Carlos Ghosn reconduit à la tête de Renault, ampute son salaire de 30%

 |   |  396  mots
Carlos Ghosn, qui dirige Renault depuis 2005 et aura 64 ans en mars, a décidé, après avoir reçu l'avis favorable du Conseil d'administration, de nommer Monsieur Thierry Bolloré aux fonctions de Directeur Général Adjoint Groupe, à compter du 19 février 2018.
Carlos Ghosn, qui dirige Renault depuis 2005 et aura 64 ans en mars, a décidé, "après avoir reçu l'avis favorable du Conseil d'administration, de nommer Monsieur Thierry Bolloré aux fonctions de Directeur Général Adjoint Groupe, à compter du 19 février 2018". (Crédits : © Christian Hartmann / Reuters)
Carlos Ghosn reste Pdg de Renault, Thierry Bolloré devient, sans surprise, directeur général adjoint. L'Etat français a néanmoins obtenu de Carlos Ghosn qu'il abaisse son salaire de 30%, sujet récurrent de polémiques, et des gages quant à la pérennisation de l'Alliance.

Le conseil d'administration de Renault a donné jeudi son feu vert à un nouveau mandat de Pdg de Carlos Ghosn qui a parallèlement nommé un numéro deux, conformément au souhait de l'Etat français de le voir préparer sa succession.

L'Etat obtient gain de cause sur le salaire

De son côté, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a indiqué à l'AFP que M. Ghosn avait accepté une diminution de 30% de son salaire, un motif de tension récurrent dans le passé avec l'Etat actionnaire, qui avait encore l'année dernière voté contre une résolution sur la rémunération totale du Pdg (7,25 millions d'euros).

"Le conseil d'administration a décidé de proposer le renouvellement du mandat d'administrateur de Monsieur Carlos Ghosn qui sera soumis à l'Assemblée générale des actionnaires le 15 juin", a indiqué Renault dans un communiqué diffusé en soirée.

Soulignant les "résultats exceptionnels" obtenus sous M. Ghosn par l'entreprise, qui doit diffuser vendredi ses comptes pour 2017, le conseil d'administration, lui a "également renouvelé sa pleine confiance", selon la même source.

Trois objectifs

Les administrateurs ont fixé "trois objectifs prioritaires" pour le prochain mandat de quatre ans: "piloter les enjeux stratégiques du Plan Drive the Future", qui vise un chiffre d'affaires de 70 milliards d'euros en 2022 contre un peu plus de 50 en 2016 ; "engager les étapes décisives permettant de rendre l'Alliance pérenne" et "renforcer le plan de succession à la tête du Groupe Renault".

L'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi constitue un groupe aux équilibres complexes, entre intérêts français et japonais. Il repose aujourd'hui en grande partie sur la personnalité du dirigeant franco-libano-brésilien.

En outre, Carlos Ghosn, qui dirige Renault depuis 2005 et aura 64 ans en mars, a décidé, "après avoir reçu l'avis favorable du Conseil d'administration, de nommer Monsieur Thierry Bolloré aux fonctions de Directeur Général Adjoint Groupe, à compter du 19 février 2018", selon le texte diffusé à l'issue de la réunion du conseil.

Arrivé en 2012 chez Renault, M. Bolloré, 54 ans, en était jusqu'ici directeur délégué à la compétitivité.

M. Bolloré "connaît bien l'industrie, il connaît bien Renault, il a montré qu'il était capable de bien travailler avec les Japonais (...) évidemment, l'un des critères les plus importants c'est sa capacité à contribuer à la performance de l'entreprise", a déclaré M. Ghosn jeudi soir à l'AFP.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/02/2018 à 0:49 :
Il est bon très bon mais les médiocres en sont jaloux. c'est tout. C'est quoi 7 millions / 3 milliard de bénéfice. Le seul risque est qu'avec l'age il perde la main c'est tout. Et ça c'est le boulot du conseil que de surveiller.

Au fait combien coute notre Gamelin du chemin de fer j'ai nommé Guillaume Pépy?
a écrit le 18/02/2018 à 9:50 :
Ha une petit efforts pour faire un peux moins de bruits, espérons au moins que se monsieurs regle l'impôts dans notre pays...
Pour se qui est du devellopement dè cette entreprise, je regrette sont retard important dans les véhicules hybrides....
a écrit le 16/02/2018 à 17:51 :
Moins 30% sur le salaire de Carlos Ghosn ? Macron et Lemaire parfaits apparatchiks !
a écrit le 16/02/2018 à 17:47 :
Je trouve étrange que l'on (les énarques qui nous dirigent) décide la réduction de la rémunération d'une personne dont presque tout le monde (même les syndicats) reconnaît la bonne gestion du groupe RENAULT. On ne peut pas en dire autant de ceux qui assument des décisions mais nous présentent la facture. Enarques contre Polytechnicien-Ingénieur des Mines!...
Les uns savent compter, les autre savent décompter.
Réponse de le 17/02/2018 à 8:10 :
..... la frontière c'est ..... l'indecence !
Sauf a vouloir vivre dans une société ou une super caste accapare tous les profits et les richesses ....
Ceux qui trouvent ces salaires "normaux " par rapport a ceux d'un enseignant , d'un pompier ou d'une infirmière en font certainement partie !
a écrit le 16/02/2018 à 16:31 :
IL DIMINUE SON SALAIRE CHEZ RENAULT POUR FAIRE PLAISIR A LA POPULASSE MAIS VA TOUCHER UN SALAIRE POUR SON RÔLE CHEZ MITSUBISHI qui ne faisait pas parti de l'alliance....CHERCHER L'ERREUR
Réponse de le 17/02/2018 à 2:37 :
et alors, il est où le problème ???
a écrit le 16/02/2018 à 13:16 :
On reproche les revenus trop élevés de Monsieur Ghosn, pourtant, il a hissé le groupe à la première place mondiale. D'ailleurs, il est très loin des rémunérations des patrons américains. L'état français veut des petits revenus pour tout le monde, il y arrive grâce à une fiscalité confiscatoire, des petits boulots, des taxes partout.On résonne petit , c'est dommage.
Réponse de le 16/02/2018 à 15:06 :
Quel numero un mondial ? c'est une blague ? vous gobez n'importe quoi, s'il suffit qu'un nain s'associe avec des géants pour se proclamer numero un ça reste un nain.

VW ce ne sont que des marques allemandes possédées en propre pas un montage abracadabranquignolesque.
Réponse de le 16/02/2018 à 21:55 :
Sur 3.9 Myards de resultat operationnel, 2,8 proviennent de Nissan.
Réponse de le 17/02/2018 à 8:13 :
..... des taxes et des impots partout mais surtout on se demande OU ils passent ?
Un état les plus taxés au monde , en perpétuel situation d'augmentation de dette , il y a un GROS problème : l'assistanat social n'explique pas tout !
a écrit le 16/02/2018 à 12:48 :
A quand l'entreprise sans chauffeur ?
a écrit le 16/02/2018 à 12:33 :
Bien.
Mérité sans aucun doute.
a écrit le 16/02/2018 à 9:49 :
Salaire honteux ! 7 M € / an soit 580 000€ / mois ! 58 000 serait déjà bien payé...
et en plus, il a tenté en 2017 une manip frauduleuse afin d'augmenter confidentiellement son salaire...
Réponse de le 16/02/2018 à 12:08 :
Alliance Renault Nissan Mitsubishi, premier constructeur mondial au premier semestre 2017, 130 00 personnes à gérer, plusieurs marques à gérer...Donc oui son salaire est tout à fait normal. Si cela ne vous convient pas, prenez sa place et octroyez vous le salaire que vous citez.
Réponse de le 16/02/2018 à 13:20 :
C'est vrai si l'on compare ce salaire à la moyenne des salaires en France.
On peut toujours demander à un retraité qui gagne 1400 e par mois , pourquoi il doit payer une CSG de 290 e de plus par an. Le problème, ce n'est pas le salaire de ce président , mais la faiblesse des salaires distribués dans notre pays, une fiscalité démente et une précarité des emplois.
Réponse de le 17/02/2018 à 2:40 :
salaire des plus raisonnables : un salaire n'est pas un chiffre c'est avant tout des projets réalisés avec succès : BRAVO M GHOSN !!!
a écrit le 16/02/2018 à 7:26 :
Encore de beaux modèles de véhicules en perspective....😂😂
Réponse de le 16/02/2018 à 10:38 :
Oui, comme d' habitue, beaux et fiables, l' austérité et l' approximation, ça ce se passe chez le généraliste gazeur d' outre-rhin!
Réponse de le 16/02/2018 à 17:41 :
Et les plus poluants. Pas bon pour la planète

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :