ESSAI AUTO Hyundai i40 : La familiale coréenne qui se veut européenne

 |   |  1855  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le constructeur l'affirme : elle a été dessinée en Europe. Ses lignes sont pourtant plus inspirées d'une Ford Mondeo ou d'une Opel (GM) Insignia que d'une Audi A4 ou d'une Peugeot 508 ! En tous cas, la Hyundai offre un petit diesel sobre, un comportement routier sérieux et une belle habitabilité. Mais la position de conduite est perfectible. Et de nombreux détails agacent.

Hyundai vise directement la Volkswagen Passat, reine de la catégorie en Europe ! Rien de moins. Avec ce break familial illustrant sa montée en gamme, le coréen affirme disposer d'une voiture typiquement européenne, dessinée sur le Vieux continent, et capable de rivaliser avec les meilleures allemandes, françaises ou japonaises ! La firme du Pays du matin calme n'a pas froid aux yeux. D'ailleurs, pas question de faire de la figuration ! Hyundai table carrément avec ce modèle sur 60.000 ventes en Europe pour 2012. Soit la moitié à peine des volumes escomptés par Peugeot pour la 508. Et plus que ceux d'une Renault Laguna. Pas mal pour un « outsider » plus connu jusqu'ici pour ses petits modèles bas de gamme (ou ses 4x4) que pour ses routières.

Lignes un peu torturées

Alors, européenne ou pas ? Avec son « Fluidic Sculpture » ( !), Hyundai assure avoir dessiné une voiture émotionnelle, dynamique, élégante... Mmmouais, chacun ses goûts ! Pour notre part, nous la trouvons quand même un rien surchargée, presque torturée, avec plein de moulures en tous sens, pour faire riche. Pas sûr que ce soit l'idéal esthétique des Européens, comme le proclame le constructeur. D'ailleurs, l'inspiration est plutôt Ford ou Opel (GM) que Volkswagen ou Peugeot ! L'i40 ressemble effectivement à un break Ford Mondeo mâtiné d'Opel Insignia. Quant à la planche de bord, elle semble très proche de cette dernière avec quelque chose de la première ! Faux aluminium et faux bois laqué noir sont évidemment au programme. En tous cas, qu'on aime ou pas le style un brin « nouveau riche », reconnaissons des assemblages extérieurs et intérieurs soignés ainsi que des matériaux d'assez bonne qualité. De ce côté, les progrès sont flagrants. Même si on déplore des plastiques durs et des alignements approximatifs entre planche de bord et contre-portes.

Gadgets exaspérants

Les lignes très courbes, le pare-brise incliné, facilitent certes une bonne aérodynamique, mais rendent l'accessibilité pas forcément idéale. Il faut s'introduire et s'extraire avec quelques contorsions, comme sur un coupé ! Et, si l'on aime conduire en position assez haute, le front frôlera le haut dudit pare-brise. Et la tête sera carrément dans le pavillon. Gênant. Cette position de conduite perfectible doit compter avec une assise longue et relevée au niveau du genou, qui dérangera ceux qui n'ont pas de très longues jambes. La colonne de direction est aussi très basse (inspiration BMW). On a du mal à passer la cuisse entre le haut de l'assise et le bas du volant. Heureusement, en version de pointe, le siège recule automatiquement pour faciliter la sortie. Le hic, c'est qu'il se remet en place non à la fermeture de la portière ou au contact mais au démarrage. Or, pour démarrer, il faut appuyer à fond sur l'embrayage, ce qu'on ne peut faire puisque le siège est reculé à fond ! A moins de se contorsionner. Voilà l'exemple des quelques maladresses de cette Hyundai. Il y en a d'autres... Impossible de refermer ainsi le toit ouvrant sans fermer aussi le volet opaque intérieur... Et si l'on veut ouvrir le volet seulement, pour laisser passer la lumière à travers le toit vitré, celui-ci s'ouvre immanquablement. Il faut alors tâtonner et doser au millimètre la commande pour tomber pile ! Bref, il faut s'y reprendre à trois ou quatre fois. Passons aussi sur le radar de stationnement strident, qui crie avant d'avoir mal, ou le GPS qui refuse de se mettre en marche avant qu'on ait appuyé sur la touche « J'accepte ». Car, à chaque redémarrage, il affiche une stupide page de littérature du genre « je m'engage à conduire prudemment... ». Et tant qu'on n'a pas accepté, il s'obstine à ne pas fonctionner. Dans sa volonté de faire du « tout gadget », Hyundai est devenu caricatural !

