Ghosn a vraiment utilisé l'argent de Nissan à des fins privées, soutient le comité externe

 |  | 451 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Issei Kato)
Un comité externe chargé d'examiner la gouvernance de Nissan depuis le début de l'année a rendu son rapport. Carlos Ghosn et Greg Kelly continuent de démentir formellement ces accusations à leur encontre.

Le comité chargé de remanier la gouvernance de Nissan a déclaré mercredi qu'il y avait suffisamment de faits permettant de soupçonner l'ancien président Carlos Ghosn d'avoir enfreint les lois et utilisé des fonds du constructeur automobile japonais à des fins privées.

La concentration des pouvoirs, principal germe des mauvaises pratiques

Le comité externe, qui examine la gouvernance de Nissan depuis le début de l'année, a ajouté dans son rapport que la concentration des pouvoirs sous l'ère Ghosn était la principale cause des malversations dont l'ex-dirigeant est accusé.

Pour y remédier, le comité recommande que la majorité des administrateurs du groupe soient indépendants, qu'un administrateur indépendant devienne président du conseil d'administration et que le rôle de président de Nissan soit aboli.

"Nous nous attendons à ce que Nissan prenne ces recommandations au sérieux et les applique rapidement afin de mettre en place la meilleure structure de gouvernance possible", a déclaré le coprésident du comité, Seiichiro Nishioka, lors d'un point de presse à Yokohama.

Le groupe Renault n'a pas souhaité s'exprimer dans l'immédiat.

La gouvernance au menu de l'AG de juin

Sur la base des recommandations du comité, Nissan a annoncé qu'il présenterait des propositions visant à changer la gouvernance de l'entreprise lors de son assemblée générale en juin.

Avant cela, Nissan tiendra une assemblée extraordinaire le mois prochain pour que ses actionnaires se prononcent sur l'éviction de Carlos Ghosn et de son ancien bras droit Greg Kelly du conseil d'administration.

Carlos Ghosn et Greg Kelly démentent formellement ces accusations

Carlos Ghosn, libéré début mars en échange du versement d'une caution de 1 milliard de yens (soit 7,9 millions d'euros) après plus de 100 jours de détention, dément les accusations portées contre lui, de même que Greg Kelly, qui a également été inculpé.

Le comité, dans son rapport, cible aussi Greg Kelly pour l'aide présumée qu'il a apportée à l'ancien président de Nissan.

"Il existe des faits suffisants pour suspecter des violations des lois et des réglementations, des règles internes et une utilisation privée des fonds et des dépenses de l'entreprise (...) par M. Ghosn et M. Kelly", écrivent les sept membres du comité.

"Il est clair qu'il y a des problèmes qui demandent une amélioration de la gouvernance de Nissan car celle-ci n'a pu empêcher les malversations."

Le conseil d'administration de Nissan est actuellement composé de neuf administrateurs, y compris le président, dont trois sont des administrateurs indépendants. Deux administrateurs, dont un extérieur à l'entreprise, ont précédemment occupé les postes hauts placés chez Renault.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/03/2019 à 10:57 :
Je ne sais pas si ça vaut le coup de perdre du temps à tirer sur une ambulance...
a écrit le 28/03/2019 à 8:40 :
Le coup monté continu, qu'il est payé ceci cela, palais, ou autres avantages délirant on s'en tape sauf les "bons Français toujours outrés" dès qu'on parle argent ! (mais pas de soucis pour recevoir un Dictateur chinois).
La question est simple est ce que OUI ou NON c'était dans son contrat si OUI (ce qui semble évident) alors il n'y a rien à redire !
a écrit le 28/03/2019 à 1:26 :
Arrêtez de faire vos surpris.
Toute la presse internationale s'est fait l'écho, dans le détail des malversations de Ghosn. Palais au Liban, immeubles au Brésil, toute la famille étendue de Ghosn logée à grand frais par une filiale offshore de Nissan, etc... Le tout agrémenté de procédures à son encontre non pas par la seule justice japonaise mais par les policiers et juges d'une demi-douzaine de pays.

Seule la presse française s'arc-boute et s'offusque pour sauver l'honneur d'un oligarque arriviste comme un autre qui fait passer son avarice pour de la raison d’État.
a écrit le 27/03/2019 à 20:50 :
Condamnation à mort ou prison à vie ?
Réponse de le 28/03/2019 à 1:50 :
Ni l'un ni l'autre.
Il va etre condamne pour des faits d'argent detourne.
Il va prendre entre dix et quinze annees de reclusion.
Un arrangement sera possible a mi peine contre un tres fort montant financier.
Il est dans de sales draps, il le merite.
a écrit le 27/03/2019 à 18:08 :
C'est le très sérieux Bloomberg américain qui révèle l'information: c'est l'entreprise Nissan Motor qui a payé les frais de scolarité des quatre enfants du président de l'empire industriel Renault-Nissan, Carlos Ghosn.Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'ils n'étaient pas à l'école publique du coin: Nissan a ainsi payer les frais de scolarités de l'université de Stanford (Californie) entre 2004 et 2015. Soit quelque 601000 dollars américains (532000 euros environ).
Était-ce légal, alors que Carlos Ghosn se voit déjà reprocher une dissimulation fiscale au Japon, et un mariage payé par Renault en France? Une source anonyme au sein de Nissan affirme que "cet avantage faisait partie du contrat de travail de M. Ghosn depuis 1999, date à laquelle il a été embauché en tant que président-directeur général du constructeur automobile japonais".Nissan a refusé de commenter les détails des programmes de rémunération de ses dirigeants. Mais un porte-parole de la famille Ghosn assure que son contrat a été approuvé par Nissan, et qu'il incluait d'ailleurs aussi... le paiement de frais de scolarité avant l’université.Quant à Stanford, un de ses porte-parole rappelle que la loi américaine lui interdit de donner des informations sur l'identité de la personne assurant le paiement des frais de scolarité.
a écrit le 27/03/2019 à 17:40 :
Administrateurs indépendants de qui ? On attends la réponse de l'actionnaire majoritaire qui a sauvé l'entreprise en apportant sa garantie bancaire alors que Nissan était en quasi banqueroute ...

Récemment Hiroto Saikawa a reconnu avoir signé les documents de rémunération de CG y compris sous des formes diverse ; exactement ce qu'il lui a reproché par la suite !

Pourquoi Renault ne faisait pas partie de ce comité de gouvernance nippo-japonais ?
Réponse de le 27/03/2019 à 20:41 :
Je cite : Selon ce comité composé de sept membres, M. Ghosn décidait tout lui-même dans la compagnie et avait placé «des proches», pour éviter que ses «agissements» ne soient découverts.
«Il n’était pas possible de s’opposer à lui», insiste le rapport à plusieurs reprises. «Il était déifié (élevé au rang de divinité !) au sein de Nissan en tant que sauveur du groupe, et ses activités étaient considérées comme un territoire impénétrable».

Et le document de critiquer aussi une façon de diriger autoritaire...

Est-ce-que le fait d'avoir sauvé Nissan permettrait d'utiliser à son profit l’argent de l’entreprise ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :