Renault vise une forte croissance en Asie-Pacifique

 |   |  895  mots
l’usine Renault-Nissan de Chennai dans l'Inde du Sud. / DR
l’usine Renault-Nissan de Chennai dans l'Inde du Sud. / DR (Crédits : DR)
Alors qu’il progresse fortement en Inde, démarre en Indonésie et construit son usine en Chine, Renault compte finaliser un nouveau projet de partenariat industriel dans la région Asie-Pacifique cette année.

Pas de chance. Renault aurait dû afficher une forte croissance l'an dernier en Asie-Pacifique. Mais las. Le quasi-retrait de la firme tricolore d'Iran, pour se conformer aux exigences de boycott international en milieu d'année dernière, lui a fait perdre l'équivalent de 64.000 voitures. Du coup, Renault a réduit ses ventes sur l'ensemble de la zone Asie-Pacifique en 2013 à 238.450 véhicules.

Mais, hors Iran, « nos ventes y ont progressé de 29%. La région représente la moitié du marché auto mondial, mais seulement 10% des ventes totales de Renault. On veut donc y croître le plus rapidement possible », souligne Gilles Normand, directeur de la zone Asie-Pacifique du constructeur automobile français, en avant-première du salon de New Delhi en Inde qui ouvre ses portes aux professionnels ce mercredi. 

« Nous avons fortement investi au Brésil, qui est devenu notre deuxième débouché mondial, puis en Russie qui est notre troisième. Ensuite, Renault a investi en Inde, puis il le fait maintenant en Chine, en Indonésie. Et, en 2014, nous allons finaliser un nouveau projet d'implantation dans la région », annonce le dirigeant.

Gilles Normand se refuse à citer le pays. Il assure toutefois, à un autre moment de notre discussion :

« la Thaïlande est un important marché sur lequel nous ne sommes pas »…

Objectifs chiffrés flous

S'il abandonne, du moins, publiquement, ses objectifs chiffrés de doubler ses ventes à terme dans la région, comme il l'affirmait il y a quelques mois, le responsable veut toutefois « multiplier par deux la part de marché en Inde à 5% à moyen terme (2,6% l'an passé) ».

Le constructeur français a déjà affiché un formidable bond de ses ventes de 83% l'an dernier dans le pays à 64.368 unités. Et ce, grâce au succès du 4x4 Duster. La firme au losange est devenue la première marque européenne sur le marché, devant Volkswagen, à travers un réseau de 125 points de vente, qui sera porté à 175 en fin d'année.

Avec la présentation le 5 février de son concept destiné à occuper le terrain en attendant son futur véhicule à très bas coûts qui sera industrialisé sur place en 2015, Renault est d'ailleurs l'un des constructeurs phare du douzième salon de l'auto de New Delhi.

La gamme Renault démarre aujourd'hui sur place « autour de 5.000 euros avec la Pulse (ndlr : une petite Nissan Micra restylée) », explique Gilles Normand.

Or, « 40% du marché indien, ce sont des véhicules à moins de 5.000 euros. Le plus gros de ce segment, ce sont même des modèles entre 2.500 et 3.000 euros », souligne de son côté Sumit Sawhney, PDG de Renault India…

Ce véhicule révolutionnaire sera produit sur le site de l'Alliance Renault-Nissan à Chennai, dans le sud de l'Inde, dont les capacités de production sont de 400.000 unités annuelles. Un projet de « mini-Logan » qui pourra évidemment servir aussi sur d'autres marchés.

usine chennai

Retour en Iran

En Indonésie, Renault vient par ailleurs de débuter l'assemblage du 4x4 Duster avec des composants venus d'Inde. Une vraie industrialisation devrait commencer en 2015.

« Objectif : devenir en Indonésie, comme en Inde le premier constructeur européen, et ce en 2016 », indique Gilles Normand.

Viendra ensuite le gros projet chinois, après un tardif feu vert du gouvernement de Pékin enfin accordé fin 2013. Une usine à Wuhan, dans le centre de l'ex-Empire du milieu, sera opérationnelle en 2016, « avec des produits spécifiques. Il s'agira d'une gamme de « SUV » (4x4) », en co-entreprise avec le groupe chinois Dongfeng, déjà partenaire de Nissan et… PSA.

Enfin, même sur le délicat marché iranien, Renault entrevoit une embellie. Le groupe y fabrique depuis quelques années sa Logan (baptisée Tondar), dont il a écoulé 100.000 unités en 2012.

« La levée des sanctions américaines le 20 janvier 2013 pour six mois renouvelables génère un meilleur environnement. Ce marché a pesé 1,4 million d'unités avant les sanctions. On a réussi à en occuper 10%. Et ce marché a un potentiel pour monter à deux millions », assure le dirigeant de Renault, gourmand, qui ajoute : « on peut recommencer les ventes cette année ».

Il reste toutefois à s'assurer que « la levée des sanctions sera durable et permettra de fluidifier la disponibilité en devises (ndlr : pour acheter des pièces à Renault afin de produire sur place) ». La firme au losange affirme avoir 350.000 véhicules qui roulent en Iran. Un beau parc, même s'il est très inférieur à celui des Peugeot.

Gros retard à comble

Indiscutablement, Renault est très en retard dans cette région Asie-Pacifique, où son allié japonais Nissan règne en maître. En Chine, il sera même le dernier entrant parmi les constructeurs mondiaux ! Mais l'exemple de sa percée en Iran, avant les sanctions, et en Inde, démontre qu'il a, avec sa fameuse gamme "Entry"  (Logan, Sandero, Duster…), les produits susceptibles d'intéresser les clients dans la zone. Le futur modèle à très bas coûts devrait encore renforcer singulièrement son potentiel de séduction.

Pour la Chine, un marché sur lequel les étrangers ne se battent pas avec des véhicules à bas coûts mais au contraire des modèles très occidentaux, Renault peut compter sur ses "SUV" développés en collaboration avec le spécialiste Nissan. L'alliance avec le japonais est d'ailleurs la clé de voûte d'une percée de Renault dans cette zone.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/02/2014 à 23:54 :
Article interessant. Par contre un peu bizarre de mentionner le retard en chine, mais de ne pas mentionner du tout la Corée, ou Renault est quasiment un des seul étranger presant.
a écrit le 05/02/2014 à 17:54 :
Franchement, gaspiller des sommes faramineuses en formule 1 pour pondre des carrioles aussi bas de gamme et de mauvais goût, il n'y a que chez Renault qu'ils sont capables de tels contradictions,
c'est grave quand on se rappel toutes les aides d'argent ponctionné chez les contribuables français ont été donnés à Renault par nos gouvernements successifs depuis 15 ans.
a écrit le 05/02/2014 à 11:30 :
Fomidable RENAULT qui fait pour DACIA un notoire + 97 % en Italie sur janvier, les chiffres de vente de nos constructeurs tricolores, RENAULT/DACIA, PSA s'envolent en EUROPE, des hausses souvent à deux chiffres... La raison évidente tient à des produits superbement "designés", fiables quand les allemandes, notamment audi persévèrent dans une triste banalité et pointent avant dernier du classement fiabilité d'Auto plus du 10 01 quand DACIA/RENAULT sont respectivement 1 et et 2ème...!!! Voilà qui en dit long. Un engouement se dessine, l'Asie est un eldorado quasi neuf pour RENAULT déjà excellemment préparé par le succès de son partenaire NISSAN, l'ALLIANCE, quoi... Qu'ajouter d'autre, au delà serait...gourmandise !!!!
Réponse de le 05/02/2014 à 11:41 :
Oh oui c'est gourmandise de voir la population europeenne s'appauvrir;
Oh oui c'est gourmandise de rester en rade en pleine nuit en montage car les soupapes du 1.5 dci sont passé par le pot d'échapement...
Réponse de le 05/02/2014 à 14:49 :
ce sont les Allemands avec leurs lois Hartz qui appauvrissent les européens au profit des milliardaires., ainsi que ceux qui achètent allemand au lieu de soutenir notre production nationale.
a écrit le 05/02/2014 à 9:38 :
Courir après le nombre de véhicules produits est absurde lorsque cela se traduit par le production et la vente de produits bas de gamme sans valeur ajoutée ;
Renault ne dégage pas de profits, et en conséquence de base, Renault ne peut pas dégager de cash pour investir dans les nouvelles technologies automobile ;
En matière de stratégie industrielle, tout tirer vers le bas, c'est certainement la plus stupide dans le secteur de l'automobile, Renault pourrait bien connaître de très graves difficultés dans les années à venir.
Réponse de le 05/02/2014 à 10:30 :
Analyse pipo .. Renault marge mieux que BMW et Audi avec Dacia, Nissan se vend bien, Renault remonte la pente. Arrêtez donc avec ce Renault bashing.
Réponse de le 05/02/2014 à 10:51 :
On attend de voir. Selon les derniers résultats plubliés (S1 2013) Renault hors dividende Nissan perdait de l'argent.
Réponse de le 05/02/2014 à 11:53 :
Selon la Deutsche Bank, la marge opérationnelle du Duster est supérieure à 10%.
Réponse de le 05/02/2014 à 13:41 :
C'est pas la Deutsche Bank qui certifie les comptes de Renault.
Réponse de le 05/02/2014 à 17:23 :
Toujours se méfier de ce que racontent les Allemands. En matière de stratégie industrielle il faut que les produits correspondent à la clientèle , c'est ce que fait
l'Alliance .
Il faut donc tenir compte de deux facteurs : le pouvoir d'achat pour les pays émergents et la " no car generation " en Occident.
Réponse de le 05/02/2014 à 18:40 :
13:41/ une banque n'a pas le droit de certifier les comptes. En France seul un commissaire aux comptes a ce pouvoir. Et vous ne trouverez pas les marges dans les comptes de résultat et bilan comptable éventuellement dans les annexes. Or il semble que l’info n’a pas été communiquée par Renault, la Deutsche a donc fait appel à ses analystes financiers pour calculer la marge opérationnelle du Duster.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :