Le gouvernement ukrainien appelle au "boycott" mondial de Renault, "sponsor de la machine de guerre russe"

Le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba a appelé mercredi à un "boycott" mondial de Renault en raison de "son refus de quitter la Russie", à la suite de l'invasion de l'Ukraine par les forces russes. Plus tôt dans la journée, lors d'une déclaration à l'Assemblée Nationale, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a dénoncé les entreprises françaises, dont Renault, qui continuent leurs opérations en Russie, les accusant d'être les "sponsors de la machine de guerre russe". Pour Renault, dont le premier actionnaire est l'Etat français, le statu quo en Russie est de plus en plus intenable... Mais un retrait serait vécu comme un véritable cauchemar. Analyse.
Nabil Bourassi

3 mn

(Crédits : UMIT BEKTAS)

Renault plus que jamais sous pression ! Le groupe automobile français a été cité par le président ukrainien qui intervenait devant les députés français. Dans une visioconférence transmise en directe à l'Assemblée Nationale, Volodymyr Zelensky a exhorté les entreprises françaises "à cesser d'être les sponsors de la machine de guerre russe". Et de citer Renault, parmi Leroy Merlin et Auchan. "Les entreprises françaises doivent arrêter de financer le meurtre d'enfants de femmes, de viols", a lancé le président ukrainien assiégé par les troupes russes à Kiev, la capitale du pays. "Tout le monde doit se rappeler que les valeurs valent plus que les profits", a-t-il implacablement martelé alors que les entreprises françaises tergiversent face aux enjeux économiques d'un abandon du marché russe. Quelques heures plus tard, le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba a carrément appelé à un "boycott" mondial du constructeur automobile français en raison de "son refus de quitter la Russie".

Dmytro Kouleba accuse dans un tweet Renault, dont la Russie est le deuxième marché et où il est présent via la compagnie AvtoVAZ, de "soutenir une guerre brutale d'agression". Il appelle en conséquence "les clients et les entreprises à travers le monde à boycotter le groupe Renault".

Plus qu'un Leroy Merlin ou un Auchan, la position de Renault sur la Russie est de plus en plus compliquée à tenir, en vertu du statut de son premier actionnaire qui n'est autre que l'Etat français (15% du capital) et qui est largement partie prenante dans les sanctions prises contre Moscou.

Un cauchemar pour Renault

Chez Renault, le scénario d'un retrait de Russie prend dès lors des allures de cauchemar avec des pertes considérables, mais aussi avec la crainte de ne plus jamais revenir sur ce marché. Le coût d'un départ serait tout simplement colossal. Le constructeur automobile français a pris le contrôle d'Avtovaz (le fabricant de Lada) au début des années 2010 et y a investi plusieurs milliards d'euros pour moderniser l'outil industriel et développer une nouvelle gamme de modèles. Si le chiffre d'affaires est encore limité (3 milliards pour le seul Avtovaz, c'est-à-dire sans les ventes de la marque Renault), la Russie constitue toutefois un des marchés où Renault misait le plus pour son internationalisation. La marque au losange s'apprêtait d'ailleurs à y lancer une nouvelle gamme accompagnée d'une nouvelle stratégie davantage orientée sur les profits que les volumes. Avec 500.000 voitures vendues, la Russie était déjà le deuxième marché de Renault, derrière la France.

Nabil Bourassi

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 26/03/2022 à 2:25
Signaler
On dirait bien que les USA ont décidé de détruire la France par tous les moyens à leur disposition ! C'est assez cocasse de constater que la France a des intérêts bien plus proches de ceux des russes que de ceux des anglo-saxons. Si on ne répond pas ...

à écrit le 24/03/2022 à 13:51
Signaler
Aurions-nous demandé aux entreprises françaises de quitter l'Allemagne nazie ?!

à écrit le 23/03/2022 à 21:30
Signaler
Il ne se tait jamais ? Il devient tellement fatiguant...

à écrit le 23/03/2022 à 21:07
Signaler
Au point où va se trouver la France ,une entreprise de moins ne va pas changer la donne surtout que Biden a subventionné les entreprises automobile historique de Detroit à coup de milliards.On aura de la voiture électrique américaine en Europe ! Ne p...

à écrit le 23/03/2022 à 20:41
Signaler
C'est dommage j'ai pas une renault mais un ford fusion 1.4 tdci, dont j'ai pas a me plaindre, mais j'aurai une renault, dès demain j'irais la déposer a la casse. Va falloir enfin que les russes ils comprennent. On va pas se laisser faire comme ça.

le 24/03/2022 à 8:50
Signaler
c'est le moment où jamais de le dire : qui achète Renault repart en vélo !

à écrit le 23/03/2022 à 20:36
Signaler
Alors il faut boycotter l'Ukraine.

à écrit le 23/03/2022 à 20:16
Signaler
On dirait que l'histoire hoquette, par rapport à 1940. Sa morale en tout cas, c'est qu'il aurait fallu réfléchir à 2 fois avant de faire du business dans le pays de Poutine, surtout après l'annexion de le Crimée.

le 23/03/2022 à 20:44
Signaler
Tout le monde fait des affaires en Chine malgré le Tibet et aux USA malgré l'Iraq....

le 26/03/2022 à 10:42
Signaler
LE problème CE N'EST PAS La RUSSIE ..Mais L' UKRAINE ....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.