Habitabilité satisfaisante mais sensation de confinement

L'habitabilité et le volume du coffre sont très satisfaisants. Parmi les meilleurs de la catégorie. Mais, les formes enveloppantes de la carrosserie, l'énorme planche de bord, donnent une impression de confinement. Du coup, si, mètre en main, on a de la place, ce n'est pas ce que l'on ressent. A l'avant, on a même l'impression d'être dans un véhicule étriqué. Cette obsession du coupé... Alors que l'ex-grande berline Hyundai Sonata était carrée, accessible et habitable, la nouvelle i 40 en prend l'exact contre-pied. Un peu excessif.

Beaucoup d'équipements

Question équipements dernier cri, Hyundai en met donc plein la vue Accès et démarrage mains libres, caméra de recul, GPS, dès le deuxième niveau de finition Pack Business. On a droit au toit ouvrant panoramique et à l'assistance pour se garer (destinée à ceux qui n'ont jamais appris à faire un créneau) sur la finition Pack Premium. Sur la version de pointe Premium Limited, on bénéficie en plus de l'assistance au maintien en ligne droite, des feux adaptatifs au xénon, des sièges avant chauffants et ventilés et, bien évidemment, du cuir. Dommage que cette profusion ne se retrouve pas dans le choix des coloris extérieurs, limité : blanc ou trois nuances de gris-noirs tristes ! A l'intérieur, seule la version la plus onéreuse Premium Limited permet d'échapper au noir lugubre avec une possibilité de sellerie cuir beige clair.

Petit diesel un peu creux

Après ces considérations, prenons le volant. Le tout petit diesel 1,7 est disponible en deux puissances (115 et 136 chevaux). C'est cette dernière que nous avons essayée en boîte manuelle. Une fois de plus, nous déplorerons le creux caractéristique de ces nouveaux diesels de cylindrée réduite. Faute de souffle pour arracher un ensemble assez lourd, le moteur peine au démarrage. Patinage d'embrayage et emballement à l'accélérateur sont obligatoires. Mais ce moteur n'en reste pas moins civilisé. Il ne distille pas les à-coups que l'on retrouve au démarrage sur le petit TDi Volkswagen de 105 chevaux ou le dCi 130 de Renault. Et, pour peu que l'on dose embrayage et accélérateur, il ne cale pas. Déjà ça. Cette mécanique est à double visage. Si, au-dessous de 1.800 tours, elles se montre atone, au-delà, elle s'anime vigoureusement. Dès que le turbo se met en marche, les performances deviennent satisfaisantes, avec même un allant insoupçonné. Sur la plage 1.800 -2.500 tours, la plus utilisée, ce moteur est même franchement vivant. Mais, il ne faut pas hésiter à rétrograder pour relancer la mécanique. D'autant que les rapports supérieurs sont allongés pour moins consommer. Heureusement, la transmission rétrograde volontiers, sans rechigner. Le levier est un peu rugueux, mais la boîte de vitesses reste précise. La boîte automatique (1.000 euros de plus) évite évidemment les désagréments au démarrage. Mais elle n'est pas aussi intelligente que les transmissions européennes. Elle monte trop rapidement les vitesses, comme pour s'en débarrasser, et rechigne à rétrograder avant un virage. Un peu comme sur les voitures américaines. Du coup, on manque de précision mécanique et on n'est pas au rapport voulu. Finalement, nous conseillons la boîte manuelle. La sobriété est en tous cas au rendez-vous. Nous avons consommé 6,5 litres aux cents sur route et autoroute, 7,5 en ville.

Comportement routier sérieux

Le comportement routier a été très sérieusement conçu. Les efforts payent. La voiture est plutôt agile et se place bien. Mais, les pneus (coréens) ne sont pas terribles et, sous la pluie, le train avant n'est pas totalement sécurisant. D'autant que la direction, agréablement légère à basse vitesse, induit une certaine imprécision. Avec la finition Premium Limited, que nous avons testée, on a malheureusement des énormes jantes « sportives » de 18 pouces avec des pneus trop larges - d'où le flou - et aux flancs pas assez hauts. Redisons encore une fois que ces montes pneumatiques - fragiles et onéreuses à remplacer - dégradent sensiblement le confort. Ralentisseurs, plaques d'égout, inégalités de la chaussée, induisent trop de trépidations inutiles. Le « toucher de route » devient rugueux. Tout ça, pour épater son voisin le long d'un trottoir, avec des jantes « méchantes » ! A quels sommets de bêtise la mode ne se hisse-t-elle pas ? Quelle société de consommation m'as-tu-vu ! Surtout que, ainsi, les consommations grimpent un peu, le comble ! Mais Hyundai ne fait pas pire que ses concurrents, il est vrai. Les versions inférieures s'en passent, avec des pneus moins extrêmes. Mais, alors il faut abandonner le cuir et les gadgets de pointe. Quel est le gourou du marketing qui a décidé que luxe devait rimer avec inconfort ? La plupart des constructeurs associent désormais finitions complètes avec cuir et pneus « tape-cul ». Encore bravo au stupide initiateur de cette vogue...

