constitue, elle, une excellente surprise. Mais, avec Peugeot on est habitués. Le nouveau diesel de 2 litres de cylindrée et 163 chevaux combiné à une transmission automatique est remarquable de souplesse, tout en offrant des performances très convaincantes. Redisons une fois de plus que le HDi de PSA est bien plus soyeux et agréable que le fameux TDi de Volkswagen. La transmission est satisfaisante, même si le passage des vitesses est parfois un peu lent et si des changements intempestifs d?humeur du conducteur entraînent une certaine brutalité. On aimerait aussi ne pas se retrouver en cinquième dès 60 à l?heure. Mais la voiture rétrograde intelligemment et une position "S" la rend encore plus réactive, tout en fournissant davantage de frein moteur en descente.

Malheureusement, la consommation en prend un coup. Il n?y a rien de rédhibitoire, certes. Mais cette transmission reste énergivore. Nous avons consommé en moyenne plus de 8 litres aux cent kilomètres sur un parcours essentiellement routier et autoroutier. C?est plus qu?avec un Touran TDI de 170 chevaux équipé de la transmission DSG. Ceci dit, à notre gré, l?absence de fatigue et l?agrément nous incitent à conseiller malgré tout cette transmission automatique.

Tenue de route au-dessus de tout soupçon

Malgré sa hauteur et son poids, le 5008 se conduit comme n?importe quelle bonne berline. Les ingénieurs du groupe PSA restent les champions pour ce qui est de peaufiner les trains roulants. La tenue de route ne mérite que des éloges. Et on a l?impression de faire ce qu?on veut avec le 5008. La direction est toutefois un peu trop légère. Et quelques vibrations et louvoiements du train avant lors de fortes accélérations ou d?un freinage appuyé dérangent. Le confort demeure un peu ferme pour une voiture française. Mais il se combine fort bien au comportement routier. La synthèse demeure plaisante. Regrettons cependant le travail trop bruyant des suspensions qui dégrade subjectivement l?impression de confort.

Réussite technique

Le 5008 est globalement réussi au niveau technique. On est bien à bord d?un vrai monospace avec tous ses ingrédients. Et, en même temps, l?agrément de conduite n?a pas été oublié. Le 5008 séduit par sa disponibilité, son aisance. Un véhicule que l?on apprend à apprécier au quotidien et au fil des kilomètres. On peste d?autant plus sur l?absence de charme. Etre père ou mère de famille n?est quand même pas une punition. Les stylistes sont-ils en panne d?imagination ?

Un tarif assez élevé

"Notre" 5008 de 163 chevaux avec la boîte automatique s?affiche en finition Premium Pack à 32.450 euros, plus 750 de malus. Il comporte l?essentiel, comme les "airbags" frontaux, latéraux avant et rideaux, la climatisation, le frein de stationnement électrique, l?aide au stationnement déconnectable, le toit panoramique et le GPS. Mais le 5008 n?est pas bradé. Finalement, le monospace compact idéal pourrait être, selon nous, un Peugeot 5008? recevant une carrosserie de Citroën Grand Picasso, costaud comme un Volkswagen Touran et accueillant à l?intérieur comme un Renault Grand Scénic (dans ses versions haut de gamme).

Prix du modèle d?essai : Peugeot 5008 2,0 HDi Premium Pack bva: 32.450 euros (+malus : 750 euros)
Puissance du moteur : 163 chevaux (diesel)
Dimensions : 4,53 mètres (long) x 1,84 (large) x 1,64 (haut)
Qualités : moteur doux et docile, transmission automatique réactive, comportement routier satisfaisant, confort acceptable, habitabilité et fonctionnalité, affichage "tête haute" de la vitesse utile
Défauts : présentation triste, quelques plastiques "toc", carrosserie sans charme, consommation élevée, suspensions bruyantes, auto-radio médiocre
Concurrents : Ford Grand C-Max TDCi 163 Powershift Titanium : 30.850 euros ; VW Touran TDi 140 DSG Carat : 31.250 euros ; Renault Grand Scénic dCi 150 bva Privilège : 32.000 euros ; Citroën C4 Grand Picasso HDi 160 bva Exclusive: 33.250 euros

Note : 14 sur 20

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/07/2011 à 13:12 :
Au depart, je n'ai pas achete ce 5008 pour son physique (que vous qualifez de "sans charme". Cependant, en blanc nacre, il s'avere qu'il fait plutot tourner les tetes et que je recois regulierement des compliments (alors que ca n'avait pas ete le cas pour mon precedent vehicule, un C5 Tourer Exclusive noir qui est juge particulierement elegant par la presse specialisee). Comme quoi...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :