Le rapport sur PSA commandé par Bercy est... reporté

Le ministère du Redressement productif annonce que les conclusions du rapport d'étape sur la situation de PSA Peugeot Citroën ont été renvoyées à la... mi-septembre.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Ca cafouille ! Après les effets de manche et les rodomontades... le silence ! Alors que la crise de PSA appelle à des solutions urgentes, le ministère du Redressement productif  annonce ce lundi que les conclusions du rapport d'étape sur la situation de PSA Peugeot Citroën, commandé par Bercy, ont été finalement renvoyées au 11 septembre. Un premier communiqué du ministère, plus tôt dans l'après-midi,  évoquait le... 10. Puis il a été rectifié... Les conclusions provisoires de ce rapport devaient  pourtant être présentées le mardi 31 juillet. Déjà, le ministre Arnaud Montebourg avait fait quelque peu machine arrière, la semaine dernière, en indiquant que le 31 juillet seraient seulement rendues les premières conclusions, un rapport définitif étant prévu pour la mi-septembre. Mais, la date de la remise du rapport définitif devrait  elle-même être désormais repoussée... à fin septembre ou début octobre. Il y avait urgence, avait pourtant clamé le gouvernement.

Un contre-temps "étonnant"

"Un contre-temps étonnant", indique Jean-Pierre Mercier de la CGT.  "On nous a indiqué cet après-midi qu'une demi-journée serait consacrée à la restitution du rapport d'étape en septembre", assure Franck Don, de la CFTC. Le ministère avait chargé fin juin Emmanuel Sartorius, ingénieur général des Mines, "de dégager un diagnostic précis, rigoureux et partagé sur la situation réelle du groupe PSA ". Deux semaines plus tard, le groupe automobile avait présenté son projet de 8.000 suppressions de postes en France, qui s'ajoutent aux 1.900 déjà prévues, et qui se traduira par des coupes claires dans son usine de Rennes et la fermeture du site d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Un plan qui a provoqué l'ire du gouvernement. Le constructeur, qui avoue consommer 200 millions d'euros de cash par mois, a annoncé mercredi dernier une perte nette de 819 millions d'euros au premier semestre.

La famille en cause

"Il faut que nous soyons d'accord avec la stratégie de PSA pour que nous les accompagnions", avait  souligné Arnaud Montebourg mardi 24 juillet , lors d'une audition devant la commission des Affaires économiques du Sénat.  "Les choix proposés par PSA doivent être expertisés", avait notamment déclaré à propos du constructeur automobile en crise le ministre du Redressement productif, lequel avait à cette occasion de nouveau incriminé la famille Peugeot, actionnaire de référence de PSA. "L'actionnaire est responsable des stratégies industrielles (...). Distribuer des dividendes au moment même où l'on commence à brûler du cash, je pense qu'il y a une responsabilité de l'actionnaire", avait-il précisé.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 24
à écrit le 21/08/2012 à 16:16
Signaler
le comportement ignoble de hollande et des ses ministres vis a vis de la famille Peugeot n/est pas acceptable ! Se faire offrir des véhicules spéciaux par P.S.A.ne semble pas troubler Hollande,ni Moscovici !Ce sont des minables profiteurs !

à écrit le 31/07/2012 à 10:04
Signaler
Pour en revenir au terrain, quelqu'un se souvient-il pourquoi le mariage avec Mitsubishi - sorte de Nissan de bataille - n'a pas été à son terme ? Plutôt qu'avec un Opel en faillite, des ministres sans compétence et des syndicalistes en vacances ...

le 01/08/2012 à 11:28
Signaler
Mitsubishi il s agissait d une trop grande difference entre la valeur bourssiere et la reel. Vraiment surevaluer. Toutes les usines peugeot sont en vacance, les syndicalistes aussi mais veilles tous de meme au suivie du dossier. A

à écrit le 31/07/2012 à 9:48
Signaler
Est ce que M. MONTEBOURG sait lire et analyser un bilan ou un compte de résultat? Est ce qu'il sait réaliser un diagnostic stratégique? NON! Combien de temps va t on devoir encore supporter ce guignol et ses effets de manche alors que la situation es...

à écrit le 31/07/2012 à 6:29
Signaler
La vérité, c'est la faillite, c'est tout. Normal, les Français préfèrent acheter bmw, audi, nissan, toyota,...

le 31/07/2012 à 7:23
Signaler
Moi français normal je continue à rouler VAG : un hebdomadaire bien connu vient de sortir une étude sur la qualité de fabrication des voitures ...les françaises sont aux fraises , loin derrière VAG dans toutes les catégories .La nouvelle 208 se c...

le 31/07/2012 à 8:46
Signaler
Sauf que l'hebdomadaire en question appartient à des capitaux allemands .Mais je pense que les uns et les autres qui prennent un malin plaisir à critiquer nos entreprises et les produits qu'elles fabriquent sont les memes qui se lamentent de la dés...

à écrit le 30/07/2012 à 22:44
Signaler
Un bon ministre étant un bon sinistre, on s'illustre dans la performance de la papiétocratie. Cf les strates d'administrations, en couche les unes empilées sur les autres, payées au kilo de papier, ça c'est écologique. Le tout pour créer de la pauvre...

le 31/07/2012 à 6:30
Signaler
La paperasse, ce ne sont pas seulement les ministres, mais toute l'administration française. On a le pays qu'on mérite, les responsables sont les Français et personne d'autre.

le 31/07/2012 à 9:01
Signaler
Ca arrange beaucoup de monde que la France soit un pays de fonctionnaires et de rentiers ...

à écrit le 30/07/2012 à 22:05
Signaler
PSA c'est trois problèmes, l'exportation française au néant comparé à l'Allemagne, l'Europe de l'automobile contre productive qui disparaît, enfin, le conflit entreprise prétenduement privée qui vient quémender à la sociaté française des revenus, com...

à écrit le 30/07/2012 à 21:39
Signaler
Vous parlez de règle d'or... la France forme des diplômés et pas des pômés, car le paradoxe est extrême entre les diplômés exclus et les illétrés, un cinquième de notre vrai faux système de formation. Notre problème vient bien de l'hypocrisie et de l...

à écrit le 30/07/2012 à 19:53
Signaler
A quand une "règle d'or" pour que des candidats à la présidence de la république, futurs ministres, etc, ..., aient au moins 10 ans d'expérience en entreprise à un poste de décision stratégique ... cela nous éviterait certainement ces guignoleries d'...

le 31/07/2012 à 8:52
Signaler
C'est certain! Et ce devrait être obligatoire pour ces ministres qui prétendent régler les problèmes industriels! Mais ne rêvons pas: s 'il fallait avoir des ministres compétents, à quoi serviraient les apparatchiks des partis ?

le 31/07/2012 à 13:41
Signaler
On a deja eu des ministres patrons, ca n'a jamais rien donné...

le 31/07/2012 à 13:58
Signaler
C'est sur que si l'Etat était géré comme une entreprise on aurait pas de souci à se faire. Comme PSA par exemple dont les choix stratégiques ont ete si formidables. Ou tant d'autres bien connus dans la banque et l'assurance qui ont fait sombrer leur ...

à écrit le 30/07/2012 à 19:50
Signaler
Ben voyons, les employés menacés de perdre leur emploi peuvent bien attendre la fin des vacances....

à écrit le 30/07/2012 à 19:27
Signaler
Mondebourg ou le Don Quichotte des temps modernes

à écrit le 30/07/2012 à 19:04
Signaler
Le socialisme dans toute sa splendeur,et a croire ils confondent toujours le monde oui oui et la réalité !MDR

à écrit le 30/07/2012 à 18:45
Signaler
J'ai mal aux côtes à force de rire ...

à écrit le 30/07/2012 à 18:17
Signaler
Pauvre Montebourg !!! Quand arretera t il de prendre les Français pour des idiots ??? Croyez vous reellement qu'il mérite son salaire encore celui là ??? Quelle honte pour la France d'avoir ça comme ministre

à écrit le 30/07/2012 à 18:10
Signaler
montebourg devrait se reconvertir dans l'eolien, il ferait Fortune !!!

le 30/07/2012 à 22:04
Signaler
Ou même dans le solaire, tellement c'est une lumière!

à écrit le 30/07/2012 à 17:48
Signaler
Trop drôle ! Encore des clowneries !!!!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.