Le tout diesel, c'est fini ?

 |   |  690  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La part des voitures diesel dans le marché auto total en France régresse. Les immatriculations de voitures neuves à gazole ont chuté de 12,5% en France le mois dernier.

Le diesel, c'est fini? On n'en est pas là. Mais, après une ascension irrésistible en France et en Europe, les voitures à gazole, si vilipendées par les prétendus écologistes mais si efficaces en rejets de CO2, marquent le pas face aux véhicules à essence. En novembre dernier, les immatriculations de voitures neuves à gazole ont chuté de 12,5 % en France.  Sur onze mois, elles reculaient même de 14,3% à 1.087.235 unités. Les modèles diesel ne représentent plus que 67,3% du marché tricolore total. La décrue est amorcée. Les voitures neuves à gazole pesaient 73% du marché hexagonal l'an dernier... et 77% en 2008 !

"Ce rééquilibrage naturel est durable et nous confirmons notre prévision d'un marché automobile à 50% essence, 50% diesel en 2020", pronostique du coup le CCFA (Comité des constructeurs français d'automobiles). Du coup, "le parc automobile dans son ensemble va suivre cette évolution avec un décalage de sept ans", précise le CCFA.

Modèles de plus en plus chers

Mais que s'est-il donc passé? Tout d'abord,  si les taxations sur le gazole en France demeurent un peu plus faibles que sur l'essence, les véhicules diesel se sont beaucoup renchéris en eux-mêmes avec le recours à des technologies ultra-sophistiquées. Tel le filtre à particules, obligatoire dans l'Union européenne depuis janvier 2011 avec la norme Euro V.

Et ce n'est pas fini. Avec la future norme Euro VI d'anti-pollution en 2014, les moteurs diesel ne bénéficieront plus de dérogations par rapport aux mécaniques à essence comme c'est le cas actuellement. Ce qui obligera les motoristes à traiter définitivement le problème des rejets de NOx (oxydes d'azote). Une vraie usine à gaz.

Euro VI va renchérir les véhicules

Après la dure norme Euro V, Euro VI va rendre les véhicules à gazole encore plus complexes, les renchérissant de plusieurs centaines d'euros selon les experts. Ce qui risque tout bonnement de condamner les motorisations diesel sur les petits véhicules d'entrée de gamme. De facto, bien des citadines aujourd'hui ont perdu en cours de route leurs variantes diesel pour des raisons de coût, telles les petites Peugeot 107 et Citroën C1. Or, comme le marché français s'oriente de plus en plus vers des petits véhicules, cela fait mécaniquement baisser la part des diesels dans les ventes globales.

Autre raison de la (relative) désaffection des clients: plus ces moteurs diesel deviennent efficaces et compliqués, plus le coût d'entretien augmente, avec des tarifs de révisions sensiblement plus onéreux que sur les véhicules à essence équivalents. Et, pis: les pannes, souvent graves, croissent en proportion !

Très sensibles à la qualité du gazole

Les moteurs deviennent notamment très sensibles à la qualité du gazole, avec des conséquences parfois catastrophiques (destruction dudit moteur!). Alors que les diesels simples, lents, robustes (et polluants), s'étaient forgés il y a quelques décennies une sacrée réputation de longévité, les études que nous avons pu voir mettent en exergue un taux de pannes sensiblement supérieur désormais sur les diesels. Et ça risque de s'aggraver avec Euro VI.

Intrinsèquement plus polluants, même si les derniers moteurs le sont bien moins qu'auparavant, les diesels conservent en revanche leur avantage comparatif en matière de consommations et donc de rejets de CO2 qui leur sont corrélés. Les voitures à gazole consomment en effet de 15 à 20% de moins en moyenne que celles fonctionnant au sans-plomb. Dès lors, paradoxalement, le diesel participe grandement à la lutte contre le réchauffement climatique, sachant que le CO2, un gaz à effets de serre n'a rien à voir avec ce qu'on appelle les polluants locaux (oxydes d'azote, particules...).

Les moteurs à essence ont toutefois beaucoup toutefois progressé en matière de consommations, mais un différentiel demeure. Les derniers micro-moteurs trois cylindres, comme ceux de Ford, Renault et PSA, affichent  aujourd'hui de très bonnes valeurs en émissions de CO2. Seulement, voilà, ils deviennent aussi sophistiqués que les... diesels et risquent de voir les taux de panne suivent la même courbe que celles des moteurs à gazole... On ne peut pas tout avoir!

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/12/2013 à 4:32 :
Roulez GPL, si vous êtes intelligents... 0,50 €/L au Luxembourg, 0,75 €/L en France.
Pas de pollution (ou si peu), aussi fiable que l'essence...
Les prétendus écolos sont les crétins qui ont osé défendre ces m... de poeles à mazout : on a le résultat aujourd'hui : à force de n'avoir que des voitures (diesels) soi-disant "propres", on a jamais eu autant de pollution. Record absolu avant-hier !
Le gazole physiquement pollura tjs plus que l'essence !
a écrit le 11/12/2013 à 6:44 :
et l electricite des 100 % electrique elle vient d ou ? de l air pur ? LOL
a écrit le 11/12/2013 à 6:43 :
et ah oui j ai oublie un truc pour les ayatollah de l ecologie la ... les batteries a fabriquer et a recycler hein ... c est pollutant ou pas d apres vous ? mouhahahahah
a écrit le 03/12/2013 à 11:59 :
Si on sait lire entre les lignes, et surtout le dernier paragraphe, pour l'automobiliste malin et consommateur avisé il doit s'abstenir d'acheter ces nouvelles petites merdes essence, qui vont effectivement (nous verrons) être fragiles et d'entretien cher.
Toyota fait des moteurs comme celle de la Prius (des 1800cc) qui n'ont aucune panne sur plus de 100000 km, et j'ai déjà eu 4 hybrides dans ce cas.
Je n'ai pas des actions chez Toyota, mais j'ai du mal à gagner mon argent et je me renseigne à fond avant d'acheter la dernière merde HDI à la mode!
a écrit le 03/12/2013 à 11:45 :
Alors comme çà il y a de l'entretien sur une injection de moteur essence!
C'est vrai mon pompiste en bas de chez moi démonte tous les matins des injections de quantités de marques, il fait des affaires, c'est un métier d'avenir! Il a un tournevis et il est un spécialiste.
J'ai eu une Prius et j'ai fait 100.000 km avec zéro panne, seulement avec 6 vidange chez le concessionnaire, mais peut-être qu'il démontait à chaque fois l'injection sans me le dire!
Réponse de le 03/12/2013 à 17:01 :
Que c'est petit... et votre turbocompresseur se porte bien?
Réponse de le 07/12/2013 à 12:35 :
Une Toyota Prius avec un turbocompresseur!
Quand vous ne savez pas les choses, lisez d'abord l'info sur Wikipédia, çà évite de dire des bêtises!
a écrit le 03/12/2013 à 11:13 :
les derniers moteurs esence seraient aussi polluants et nécessiteraiente ux aussi in filtre à particules dans l'avenir avec Euro 6b ou c
Réponse de le 03/12/2013 à 19:06 :
Tout à fait les moteurs essence à injection directe génèrent des particules exactement comme les diesels et ont vis-à-vis des normes Euro XX exactement le mêmes contraintes.
a écrit le 03/12/2013 à 10:47 :
Intuile de chercher midi à 14 heures. Les moteurs essence sont moins chers. Point barre en cette France qui s'appauvrit un peu plus tous les ans.
a écrit le 03/12/2013 à 8:44 :
les Francais commence a réfléchir. Il n'y a pas plus stupide qu'un diesel pour les petits trajet du quotidien. Dans la majorité des cas l'essence est plus rentable, moins polluant, plus fiable.
a écrit le 03/12/2013 à 6:26 :
test de fonctionnement de votre messagerie
a écrit le 02/12/2013 à 23:51 :
demain essence plus polluant
a écrit le 02/12/2013 à 20:15 :
Les HDI sont les plus fiables. Sans oublier le TCI de Renault qu'utilise Mercedes.
Quant au petits 3 cylindres de PSA et Renault, ils suffisent amplement à mouvoir une citadine et même une berline moyenne gamme dans leur version turbo, tout en restant assez propre et économique.
a écrit le 02/12/2013 à 19:32 :
En effet, la recherche d'une moindre pollution amène des contraintes tant sur les diesels que sur les essences. Les modèles à essence ne sont globalement pas plus fiables que les essences. Et le différentiel de consommation reste toujours en faveur du diesel.
a écrit le 02/12/2013 à 18:36 :
Totale désinformation. L'entretien des véhicules Essence de dernière génération (cf. injection directe donc turbo-compresseur) est aussi onéreux que celui des véhicules Diesel mais il ne mieux vaut pas effrayer les futurs acquéreurs... Quant aux prétendues vertus "écolo" c'est le bal des hypocrites, des composés aromatiques (dont le benzène) à l'entrée, pas de filtre à particule à la sortie. Ceci explique "l'économie" d'entretien réalisée au détriment de l'environnement car oui, l'essence est polluant. Ce n'est pas le rejet CO2 des véhicules Essence qui permettra de mesurer leur véritable degré de pollution car le CO2 n'est pas le seul gaz à effet de serre rejeté à l'échappement. Tout ce tapage contre le CO2 et le nucléaire n'est qu'une excuse politique pour recycler les déchets de la gauche traditionnelle sous la bannière europécologiegéantvert.
Réponse de le 02/12/2013 à 19:51 :
Si tu avais lu la fin de l'article, tu te serais épargnés un redit.
Réponse de le 03/12/2013 à 1:07 :
Vous parlez des 3 dernières lignes de pseudo-critique quand l'article complet fait la promotion de la motorisation Essence? Je ne pense pas que mon commentaire soit aussi inutile que vous prétendez.
Réponse de le 03/12/2013 à 11:44 :
"injection directe donc turbo-compresseur "Il serait interessant de se renseigner sur ce qu'est un moteur avant de sortir ce genre d'anneries.
Réponse de le 03/12/2013 à 16:58 :
@Sylvain

Les deux technologies (injection directe et turbocompresseur) sont intrinsèquement associées aux moteurs Essence de dernière génération. Je reconnais que le "donc" pourrait induire en erreur cependant je l'ai utilisé dans le but de mettre en lumière la casse probable du turbocompresseur tant décrié sur les véhicules Diesels mais méconnus du grand public sur les véhicules Essences.
a écrit le 02/12/2013 à 17:49 :
Incolore et inodore, le CO2, c'est le suspect idéal. Tellement pratique pour ficher la trouille aux laborieuses populations des pays développés, qui craignent à nouveau que le ciel ne leur tombe sur la tête.
a écrit le 02/12/2013 à 17:44 :
On a détaxé le gazole il y a trente ans pour subventionner en douce Renault et Peugeot, qui pouvaient ainsi vendre leurs voitures diésel plus cher. Résultat des courses : des constructeurs nationaux en retard d'un train sur la concurrence, un problème de normes de pollution avec Bruxelles, qui nous rackette à coup d'amendes, et un problème de santé publique avec les micro-particules.
 Je ne dirais qu'un mot : bravo!

Et, comme toujours, on va faire la même erreur dans l'autre sens : pénaliser le diésel, alors que les problèmes d'émission sont enfin en voie de solution.
a écrit le 02/12/2013 à 17:11 :
"Intrinsèquement plus polluants" le diesel, oui, mais les moteurs essence à trois cylindres et injection directe, vu les normes, seraient source de dix fois plus de particules fines que le diesel ! Un comble !! L'essence 'vertueuse' qui pollue plus que le diesel moderne 'diabolique'. Restent le vélo, le tricycle et l'électrique à pile à combustible voire l'air comprimé.
Les véhicules vont devenir des usines, avec tous les accessoires pour filtrer sans colmater, réduire les oxydes gazeux, .... Espérons au moins que tout ça sera recyclable un maximum une fois "usé".
a écrit le 02/12/2013 à 17:04 :
Il faut dire aussi qu'en tant de crise les véhicules essence sont bien moins cher à l'achat.
Réponse de le 02/12/2013 à 17:52 :
et que les acheteurs antisipent le massacre des taxes que le gouvernement va mettre en action sous couvert de l'ecologie "non du racket fiscal"!!!
Réponse de le 02/12/2013 à 18:35 :
Mais elle finissent a la casse avec deux fois moins de kilomètres au compteur
Réponse de le 03/12/2013 à 18:25 :
C'est sur qu'avec les bousins actuels à la cylindrée ridicule, la fiabilité passe à la trappe. Et puis regardez le nombre de pépins qu'ont les possesseurs de voitures diesel récentes...
Réponse de le 03/12/2013 à 19:09 :
@@Benoit : Non, c'était le cas il y a 20 ans, mais les moteurs essences modernes sont à peu de chose prêt aussi durables qu'un diesel, et même plus qu'un diesel récent ultra-sophistiqué, mais aussi fragile.
a écrit le 02/12/2013 à 17:02 :
Les pays émergents roulent toujours sans problème avec nos voitures thermiques des années 50 à 90, inutile d'acheter des voitures thermiques neuves en attendant l’électrique utilisable.
a écrit le 02/12/2013 à 16:56 :
Ce rééquilibrage est normal. La tentation du gazole a été favorisée par une fiscalité avantageuse, mais ça devient moyen en terme de gains. De plus, il faut reconnaitre que le diesel n'est pas forcément adapté à toutes les utilisations : trajets urbains, courts, faible km annuel : privilégiez l'essence. Enfin, le coût à l'usage est sensiblement plus élevé avec un diesel. Il faut toutefois pondérer ce dernier point avec la généralisation des turbo sur les moteurs essence... A terme cela s'avérera coûteux.
Réponse de le 18/03/2014 à 21:18 :
Il serait intérressant et possible, que sur les voitures équipées d'un turbo, ce turbo soit démonté systématiquement au bout d'un certain kilométrage, pour éventuellement changer les paliers...et peut être débloquer le système de variation de géométrie, qui coînce parfois sur les voitures qui font de petits parcours...celà aurait un cout pas très élévé, et éviterait les casses très onéreuse...un turbo ne n'est pas compliqué à remettre en état, et facile à déposer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :