BMW, numéro un du haut de gamme auto sur le crucial marché américain

 |   |  636  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : <small>DR</small>)
La firme bavaroise double Mercedes et Lexus (Toyota) sur le difficile créneau du haut de gamme aux Etats-Unis. Elle a accru ses ventes outre-Atlantique de 13,8% à près de 350.000 unités. Et BMW aura quasi-doublé sa production sur place en deux ans.

BMW revendique  la première place sur le marché du haut de gamme aux Etats-Unis. Et ce, pour la deuxième année consécutive. En 2012,  la marque se retrouve devant Mercedes et Lexus (Toyota). Le constructeur de Munich  a immatriculé outre-Atlantique 347.583 voitures (+13,8%) avec sa filiale Mini.  Soit près de 20% de ses ventes mondiales. Le segment du haut de gamme a lui-même "crû de 12% l'an dernier" aux Etats-Unis.  Clé du succès: des produits à connotation sportive privilégiant la précision et le plaisir de conduite, ce qui est assez rare dans la production américaine!  En effet, ce n'est guère la tasse de thé de GM, Ford, Chrysler ou Toyota sur place. BMW jouit de ce fait d'une belle image outre-Atlantique, même si la fiabilité de ses voitures n'est pas au niveau de celle des meilleures japonaises, d'après les enquêtes auprès des consommateurs. Et ce, à cause principalement des permanentes innovations technologiques!

Fortes motorisations

Aux Etats-Unis, en tous cas, pas de petites motorisations dans l'offre du groupe germanique. Non, "la gamme BMW Série 3 est proposée en deux versions:  la 3.28 i (245 chevaux) et la 3.35 i (plus de 300)", explique Ludwig Willisch, PDG de BMW of North America.  Ici, pas de version "Efficient Dynamics" à faibles rejets de C02.  Mais, les mentalités commencent à changer outre-Atlantique.  "La tendance lourde est à une hausse des prix de l'essence. La consommation de carburant devient une donnée importante pour le client. On assiste donc à une réduction progressive de la cylindrée des moteurs", précise le dirigeant. En outre, BMW  commence à parier sur le diesel, plus sobre, malgré les réticences des clients américains, très opposés traditionnellement aux moteurs à gazole.  "Pour la première fois, nous lancerons cette année des Séries 3 et 5 diesel. Déjà, 30% de nos ventes de X5 (ndlr: gros 4x4) se font en version diesel". 

Hybrides et électricité

La firme parie aussi sur l'hybride, "même si ça restera faible en termes de volumes". Le groupe allemand ne propose cette technologie (essence-électrique)  qu'avec des motorisations de forte puissance, à des prix très élevés. Toutefois, dès la fin de cette année, BMW intoduira sa nouvelle gamme de véhicules "verts", en commençant par la i3 électrique, avec une option permettant de proposer un moteur thermique d'appoint pour résoudre les problèmes d'autonomie. "Le modèle sera vendu par tous nos concessionnaires, mais les zones privilégiées seront surtout la Californie, notamment autour de San Francisco". De toutes façons, "les volumes seront restreints".

"Bonne profitabilité"

Vendant surtout ses véhicules dans le nord-est des Etats-Unis, en Californie, au Texas, en Floride, à travers 339 concessionnaires (plus 150 pour Mini), BMW jouit "d'une bonne profitabilité", affirme le PDG. Logique: la firme écoule beaucoup de gros modèles. En 2012, BMW a livré "11.000 BMW Série 7 (ndlr:grande limousine de prestige de la marque)". Avec des prix en conséquence coquets, mais aussi le plein d'options. Ainsi, pour des raisons climatiques, "la moitié de nos véhicules sont vendus avec des transmissions "X Drive" (quatre roues motrices) aux Etats-Unis ".  Un équipement plutôt onéreux.

