Mercedes E 300 Blue Tec Hybrid : Une super routière diesel électrique

Confortable, spacieuse, élégante, remarquablement fabriquée, la grande berline de la marque à l’étoile est proposée en version hybride diesel. Certes, les performances ne sont pas époustouflantes, mais les consommations restent très basses. Une proposition technologique intéressante mais... hyper-chère!
(Crédits : DR)

La Classe E, c'est l'essence même de Mercedes. Cette grande berline cossue, statutaire, de style traditionnel, est produite au coeur même du groupe à Stuttgart. Vendue à plus de treize millions d'exemplaires au cumul à ce jour... depuis la 170 V de 1946, précise la marque à l'étoile qui n'a pas osé comptabiliser… les véhicules d'avant-guerre (un peu sulfureux !). La plus populaire a été la serie "W 123", dont 2,4 millions d'unités ont été écoulées entre 1976 et 1985, un modèle hyper-robuste surtout dans ses inusables versions diesel (240D par exemple). Des milliers d'exemplaires circulent encore au Maghreb ou au Proche-Orient.

Lancée en 2009, la dernière Classe E se refait une beauté. Avec un visage largement restylé, des flancs retravaillés, elle reçoit des nouveaux moteurs, plus efficaces et sobres. La E 300 Blue Tec Hybrid émet même 109 grammes de C02 au kilomètre à peine, comme une citadine ! C'est elle que nous essayons ici.

Motorisation peu démonstrative mais sobre

Comme PSA ou Volvo, Mercedes est l'un des rares constructeurs à proposer des modèles hybrides diesel. En fait il s'agit du 4 cylindres à gazole 2,2 de 204 chevaux agrémenté d'un petit moteur électrique de 27 chevaux. On démarre en mode « zéro émission ». Mais, vite,  le diesel prend le relai avec un petit soubresaut propre aux moteurs à gazole. Ce n'est pas très agréable dans les manœuvres, car il est difficile de doser l'accélération à toute petite vitesse…

La mécanique n'est pas très démonstrative. Et elle émet malheureusement une sonorité un peu « tracteur agricole » dans les accélérations, typique des quatre cylindres à gazole de la firme. On regrette donc à ce tarif le velouté et la sonorité d'un six cylindres. Les performances sont tout-à-fait intéressantes, mais pas extraordinaires vu le poids.

Avec une boîte automatique extrêmement douce et assez réactive (en position « S ») - mais qui se retrouve trop vite en cinquième alors qu'on aimerait être en troisième -, cette voiture vous donne envie d'abattre des centaines de kilomètres sans broncher. Même si on ne s'habitue pas au petit levier au volant, moins facile de préhension qu'un levier au plancher. Ce n'est pas du tout une sportive, mais bel et bien ce qu'on nomme une grande routière.

Si les accélérations ne vous plaquent pas au siège, les consommations sont étonnamment basses pour la catégorie (un peu plus de 6 litres aux cent kilomètres durant notre essai). Le gros réservoir permet une large autonomie. Contrat rempli au niveau énergétique.

Mercedes E

Grande voiture bien finie

Le reste de la voiture ne change pas. Les lignes massives et harmonieuses affichent toujours un certain classicisme des volumes, mais l'avant délaisse la calandre traditionnelle surplombée par l'étoile au profit d'une proue agressive… moins classe selon nous. Il faut satisfaire les goûts des nouveaux riches qui aiment l'ostentation. Personnellement, nous préférons l'élégance feutrée au bling-bling…

A l'intérieur, la qualité de fabrication demeure remarquable. C'est net et solide. Cette Mercedes se révèle à la hauteur de sa réputation. Aucun bruit parasite ne perturbe la sérénité à bord. Exceptionnel. Quelle maîtrise ! L'habitabilité apparaît, elle, généreuse, mais pas extraordinaire compte tenu du gabarit. Notons que les batteries ne grèvent pas la capacité du coffre, toujours intéressante.

Nous sommes plus critiques sur les sièges à réglages multiples certes, mais qui ne conviendront pas à tous les gabarits. Les assises et dossiers sont fermes et trop plats. L'assise se révèle aussi trop longue. Ceux qui mesurent 1,75 mètre ou moins ne seront pas à leur aise. Et que dire à ce prix du réglage longitudinal manuel brutal et peu précis! Comme sur une Dacia.

Notre modèle gris à intérieur noir était d'une froideur toute germanique. Mais on peut choisir des harmonies plus claires (à conseiller). Longtemps connu pour ses planches de bord assez austères, voire spartiates, Mercedes s'est mis au tout gadget. De la haute technologie à gogo. C'est complexe d'usage et peu intuitif. Il y en a partout. Si on apprécie la qualité du système audio, on rechigne devant les bips-bips, tellement à la mode à cause du fameux principe de précaution.

Mercedes

Gadgets agaçants au quotidien

En plongeant dans un menu déroulant, cliquant à la cinquième icône, recliquant dans un sous-menu et encore dans un sous-sous-menu (!), on a réussi à couper l'insupportable détecteur d'obstacle. Ouf. Mais, chaque fois qu'on remet le moteur en marche, vos choix sont annulés d'office et tout est réactivé d'office. Archi-exaspérant ! Autant dire que, sur une voie rapide très fréquentée, ça clignote en continu. Et, dans les embouteillages, ça couine! On regrette une simple Peugeot 308 qui, elle, a le bon goût d'enregistrer vos choix et de les respecter !

Puisqu'on est dans les désagréments, on n'aime pas non plus le système de ceinture de sécurité qui, dès qu'on la boucle, s'ajuste brutalement sur votre thorax en vous étranglant à moitié ! Par ailleurs, on ne peut passer des feux de croisement en feux de route si la molette d'allumage est en position automatique, ce qui est ridicule. Le détecteur de pluie qui enclenche les essuie-glaces est aussi trop paresseux. Des mini-agacements. Et,  si les radars de stationnement, stridents, peuvent être coupés, il n'y a pas de caméra de recul. Mesquin compte tenu des prix pratiqués.

Excellente filtration qui isole de la route

Cette grande bourgeoise affiche des prestations routières de bon aloi. Elle se place rigoureusement dans les virages avec une grande docilité, tout en étant imperturbable au vent dans les lignes droites. Il faudra toutefois se souvenir que la Mercedes demeure une propulsion. Si les roues arrière motrices ont l'avantage de faire passer la puissance sans problèmes et de générer une formidable efficacité sur le sec, elles requièrent une solide méfiance sur route détrempée et grasse.

Certes, les aides électroniques sont là pour juguler la moindre amorce de dérobade, mais la tenue de route n'est pas aussi tranquillisante sous la pluie qu'avec une traction avant, par exemple. Sur des pavés mouillés, on a même fait patiner le train arrière en accélération. Quant à la conduite sur neige, elle peut vite se révéler erratique. 

Mais on ne conduit pas une Mercedes comme une GTi. Ce n'est pas une voiture dynamique avec laquelle on s'amuse. La Classe E est très différente d'une BMW. Cette Mercedes s'apprécie pour la formidable quiétude qu'elle distille, donnant l'impression d'être totalement isolé de la route et de l'environnement extérieur. La Mercedes est réellement une voiture à part. Et, en dépit des critiques énoncées, elle séduit. On s'habitue petit à petit à ce confort feutré remarquable. Mais, à basse vitesse sur les petits inégalités, on regrette les grandes jantes de 17 pouces avec des pneus à flancs bas (45R17) qui génèrent des trépidations.

Tarif très, très élevé

40.600, c'est le premier prix d'une Classe E. Mais notre E 300 Blue Tec Hybrid Executive d'essai est à... 59.450 euros! Même si on déduit les 3.300 euros de super-bonus pseudo-écologique, c'est incroyablement cher.  Certes, on a  au catalogue une version d'entrée de gamme un peu plus abordable à 52.600 (!) Mais, à ce tarif, l'indigence des équipements et un  tissu de sièges bas de gamme sont inacceptables. Reste donc l'Executive quasi-obligatoirement.

La Mercedes E dotée du même diesel (mais sans motorisation électrique), la 250 diesel Executive, coûte 53.950 euros. Vu le super-bonus de l'hybride, il n'y a qu'un peu plus de 2.000 euros de différence. Finalement,  si on veut une Mercedes E à gazole de plus de 200 chevaux, l'hybride vaut le coup, tout ceci étant relatif. Il s'agit d'une très belle auto haut de gamme formidablement construite, pas passionnante à mener, mais hyper-sobre et éminemment confortable dans tous les sens du terme.  Mais il faut de très gros moyens.

 

Modèle d'essai : Mercedes E300 Blue Tec Hybrid Avantgarde Executive : 59.450 euros (-3.300 euros de bonus)

 

Puissance du moteur : 204 chevaux (diesel) + 27 (électrique)

 

Dimensions : 4,87 mètres (long) x 1,85 (large) x 1,46 (haut)

 

Qualités : Lignes harmonieuses, qualité exceptionnelle, ambiance haut de gamme, sentiment de sérénité, isolement vis-à-vis de la route et de l'extérieur, moteur très sobre

 

Défauts : Sièges fermes et plats, bips-bips exaspérants, moteur sonore, comportement sur le mouillé réclamant de l'attention, trépidations à basse vitesse, prix élevé

 

Concurrentes : Audi A6 V6 TDi 245 Clean diesel Ambition Luxe quattro : 59.700 euros ; BMW 5.30dA Luxe:  62.250 euros

 

Note : 14,5 sur 20

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 11/05/2016 à 15:07
Signaler
Cet arricle est bourré de critique totalement fausses ! Pour ne plus être agaçé par les " bip-bip " il suffit tout simplement de cliquer sur un boutton présent sur le tableau de bord , ainsi que pour le réglage longitudinale " manuel, brutale et peu ...

à écrit le 06/05/2015 à 9:35
Signaler
Un article bourré de critique pour un véhicule si beau et écologique ! Désagréable à lire

à écrit le 12/11/2013 à 16:34
Signaler
La Mercedes E a plein de qualités. Mais, moi non plus, je ne supporte plus ces bips-bips pour me prévenir de tout et n'importe quoi! Arrêtez!

à écrit le 10/11/2013 à 8:02
Signaler
A ces prix là, il n'y a pas ques des concurrents allemands mais aussi en premier lieu, une vraie hybride, Lexus de Toyota.

à écrit le 09/11/2013 à 23:42
Signaler
A Remy: pour Noel, faites vous of offrir un dictionnaire: en 3 lignes, 3 fautes d'orthographe et 2 fautes de construction. AU MOINS êtes vous parvenu à écrire Mercedes sans faute...

à écrit le 08/11/2013 à 20:26
Signaler
C'est trop chère ?? Qu'est ce qui ne l'est pas, la technologie a un coup, tout est option chez Mercedes , encore des amateurs en essai. Et quant on voit le nombre qu'il s'en vend et dans l'état que c'est mis et utilisé ,se n'est pas assez chère .

le 08/11/2013 à 20:43
Signaler
C'est trop chère ... oui, pas très sexy pas "class" du tout et beaucoup trop cher ces Mercedes avec des moulins de Dacia Renault,

le 12/11/2013 à 16:30
Signaler
Le SEUL DIESEL RENAULT se retrouve sous le capot de la A 180 CDi. TOUS LES AUTRES moteurs sont des MERCEDES. Les Classe C, E, S, GL, ML, GLK ont des moteurs Mercedes.... Arrêtez de dire n'importe quoi!!!

à écrit le 08/11/2013 à 18:52
Signaler
"mais qui se retrouve trop vite en cinquième alors qu'on aimerait être en troisième" Ben oui, la boîte, elle sait conduire éco, contrairement au propriétaire moyen de ce genre de voiture... un diesel c'est souvent 5ème à 70 km/h sur le plat, les v...

le 09/11/2013 à 16:49
Signaler
Oui, mais dans les virages, mieux vaut être en 3è qu'en 5è!!!!!

le 10/11/2013 à 7:35
Signaler
En quoi est-ce important d'être en troisième ou pas, même pendant un virage, si c'est la boîte automatique qui gère en fonction de l'accélération demandée ?

le 10/11/2013 à 23:59
Signaler
La 3eme, c'est pour l'adhérence !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.