Autopartage : PSA lance Free2Move à Washington et déploie 600 véhicules en libre-service

 |   |  473  mots
La marque au lion se repositionne sur le marché nord-américain à travers ses services de mobilité.
La marque au lion se repositionne sur le marché nord-américain à travers ses services de mobilité. (Crédits : Benoit Tessier)
Le groupe PSA, qui se veut très offensif dans les nouvelles mobilités, a annoncé, ce vendredi, le déploiement de 600 véhicules en autopartage à Washington. Il s'agit d'une nouvelle étape dans le retour graduel du groupe automobile français aux Etats-Unis via les services de mobilité regroupés sous la bannière Free2Move.

Le groupe PSA a annoncé, ce vendredi, le déploiement d'une flotte de 600 véhicules en autopartage à Washington. Si l'application Free2Move, la filiale nouvelles mobilités de PSA, a fait son apparition à Seattle (État de Washington, nord-ouest) en octobre 2017, le groupe automobile se lance désormais, pour la première fois, comme opérateur, avec la mise en circulation de ces véhicules en libre service et accès continu dans les rues de la capitale fédérale américaine. Ce service proposé en 'free-floating' (en libre-service sans borne) donne accès 24h/24 à 600 véhicules stationnés dans les rues des huit arrondissements du district de Columbia, a précisé PSA.

PSA avait annoncé ce prochain lancement aux Etats-Unis au Mondial de l'auto à Paris au début du mois, ainsi que le lancement d'un libre-service de voitures en autopartage à Paris pour remplacer Autolib. Cette opération répond à une volonté de reconquête progressive du marché américain par le constructeur propriétaire des marques Peugeot, Citroën, DS, Opel et Vauxhall. Le président du directoire de PSA, Carlos Tavares, avait dévoilé, en 2016, un projet sur dix ans, en trois étapes : développer d'abord des services de mobilité, puis fournir des voitures du groupe à ces opérateurs de mobilité et, en cas de succès, démarrer la vente des voitures au grand public. PSA n'a plus vendu de voitures sur le territoire américain depuis la livraison des derniers véhicules Peugeot en 1991.

La déconvenue berlinoise

"Notre stratégie de priorité au service nous permet de revenir sur ce marché de façon pragmatique et réfléchie avec une excellente compréhension de la distribution et des besoins des utilisateurs", a indiqué Larry Dominique, directeur de l'entité Amérique du Nord chez PSA, dans un communiqué publié jeudi soir. "Washington était la ville toute trouvée pour notre lancement, du fait de sa population, de la densité du trafic et de ses nombreuses options pour se déplacer", ajoute Michel Stumpe, directeur de l'entité Autopartage en Amérique du Nord.

Lire aussi : Autopartage, le meilleur moyen d'en finir avec la voiture personnelle?

Il s'agit d'une bonne nouvelle pour PSA. Le constructeur avait subit, l'an dernier, un sérieux revers à Berlin (Allemagne) en se voyant contraint de mettre fin à son service d'autopartage Multicity lancée en 2012. Démarré il y a deux ans, le service d'autopartage Free2Move compte 1,5 million d'utilisateurs dans 12 pays avec une flotte de 65. 000 véhicules (voitures, scooters et vélos). D'autres constructeurs se sont également lancés dans l'autopartage ces dernières années, comme Mercedes avec Car2Go et BMW avec ReachNow.

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/10/2018 à 8:35 :
Face à la faiblesse dramatique de notre union européenne, les multinationales ont intérêt à aller chercher des marchés aux USA. Parier les chinois contre les américains serait suicidaire mais hélas dans la tendance mentale des actionnaires milliardaires européens.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :