Deux dirigeants de Goodyear séquestrés sur le site d'Amiens Nord

Deux dirigeants de l'usine Goodyear d'Amiens-Nord (Somme), menacée de fermeture, sont retenus sur le site du fabricant de pneumatiques depuis 10h30 par la CGT et des salariés, a appris l'AFP de sources concordantes.
Les procédures judiciaires lancées par la CGT ou le CHSCT de l'usine se sont multipliées, sans succès, depuis l'annonce le 31 janvier par la direction de Goodyear de la fermeture de l'usine d'Amiens-Nord, qui emploie 1.173 personnes.
Les procédures judiciaires lancées par la CGT ou le CHSCT de l'usine se sont multipliées, sans succès, depuis l'annonce le 31 janvier par la direction de Goodyear de la fermeture de l'usine d'Amiens-Nord, qui emploie 1.173 personnes.

"La vraie lutte commence aujourd'hui". Tel est le message posté ce lundi sur le compte Twitter du site Goodyear d'Amiens Nord où la CGT et quelques salariés retiennent actuellement deux dirigeants contre leur gré.

 Le directeur de production de l'usine, Michel Dheilly, et le directeur des ressources humaines (DRH) de l'usine, Bernard Glesser, seraient retenus "dans le calme entre l'usine et les bureaux de la direction", dans une salle de réunion dont la porte est bloquée par un imposant pneu agraire, a rapporté à l'AFP Franck Jurek, secrétaire adjoint (CGT) du comité d'entreprise d'Amiens-Nord.

 

 La CGT veut revenir à la table des négociations

Celui-ci a expliqué que la CGT avait rendez-vous lundi matin avec le directeur, mais "toute l'équipe de weekend", soit 200 salariés, est venue "pour essayer de mettre la pression sur la direction". Et de préciser:

"On veut revenir à la table des négociations, c'est-à-dire un plan de départs volontaires et voir s'il y a un repreneur, et s'il n'y a pas de repreneur, un plan de départs volontaires pour tout le monde avec énormément de fric"

Après de multiples et vaines procédures judiciaires depuis l'annonce le 31 janvier par la direction de Goodyear de la fermeture de l'usine d'Amiens-Nord, qui emploie 1.173 personnes, la CGT espère en effet l'application d'une version "améliorée" d'un plan de départs volontaires abandonné en 2012:

"On perd tout en justice, alors on a changé de braquet. On a eu une réunion de bureau samedi matin et on a décidé avec les ouvriers qu'il fallait qu'on change de tactique" (...) "Même s'il faut attendre trois ou quatre jours, ils ne sortiront pas. On va chercher des matelas, tout, on dort là"

Selon la CGT, les deux dirigeants ont pu avoir de l'eau et disposent encore de leurs téléphones portables (cf. tweet ci-dessous).

 

 

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 07/01/2014 à 16:07
Signaler
Libérés ... après une journée de trop de prise d'otages Merci la CGT Merci pour Mr Hollande

à écrit le 07/01/2014 à 11:02
Signaler
La cgt qui se conduit comme les terroristes oublie que Saline est mort et enterré depuis longtemps !

à écrit le 07/01/2014 à 9:40
Signaler
Le repreneur américain s'est exprimé et ces commentaires sont sans ambiguité. En amérique il s'agit d'un crime donc sanction immédiate, mais en France avec la chienlit habituelle on laisse faire, voir meme avec l'accord du gouvernement et du ministre...

le 07/01/2014 à 13:09
Signaler
Mouais enfin le repreneur américain, il est assis bien à l'abri à l'autre bout du monde à manipuler ses usines et ses employés comme de vulgaires pions sur un échiquier et les ouvriers d'Amiens (ainsi que les 2 cadres !), il s'en tape comme de son 1i...

à écrit le 07/01/2014 à 9:27
Signaler
C'est à partir de 7 jours 20 ans de réclusion; wikipédia: "En droit français, la séquestration est un crime puni de 20 ans de réclusion1 hormis si la personne séquestrée est libérée volontairement dans les 7 jours auquel cas la peine est de cinq ans ...

à écrit le 07/01/2014 à 8:48
Signaler
Enlèvement contre rançon...Tout citoyen normal se prendrait 5ans de prison minimum.... Ayons une pensée pour les deux victimes et leurs familles par ces criminels que l'Etat et la justice protègent....

à écrit le 07/01/2014 à 6:39
Signaler
Ça donne vraiment envie d'investir en France !!! Quelle pitoyable image d'exportation !!!!!!

à écrit le 06/01/2014 à 23:18
Signaler
A 50 contre 2 , bravo pour leur courage CGT = Chômage Généralisé pour Tous avec subventions publiques Quel pays que la France qui accepte de tels comportements ( pays des droits de l'homme) sans envoyer les CRS - Et nos impôts augmentent en plus po...

à écrit le 06/01/2014 à 23:09
Signaler
Quand on voit en France des salariés et la CGT séquestrer des dirigeants d'une entreprise alors là c'est la fin des haricots, résolumment !

à écrit le 06/01/2014 à 22:45
Signaler
Ces deux sacrifices humains aux dieux permettront peut être de ressusciter le PCF. Ça vaut le coup d'essayer après tout. Si cela peut amener le camarade Melenchon ministre de l'économie et une rupture de confiance des investisseurs dans la qualité de...

à écrit le 06/01/2014 à 20:16
Signaler
Des hommes pitoyables ... qui sont tous ces syndicalistes pour prendre deux hommes en otages. On comprends mieux pourquoi Goodyear ne souhaite pas poursuivre l'aventure sur ce site ... Espérons que ces deux courageux oseront porter plainte!

à écrit le 06/01/2014 à 17:18
Signaler
La CGT se prendrait elle pour un cigne ? Ils ont bien raison d employer ce genre de tactique d un autre age, on en sera que plus vite debarrasse ! Encore un beau message d accueil aux eventuels investisseurs etrangers.

à écrit le 06/01/2014 à 16:55
Signaler
Action criminelle et inutile puisqu'un accord signé sous la contrainte n'a aucune valeur. Avec circonstance agravante avec acte de torture (privation forcé de nourriture durant plusieurs jours). Esperons que Mr valls mettra une circulaire afin de s...

à écrit le 06/01/2014 à 16:27
Signaler
Avec salutations du CGT au Titan.

à écrit le 06/01/2014 à 16:11
Signaler
Bien mal acquis ne profite jamais ! De toutes façons, ils auront beau obtenir "plein de fric", l'industrie française ne cessera de s'autodétruire tant que nos gouvernants laisseront notre pays mourir à petit feu au gré des règles de la "mondialis...

à écrit le 06/01/2014 à 14:55
Signaler
Ce genre d'action est contreproductive, malheureusement...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.