Quasi-doublement de la production

Implanté commercialement, BMW est aussi producteur sur place. Le constructeur fabrique à Spartanburg (Caroline du sud) la plupart de ses 4x4. " Nous y avons accru de 90% nos capacités de production sur les deux dernières années à plus de 300.000 voiture annuelles, même 350.000 avec le futur X4 (ndlr : modèle dérivé de la Série 3)", assure Ludwing Willisch. La production est destinée aux marchés mondiaux. "30% sulement de notre production est destinée au marché américain". "Dans notre plan pour arriver à deux millions de véhicules (1,84 million l'an passé) en 2016 dans le monde, les Etats-Unis jouent un rôle important", conclut Ludwig Willisch.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/01/2013 à 11:48 :
C'EST PAS BEAU LA JALOUSIE !!! CONTENTEZ-VOUS DE VOS PEUGEOT ET RENAULT...(LE PLAISIR DE CONDUIRE ? VOUS CONNAISSEZ ?)
a écrit le 18/01/2013 à 10:35 :
Que le cher Alain-Gabriel devienne un plus critique dans ces articles ne serait pas plus mal...
Dans cette industrie et j'y ai travaillé plus de trente ans... Il n'y a pas que des cadors et les autres des nuls.
Tout le monde merde à un moment donné, mais avoir une politique sans faille de fiabilité des véhicules ce n'est pas encore donné à BMW.
On voit dans la réaction des lecteurs que personne est dupe.
Le constructeur qui fait payer ses véhicules au delà du raisonnable, n'a pas d'excuse, et la claque vient toujours des US.
a écrit le 18/01/2013 à 3:39 :
C'est surtout une image de marque bien entretenue, mais pour la vraie qualité, celle qui dure, les japonais font mieux et c'est suffisant compte tenus des limitations de vitesses locales et de l'état des routes (lignes bien droites, ...) Mais bon, tout les acheteurs de BMW se prennent à penser qu'ils conduisent une auto de course... et ils paient cher pour ça, quitte à bouffer chez McDo 2 fois par jour.
a écrit le 17/01/2013 à 21:44 :
En même temps BMW ne vend aux USA que des Série 1 coupé et cabriolet avec comme motorisation "entrée de gamme" un 6 cylindres 3L de 230ch...
Ensuite pour Mini se sont certes de petites voitures mais ce sont bien des voitures haut de gamme dans leur catégorie.
a écrit le 17/01/2013 à 14:29 :
Pour resumer ... Pour envahir un pays de nos jours on n'a pas besoin de Panzer de Messerschmitt ou autres on peut le faire sur le champs ou plan economique, les allemands l'on compris plus vite que d'autres c'est pour cela qu'ils triomphent . Le haut de game,l'efficience,la qualite, la bonne remonee aboutissent au meme resultat.Pas besoin de bombe atomique pour s'imposer.
a écrit le 17/01/2013 à 14:23 :
Classement assez "idiot", dans le sens où dans le "vrai" premium (à savoir les berlines de "luxe"), Lexus était et restera le Leader aux Etat-Unis ! Une Mini n'est pas "premium", une série 1 non plus, une série 3 bas de gamme non plus... La où Lexus ne propose QUE des produits premium avec une qualité digne de ce nom, chez les autres, ont compte toute la gamme parce que le constructeur même est jugé "premium" alors que tous les modèles ne reflètent pas vraiment cet esprit... Enfin bref, chapeau à Lexus pour tenir tête aux géants allemands avec une gamme de modèle bien inférieur !
Réponse de le 17/01/2013 à 15:41 :
D'autant plus que même si toutes les voitures étaient qualifiées de premium, leur fiabilité n'est pas - comme le souligne justement l'article - au niveau des meilleures. Quant à la qualité de service, c'est devenu proprement catastrophique. BMW était réputé il y a encore 10 ans pour le faible coût d'entretien (inférieur à VAG et même Peugeot et Renault) de ses véhicules, ça a malheuresement complètement changé et les exemples de garages affiliés matraquant les clients sont légions, avce en prime des pratiques plus que douteuses (dégradations, devis bidons, etc) qui tendent à se généraliser, chez Neubauer notamment.
Réponse de le 18/01/2013 à 0:37 :
Auto+ vient de sortir une enquête de fiabilité . Et les constructeurs Allemands "Premium" sont en queue de peloton !!! Si si . Bah oui la qualité "perçue" c'est bien mais cela ne fait pas tout. Même si c'est pour le moment très efficace pour frimer vis à vis du voisin.
Réponse de le 19/01/2013 à 0:02 :
@ Auto+: tout le mode connait le sérieux et l'objectivité d'Auto+ ! Le marché est mondial et non plus franchouillard...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :