Barack Obama défend son "sauvetage" de l'automobile américaine

 |   |  394  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le président américain revendique une opération survie qui a coûté cher en emplois et en argent frais. Mais Chrysler et GM sont aujourd'hui bien vivaces.

Le président américain Barack Obama défend son sauvetage de l'industrie automobile. Le président démocrate sortant a affirmé ce mardi 28 février que les choix de renflouer General Motors et Chrysler, en 2009, avait permis de sauver "plus d'un million" d'emplois. Devant une réunion de membres du syndicat de l'automobile United Auto Workers (UAW) à Washington, qui l'ont accueilli aux cris de "quatre ans de plus!", Barack Obama a tenu à répondre aux critiques des républicains, le jour de la primaire du parti d'opposition dans le Michigan, l'Etat phare des "Big Three" de Detroit.

"Ne rien faire"

"L'autre solution aurait été de ne rien faire et laisser ces entreprises disparaître (...) Certains ont même dit que nous devrions laisser Detroit faire faillite", a rappelé le président, citant le titre d'une tribune publiée fin 2008 par l'ancien gouverneur du Massachusetts... Mitt Romney, l'un des quatre derniers candidats en lice pour décrocher l'investiture du parti républicain afin de contester la Maison blanche à Barack Obama le 6 novembre prochain. Sauver GM et Chysler "n'était pas populaire. Et ce n'est pas la raison pour laquelle j'ai été candidat à la présidence. Mais j'ai été...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :