Toyota veut investir massivement en Chine malgré la vague nationaliste anti-nippone

Le constructeur japonais compte même y lancer 20 nouveaux modèles d'ici à 2016. Deux petits modèles arriveront dans la seconde partie de 2013. Toyota va créer deux nouvelles marques locales.

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)

Frappé par la vague de nationalisme anti-nippon, Toyota ne laisse pas tomber la Chine. Le constructeur japonais compte même y lancer 20 nouveaux modèles d'ici à 2016. Deux petits modèles arriveront notamment dans la seconde partie de 2013. Toyota va créer en particulier deux nouvelles marques locales en Chine à partir de l'année prochaine, par l'intermédiaire de ses deux co-entreprises. Nissan et Honda ont déjà lancé des marques "chinoises". Le tout pour essayer de remonter la pente.

Baisse de production

Dans des documents internes, Toyota prévoirait un retour à la normale de ses activités en Chine à partir de la mi-2013, mais pas avant, selon le magazine spécialisé Automotive News. Le constructeur japonais estime que sa production dans le pays chutera de 40 % au dernier trimestre de 2012, de 20 % au premier trimestre de 2013 et de 10 % au deuxième. Dans son scénario le plus pessimiste, il évoque même une baisse de 50 % au dernier trimestre de 2012, de 40 % entre janvier et mars 2013. Toyota a vendu 883 000 véhicules en Chine en 2011, mais le conflit sino-japonais sur les îles Senkaku a fortement ralenti sa croissance ces derniers mois et la barre du million d'unités, fixée comme objectif initial pour 2012, ne devrait pas être franchie (685 900 véhicules écoulés sur les dix premiers mois de l'année). Les ventes de la firme nippone se sont repliées de 44% en Chine en octobre, après un recul de 49% en septembre. La Chine devrait d'ailleurs faire rater la barre symbolique des dix millions de véhicules que Toyota prévoyait de produire cette année dans le monde.

Bons résultats financiers

Sur son  premier semestre fiscal, (entre avril et septembre),  le numéro un japonais a multiplié par près de sept son bénéfice net, à 548,3 milliards de yens (5,5 milliards d'euros), grâce à un fort rebond de ses ventes entravées l'an passé par les conséquences du séisme du 11 mars 2011 dans le nord-est du Japon.


 

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 27/11/2012 à 16:34
Signaler
A qui profite ces méventes, et le plongeon n' est pas anodin..Ces perspectives c'était surement avant la démonstration de force du P.A Chinois et les commentaires d'un général Chinois à propos des iles... Ces commentaires d'investissement seraient pl...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.