Des prix à la hausse

La Hyundai i40 est disponible en break. Une déclinaison berline arrivera fin novembre. Les tarifs sont intéressants compte tenu de l'équipement, fourni, voire pléthorique. Mais les Hyundai n'offrent plus un prix canon comme par le passé. Loin de là. On peut s'offrir une i40 à essence (peu recommandable) pour 24.900 euros (tarif d'appel). Dans cette même finition de base Pack Sensation, le diesel de 115 chevaux est à 26.950 euros. Pour la motorisation de 136 chevaux, un peu mieux adaptée au poids, la gamme démarre à 30.900 euros en Pack Premium. La Premium Limited, elle, s'affiche à 34.400 euros. Aïe, là, ça commence à faire cher ! C'est plus qu'une Opel Insignia équivalente ! D'autant que la revente risque d'être problématique. Ceux qui apprécient l'esthétique et passeront sur les détails agaçants et une position de conduite perfectible n'ont toutefois aucune raison de se méfier. La fiabilité des Hyundai n'a plus à rougir face aux japonaises. Elle est même parfois meilleure que celle des européennes, comme l'attestent les enquêtes aux Etats-Unis. D'ailleurs, le constructeur offre cinq ans de garantie et d'assistance ! Pour rassurer ceux qui se méfient d'une médiocre image de marque, laquelle n'est plus du tout justifiée aujourd'hui. Si on voit mal un acheteur de Volkswagen Passat, de Peugeot 508 ou de Citroën C5 hésiter en Europe, l'i40 peut être une solution alternative à l'acquisition d'une Ford Mondeo, Toyota Avensis, Mazda 6, même ci ces trois modèles sont très homogènes. L'i 40 peut aussi être choisie face à une Opel Insignia, au diesel moins moderne.

Modèle d'essai : Hyundai i40 1,7 CRDi 136 Premium Limited : 34.400 euros

Puissance du moteur : 136 chevaux (diesel)

Dimensions : 4,77 mètres (long) x 1,81 (large) x 1,47 (haut)

Qualités : finition satisfaisante, équipement riche, esthétique qui se voit, habitabilité, tenue de route, moteur sobre et vif...

Défauts : ... mais creux au démarrage, monte pneumatique aberrante, accessibilité médiocre, position de conduite perfectible, lignes un peu clinquantes, gadgets parfois irritants, prix assez élevé.

Concurrentes : Ford Mondeo SW TDCi 140 Titanium : 30.100 euros ; Opel Insignia Tourer CDTi 130 Cosmo Pack : 32.850 euros : Peugeot 508 SW HDi 140 Féline : 35.900 euros

Note : 12,5 sur 20

Retrouvez tous les essais auto

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/02/2013 à 19:36 :
tout ça pour 12.5/20 pffffff
je m'attendais à un 5/20
a écrit le 25/02/2013 à 19:15 :
aie! c'est dur comme verdict, et l'analyse ne tarit pas d'injures! voilà pourquoi sur les modèles étrangers les sites français sont peu recommandables "vendons d'abord maison"
a écrit le 26/09/2012 à 0:13 :
Purée quand je lis certains commentaires du genre "comment annoncer en repas de famille qu'on roule en Hyundai" alors que ces memes personnes seraient fiers d'annoncer rouler en C5 ou en 508 je suis mort de rire!!!Parce que pour vous Peugeot ou Citroen sont de bonnes marques?? mdr C'est vraiment ne rien connaitre aux véhicules!!Que doivent dire ceux qui possedent des BMW, Mercedes ou sans prendre aussi cher des Honda et autres Toyota....Pauvres franchouillards!!La verite c'est juste que la hyundai dame le pion aux sacro saintes francaises et que ca en enerve plus d'un!!Quand au cote invendable; avec une garantie 5ans par rapport a une francaise garantie 2 ans; personnellement sur l'occasion je n'hesite pas une seconde!!!!
Réponse de le 23/01/2014 à 18:30 :
Je suis bien d'accord avec toi, et niveau fiabilité bien mieux que pigeot ou citroen
a écrit le 17/05/2012 à 9:29 :
Yes! autant l article souffre d un léger parti pris (mais ce que j en retire est que Mr Verdevoye a du mal à avouer que la voiture est bonne haha), mais certains commentaires sont tout simplement ineptes. Rougir parce qu on annonce qu on conduit une Hyundai, ca tient du délire, ou de la mauvaise blague. La voiture est, bonne, sérieuse et pas chère...la comparaison avec les autres fait mal voila tout. Aucune autre n offre autant d equipements pour ce prix. comparer uniquement les chevaux affichés par les motorisations n a pas de sens : ce qui compte est la capacité du moteur a entrainer suffisamment la voiture. perso, entre un 136cv (i40)et un 163cv(508), si les deux sont dynamiques de maniere identiques, c est la que la comparaison intervient, pas sur le chiffre du moteur...
a écrit le 20/11/2011 à 20:15 :
Bonjour blg
C'est clair que l'article est d'un parti prix total, mais bon c'est souvent le cas lorsque les choses évolués (voir les premiers essais et commentaires sur la Peugeot 3008 : cette voiture ne se vendrait jamais !!!)
Bref j'ai signé pour un premium limited BM, mais je peux avoir un BAuto à la place, quel modèle as tu car je cherche des infos sur les conso réelles.
a écrit le 14/11/2011 à 5:42 :
Cet article fait preuve d'un parti pris d'emblée. Je l'avais lu lors de mes recherches de renseignements sur ce véhicule, et avait été étonné par sa virulence.
Depuis, j'ai acheté une i40 et ai donc pu revoir chaque point.
Beaucoup de critiques montrent que le journaliste ne connaissait pas le véhicule et n'a pas cherché à se documenter. Un exemple : pas besoin d'atteindre la pédale d'embrayage pour que le siège se mette en place, il suffit d'appuyer sur le bouton ON (mettre le véhicule en position accessoire). Idem pour le toit, il suffit d'appuyer jusqu'au premier cran sur l'interrupteur pour le fermer sans actionner l'écran.
Dommage, ce parti pris disqualifie tout l'article, on ne sait plus ce qui est vrai et ce qui tient de la critique gratuite.
a écrit le 28/08/2011 à 14:38 :
Trop chére pour une coréenne. 34.400euros avec un simple moteur 1,7crdi ça sent l'abus. Ses concurrentes euro-japonaise en generale demande moins, sans oublier qu'en occasion elle est invendable, en plus comment ne pas rougir dans les repas de famille quand on annonce qu'on roule en Hyundai.
Non pour remplacer ma C5 ça seras une nouvelle C5 et meme avec l'option Citroën 5ans de garantie et d'assistance elle est moins chére que cette I40.
Bonne route.
Réponse de le 28/08/2011 à 15:22 :
Je roule en Kia et je l'assume tres bien, garantie 7 ans, produite en Europe, mieux equipee que les voitures concurrentes. Certes pour la revente elle perd plus, mais je n'achete pas une voiture pour la revendre mais pour rouler avec. Tranquille pendant 7 ans
Réponse de le 25/02/2013 à 19:26 :
Luigi arrête tes préjugés, tu as honte de ce dans quoi tu roules? et s'il faut se vanter de ça, parle moi de BMW Audi ou Mercedes, mais pas de la C5 de citroen!!! .
a écrit le 28/08/2011 à 7:27 :
franchement c'est abusé hyundai est une des marques qui cartonne le plus dans le monde et niveau construction et fiabilité il n'y a rien à dire. A quand un test digne de ce nom qui n'essaie pas de tromper le consommateur ?
a écrit le 26/08/2011 à 16:33 :
Le journaliste ne dois pas beaucoup aimé Hyundai ! Je revient de l'essai de ce véhicule et franchement je trouve cette article vraiment abusif.
Et pour info je possède actuellement une Audi A4 de 2 an.

Bien cordialement,
Réponse de le 27/08/2011 à 8:10 :
Que de fautes d'ortographes, Hugues, voyons !!! :-)))
aimER, revienS, ceT article....

Bon, c'est parce que c'est le dernier week end des vacances j'imagine

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :