Nissan, Fiat, GM dopent le "made in France" de Renault

 |   |  500  mots
La Nissan Micra de prochaine génération sera assemblée à Flins
La Nissan Micra de prochaine génération sera assemblée à Flins (Crédits : Reuters)
Le site de composants Renault du Mans produira des châssis pour la future petite Nissan Micra, qui sera assemblée à Flins. Sandouville fabriquera des véhicules pour Fiat et GM. Une bouffée d'oxygène pour les usines tricolores.

Nissan arrive à la rescousse de Renault. Alors que sa production de véhicules a chuté de moitié en huit ans dans l'Hexagone, Renault annonce une bouffée d'oxygène pour le "made in France".  "Fin 2016, l'usine de composants du Mans (Sarthe) produira les composants du châssis de la prochaine génération de Nissan Micra, ce qui augmentera l'activité du site d'environ 8%" affirme ce lundi le communiqué du groupe. Cette production "permettra d'approvisionner à 100% l'usine Renault de Flins (Yvelines) qui produira la future Nissan Micra à partir de 2016 avec un volume prévisionnel de 132 000 véhicules en année pleine". La Micra de prochaine génération est un petit véhicule qui devrait partager ses dessous avec la petite Renault Clio.

Des véhicules pour Fiat à Sandouville

Autre bonne nouvelle pour le "made in France", l'usine Renault de Sandouville (Seine maritime) va non seulement fabriquer des utilitaires Trafic pour la firme au losange, mais également des modèles dérivés pour Fiat à partir de 2016. Elle "devrait également produire des véhicules pour... General Motors", selon des sources internes du groupe français. Enfin, Renault pourrait également assembler à Sandouville  un autre dérivé du Trafic - décidément ! - restylé et rebaptisé pour son partenaire japonais Nissan. De quoi doper la production et l'emploi.

Les décisions de Nissan, allié japonais de Renault qui détient 43,4% de son capital, mais aussi celle de Fiat, découlent de la signature de l'accord de compétitivité  paraphé il y a un an et demi, qui permet de réduire notamment les coûts de 300 euros environ par véhicule. Le 13 mars 2013, Renault s'était engagé à produire un minimum de 710.000 véhicules en France à horizon 2016... Contre 506.000 en 2013. Ce qui devrait porter le taux d'utilisation global des sites français à plus de 85%, selon le constructeur. Après des années de dégringolade, la production de Renault en France a légèrement augmenté sur les six premiers mois de 2014 (+3,8%).

Des embauches promises en France

Pour passer d'une production de 506.000 voitures et utilitaires à peine dans l'Hexagone en 2013 aux 710.000 escomptées, "il y aura des embauches, forcément", a d'ailleurs déclaré, dimanche 14 septembre, Carlos Ghosn sur la radio Europe 1. Le PDG du groupe Renault prévoit ainsi des embauches sur le territoire français. Il n'a toutefois pas indiqué de chiffres, se contentant d'affirmer que "cela va dépendre beaucoup de la cadence avec laquelle (Renault) va monter". Carlos Ghosn a précisé: "je peux vous dire par exemple que l'usine de Flins va travailler à 50% pour Nissan".

Mais, pas d'euphorie! Derrière ces annonces certes positives, la réalité est moins euphorique. Les 710.000 véhicules promis représentent exactement ce que la firme tricolore produisait... sur le seul premier semestre en 2005! Sandouville a fabriqué l'an dernier 25.400 voitures particulières à peine, un chiffre ridicule pour une usine de grande série. Et ce, contre 40.000 en 2012, un peu moins de 65.000 en 2009 et... 217.000 en 2004. Renault ne produit aujourd'hui que 19,5% à peine de ses véhicules dans l'Hexagone.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/09/2014 à 9:21 :
Les nouveautés RENAULT arrivent, ça va décoiffer, un très bel article sur la voiture 1L / 100 kms dans les Echos ce matin, RENAULT, une fusée...???!!!
a écrit le 15/09/2014 à 18:05 :
Et pourtant M. Verdevoye nous parlait l'autre jour d'une "ascension fulgurante" du made in France de Renault !! c'est quoi pour demain ?...
a écrit le 15/09/2014 à 15:47 :
Sur la base des ventes du même véhicule Scudo, produit par PSA, cela donne dans les 18000 ventes annuelles, avec l'effet nouveauté, soit 20000 ventes annuelles, pour le futur Fiat, soit en vente hors taxes 160 millions d'euros, hors marge du constructeur Fiat et du distributeur.... en euros par habitant, cela donne moins de 3 euros par an et par personne, pas de quoi sauver la France, du marasme ambiant.... Fiat vend surtout des maxi Doblo... ou des Ducato.
a écrit le 15/09/2014 à 15:47 :
Sur la base des ventes du même véhicule Scudo, produit par PSA, cela donne dans les 18000 ventes annuelles, avec l'effet nouveauté, soit 20000 ventes annuelles, pour le futur Fiat, soit en vente hors taxes 160 millions d'euros, hors marge du constructeur Fiat et du distributeur.... en euros par habitant, cela donne moins de 3 euros par an et par personne, pas de quoi sauver la France, du marasme ambiant.... Fiat vend surtout des maxi Doblo... ou des Ducato.
a écrit le 15/09/2014 à 15:25 :
Mauvais pour le bureau d'étude Renault...
Réponse de le 15/09/2014 à 17:35 :
Les Fiat, Nissan et GM sont des Trafic avec un autre face avant et quelques adaptations... Mauvais pour les bureaux d'étude Nissan, GM, et Fiat !
a écrit le 15/09/2014 à 14:25 :
On attend toujours les haut de gamme Renault et PSA produites en France !
Réponse de le 15/09/2014 à 15:09 :
Certes, mais si ces modèles ne se vendent pas (maxi 1.6L de cylindrée, pas de modèles 4RM, du HDI, DCI à tire larigot), je ne vois pas l'intérêt de les produire en France.
Réponse de le 15/09/2014 à 17:36 :
Ils arrivent... Espace, suivi de remplacante de Laguna, puis un modele au dessus... fabriqués à Douai...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :