Renault-Nissan : coup de frein sur les batteries ?

Nissan se prépare à réduire sa production de batteries, selon l'agence Reuters. Le projet, qui suscite une vive résistance au sein du constructeur japonais, passerait par un arrêt progressif de la production de batteries chez Nissan aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne.

3 mn

La Nissan Leaf électrique ne recontre pas le succès espéré
La Nissan Leaf électrique ne recontre pas le succès espéré (Crédits : DR)

Carlos Ghosn, PDG de Renault et Nissan, se prépare à réduire l'activité de production de batteries, affirme ce lundi l'agence Reuters. Le projet, qui suscite une vive résistance au sein du constructeur automobile japonais, passerait par un arrêt progressif de la production de batteries chez Nissan aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, ainsi qu'une réduction de la production pour les batteries de prochaine génération, qui serait concentrée sur la troisième usine de batteries de Nissan, au Japon, la plus grande des trois, ont indiqué à Reuters deux sources de l'Alliance. Une décision sur les usines de Nissan à Sunderland, en Grande-Bretagne, et à Smyrna, dans le Tennessee, est attendue le mois prochain, affirme l'agence.

Nissan pourrait effectivement commencer à acheter des batteries électriques auprès du sud-coréen LG Chem, au-delà de son partenariat avec le japonais NEC Corp, a d'ailleurs reconnu lundi Carlos Ghosn. Nissan, dans le cadre de son alliance avec Renault, ne s'interdit pas de regarder d'autres fournisseurs comme LG ou d'autres, a poursuivi Carlos Ghosn. "On va avoir les deux, et on aura j'espère même plus", a-t-il assuré à Nantes, en marge des essais presse de la nouvelle Twingo III.

Nissan emboîterait alors le pas à Renault en se fournissant à son tour en batteries meilleur marché auprès du sud-coréen pour certains véhicules futurs, y compris des modèles fabriqués en Chine. "On a voulu être un leader de fabrication de batteries. Ça s'est avéré moins performant que ce qu'on avait prévu", assure un responsable sous couvert d'anonymat, ajoutant que Nissan a toujours entre six mois et un an de retard sur LG en termes de rapport prix-performance. "Renault préfère clairement poursuivre la voie d'un approvisionnement chez LG, et les ingénieurs de Nissan préféreraient clairement qu'il reste en interne", a déclaré une source.

Des ventes qui pourraient décoller... in fine

"On avait fixé 1,5 millions d'unités vendues en cumul pour Renault et Nissan d'ici à 2016, (un objectif qu')on a repoussé à l'horizon 2020",  reconnaissait en début d'année Carlos Ghosn. Le PDG de Renault et Nissan ajoutait: "on admet tous que le développement des ventes est plus lent qu'on ne le pensait, mais les chiffres continuent d'augmenter". A fin juillet, les deux partenaires avaient commercialisé dans le monde 176.000 véhicules électriques en cumul depuis le début du programme fin 2010 (45.800 pour Renault et 130.200 pour Nissan).

Le développement de bornes de recharge est évidemment la condition sine qua non d'un développement des ventes de véhicules "zéro émission". Nissan et Mitsubishi étudient d'ailleurs la faisabilité d'une voitures électrique à bas prix. Les immatriculations de voitures électriques en France ont certes rebondi en juillet-août à 1.109 unités. Mais pas assez pour... inverser la tendance à la baisse observée depuis le début de l'année. Le segment est en recul de 3,9% au cumul sur huit mois. La part de marché atteint à peine 0,5% dans l'Hexagone.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 16/09/2014 à 9:52
Signaler
chez renault ils avaient pas 100 ans d' avance sur les batteries et blablabla ? c' est bien ce que carlos ghosn et ses sbires nous ont tenus comme discours il n' y a pas 2 ans, lors de la fumante et rocambolesque histoire d' espionnage. des dizaines ...

à écrit le 16/09/2014 à 9:21
Signaler
bonjour nique la france ce pays de caucasse, hypoccrite, nique le made in france et vive les pays emergents. occident traitre et raciste allez donnez vos lecons a ceux qui veulent vous ecoutez donc les hypocrites et laissez ceux qui savent tranquil

à écrit le 15/09/2014 à 23:52
Signaler
Pour faire des économies durablement et ne pas polluer il faudrait s’intéresser aux véhicules électro-solaires classe "Cruiser" 2/4 places, tb autonomie y compris de nuit, 10 fois moins de batterie que pour un EV classique, peu de bornes de recharges...

le 16/09/2014 à 5:31
Signaler
Très bonne solution en effet. Dommage que les français n'ont pas encore de modèle 2 à 4 places sur la presque quinzaine désormais existant dans le monde, hormis les 2 déjà un peu anciens Venturi solaires de 2006 avec 2 modèles mais pas améliorés depu...

le 16/09/2014 à 5:40
Signaler
Très bonne solution en effet. Dommage que les français n'ont pas encore de modèle 2 à 4 places sur la presque quinzaine désormais existant dans le monde, hormis les 2 déjà un peu anciens Venturi solaires de 2006 avec 2 modèles mais pas améliorés depu...

à écrit le 15/09/2014 à 23:17
Signaler
les batteries ont une autonomie théorique déjà très faible mais en utilisation courante cette automie devient vite inexploitable .Contrairement à un réservoir de carburant on ne sait pas jauger la quantité disponible sensible au temps de recharge , à...

le 15/09/2014 à 23:58
Signaler
Vous devriez tenir compte du fait que les batteries ont un bon potentiel d'évolutions d'une part que les conso externes (clim etc) impactent d'autre part aussi l'essence. Nous n'autions pas à intervenir en Irak, Syrie, Lybie etc si l'on n'utilisait p...

à écrit le 15/09/2014 à 21:11
Signaler
En même temps que cet aveux d'échec dans les batteries, Ghosn doit aussi assumer un cuisant échec des modèles Dacia Loggy, Logan MCV, et le Dokker ; Il apparait de plus fort que la gestion de Ghosn est une gestion gribouille approximative, in finé f...

le 16/09/2014 à 9:23
Signaler
Et le succès de Dacia ? Renault remonte la pente, Nissan va bien. Chez vous, le verre est à moitié vide..

le 25/09/2014 à 12:10
Signaler
@Gribouille, Analyse qui ne prend en compte les bonnes ventes des vl Dacia ? Autant ne pas commenter

à écrit le 15/09/2014 à 20:27
Signaler
Le pétrole est redevenu tellement bon marché, au dessous des 97 Dollars le Brent, 92 le WTI, que le pétrole reste la ressource la plus économiquement rentable. La théorie du pic oil tombe "un peu" à l'eau, car elle ne prenait pas en compte la réacti...

le 15/09/2014 à 20:48
Signaler
La récession organisée, il faut chercher loin pour y trouver un semblant d'organisation... Plus simplement Renault-Nissan comme d'autres constructeurs est face à un gros problème: autant faire un bon moteur thermique c'est très complexe, autant faire...

le 16/09/2014 à 0:03
Signaler
Mouais a raison. Il faut faire attention au prix du pétrole car vus les sites de production (Lybie, Irak, Russie, etc) le prix peut rapidement redevenir tendu à nouveau

le 16/09/2014 à 9:32
Signaler
@Peak Oil Le Peak Oil est une réalité et ce n'est pas parce que la croissance est en berne et que les prix sont à la baisse que le stock global de pétrole ne continu pas à diminuer.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.