Renault s'est lancé à la recherche du successeur de Carlos Ghosn

 |   |  350  mots
Carlos Ghosn, 63 ans, qui a déjà quitté les commandes opérationnelles de Nissan en avril, resterait président de Renault.
Carlos Ghosn, 63 ans, qui a déjà quitté les commandes opérationnelles de Nissan en avril, resterait président de Renault. (Crédits : Reuters)
Le ou la dauphin-e de Carlos Ghosn, 63 ans, devrait être désigné-e au conseil d'administration en février prochain, pour que les actionnaires puissent se prononcer lors de la prochaine assemblée générale du constructeur automobile, programmée le 15 juin, et dont les résolutions doivent être publiées en avril.

Carlos Ghosn ne restera pas éternellement à la tête de Renault. La marque au losange a entamé le processus de recherche d'un successeur pour son emblématique patron, Carlos Ghosn, dont le mandat arrivera à échéance lors de la prochaine assemblée générale en juin, indique le journal Les Échos dans son édition de jeudi.

Selon le quotidien, qui ne cite pas ses sources, "des chasseurs de têtes ont été mandatés et les candidats sont en train d'être auditionnés".

L'objectif serait de désigner le successeur de CarlosGhosn en février pour que les actionnaires du constructeur automobile français valident cette nomination lors de la prochaine assemblée générale, prévue le 15 juin.

L'État ouvert à une candidature extérieure

Carlos Ghosn, 63 ans, qui a déjà quitté les commandes opérationnelles de Nissan en avril, resterait président de Renault, dans le cadre d'une scission des fonctions de président et de directeur général, précise Les Echos. Il continuerait également de présider l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi. Selon Les Échos, Renault privilégierait une candidature interne, tandis que l'Etat français, qui détient 15% du constructeur, n'exclurait pas une personnalité extérieure, à condition qu'il ne s'agisse pas d'un étranger.

Reuters a rapporté début juin que le PDG de Renault, qui a cédé cette année la direction opérationnelle de Nissan pour n'en conserver que la présidence, était aussi à la recherche d'un nouveau responsable opérationnel pour l'alliance afin de préparer sa propre succession. Des sources avaient alors indiqué que plusieurs hauts dirigeants de Renault et de Nissan avaient posé leur candidature dans le cadre d'un processus de recrutement interne, notamment l'espagnol Jose Munoz, directeur délégué à la Performance de Nissan, le japonais Yasuhiro Yamauchi, directeur délégué à la compétitivité du groupe nippon, l'allemand Stefan Mueller, homologue de Jose Munoz chez Renault, et le français Thierry Bolloré, homologue de Yasuhiro Yamauchi dans le groupe au losange.

Contacté par l'AFP et Reuters, un porte-parole de Renault n'a pas souhaité faire de commentaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/01/2018 à 13:33 :
Et pourquoi pas une dyarchie Jean-Luc Melenchon et Philippe Martinez pour amener le groupe a des sommets ???
a écrit le 04/01/2018 à 13:23 :
Raquel GARRIDO ??
a écrit le 04/01/2018 à 13:22 :
Nadine MORANO ?
a écrit le 22/12/2017 à 13:32 :
Dame Lauvergeon s'estime qualifiée et surtout et toujours très intéressée par la rémunération !
Mais je compte sur Bruno Le Maire pour ne soutenir qu'un candidat à la hauteur de ces hautes responsabilités.
a écrit le 22/12/2017 à 13:28 :
Un énarque peut-être, histoire de détruire rapidement tout ce qu'a construit Carlos Ghosn ?
a écrit le 22/12/2017 à 7:38 :
François Fillon.....😁😂
a écrit le 21/12/2017 à 12:57 :
Macron ?
a écrit le 21/12/2017 à 12:22 :
Facile, l'ancien PDG d'Airbus, Fabrice Brégier !
a écrit le 21/12/2017 à 10:56 :
Pourvu que l'état français ne vienne mettre pas son grain de sable...surtout qu'il est un des plus mauvais gestionnaire d'entreprises ( AREVA, SNCF, EDF, etc....)
Réponse de le 21/12/2017 à 11:53 :
Ca doit commencer à rêver du coté de l'Enarchie française, craignons que le pire puisse arriver !!!!!
Réponse de le 22/12/2017 à 11:31 :
Mais Renault c est avec l argent du contribuable que cette grande entreprise a émerger. Réseau, usine, ingénieries. Des salariés fidèles bien payés compétent ont fait le succès de cette entreprise
a écrit le 21/12/2017 à 10:50 :
Fabrice Breger?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :