Nissan : les ventes bondissent de 13,7% aux Etats-Unis

 |   |  303  mots
Renault est le premier actionnaire de Nissan et ses comptes sont positivement impactés par la bonne santé financière de celui-ci et la progression des ventes en Amérique du Nord. (Photo: au salon de l'auto de Detroit, en janvier 2014, des dirigeants de la division nord-américaine de Nissan -Andy Palmer, Jose Munoz et Shiro Nakamura- posent devant un concept car de la Sedan Sport)
Renault est le premier actionnaire de Nissan et ses comptes sont positivement impactés par la bonne santé financière de celui-ci et la progression des ventes en Amérique du Nord. (Photo: au salon de l'auto de Detroit, en janvier 2014, des dirigeants de la division nord-américaine de Nissan -Andy Palmer, Jose Munoz et Shiro Nakamura- posent devant un concept car de la Sedan Sport) (Crédits : Reuters)
Bénéfice net et opérationnel, chiffre d'affaires, ventes... tout progresse. Le constructeur automobile japonais, qui livre donc un bon premier semestre, a toutefois revu à la baisse ses prévisions de ventes annuelles. La baisse du yen devrait néanmoins améliorer sa profitabilité, conformément à ses prévisions initiales.

Décidément, Carlos Ghosn peut être fier de son bilan à la tête de Nissan. Le groupe automobile japonais, filiale du groupe Renault (44% du capital), a annoncé un bond de 24,9% de son bénéfice net au premier semestre de son exercice 2014-2015. Il s'est élevé à 1,71 milliard d'euros (237 milliards de yens). Le bénéfice opérationnel est monté de 18% à 1,89 milliards d'euros. Et ce, alors que le chiffre d'affaires a progressé moins vite, à 37 milliards d'euros (+8,2%).

Les États-Unis soutiennent les ventes

Au total, les ventes mondiales ont augmenté de 5,8% à 2,58 millions de véhicules dans le monde. Nissan explique avoir notamment profité de la bonne tenue de ses ventes en Amérique du Nord. Ses ventes y ont augmenté de 13,7%. Ses ventes en Europe de l'Ouest se sont stabilisées. Cela a permis de compenser le coup de frein des ventes au Japon consécutive à la hausse de la taxe sur la consommation passée de 5 à 8% en avril dernier. L'instabilité en Russie et en Chine posent de sérieux doutes quant aux perspectives sur l'ensemble de l'année.

La faiblesse du yen confirme les perspectives

Le groupe a donc révisé à la baisse ses ventes annuelles à 5,45 millions de voitures sur l'exercice qui clôt fin mars, contre 5,65 millions prévues initialement. En revanche, ses prévisions de bénéfices sur l'ensemble de l'année sont confirmées avec un bénéfice net autour de 405 milliards de yens (+4,1%), et un bénéfice d'exploitation à 535 milliards de yens (+7,4%)

Le constructeur compte sur ses efforts en termes de coûts mais également aux gains engrangés grâce à la baisse du yen par rapport au dollar. Ce dernier a déjà positivement impacté les comptes du premier semestre. Nissan espère ainsi un chiffre d'affaires en légère progression à 78,26 milliards d'euros (10.800 milliards de yens).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/11/2014 à 12:41 :
Surproduction, surproduction....certains constructeurs automobiles vont casquer, là c'est la réalité à venir.
Faites cocorico les aveugles du court terme.
a écrit le 04/11/2014 à 12:57 :
Formidable Carlos, encore une fois il a fait le job, qu'ajouter sinon bravo...!!!
Réponse de le 04/11/2014 à 15:45 :
Pas si formidable, les profits de Nissan restent les plus faibles de l'automobile et ils vont à peine combler les pertes de Avtovaz Lada Samsung Renault Dacia mal engagé au Maroc en Corée et en Russie aussi les pertes de Infiniti
Réponse de le 04/11/2014 à 18:16 :
@Benet Comme vous y allez, regarder la croissance de RENAULT en Europe et la désescalade de VAG partout dans le monde, en fait se vérifie la vieille loi, quand ça monte par ici ça descend par là... !!!
Réponse de le 05/11/2014 à 0:07 :
Renseignez vous sur les très bons chiffres de ventes en Corée !
a écrit le 04/11/2014 à 11:35 :
Il faut impérativement que la France revienne au franc français pour sauver l'avenir de nos usines automobiles. Actuellement c'est la dèche, l'euro va les ruiner, c'est certain !
Réponse de le 04/11/2014 à 12:18 :
@Patron .. Poil aux mains..!
Réponse de le 05/11/2014 à 0:11 :
Pourquoi pas aux anciens francs pendant qu'on y est. Ce qu'il faut à une entreprise c'est de bons produits et de l'innovation, Renault est sur la bonne voie. Ses usines recommencent à tourner à plein en France et bientôt y produiront en plus 135 000 micra. Voyez les investissements faits à Douai et en Normandie pour le trafic par exemple.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :