"Nos clients pourront s'offrir une voiture d'occasion tous les 4 ans", Alexandre Parot

 |  | 559 mots
Lecture 3 min.
Alexandre Parot veut vendre 15.000 voitures par an via sa nouvelle offre Zanzicar.
Alexandre Parot veut vendre 15.000 voitures par an via sa nouvelle offre Zanzicar. (Crédits : DR)
Alexandre Parot qui dirige le groupe éponyme spécialisé dans la distribution automobile (400 millions d'euros de chiffre d'affaires), veut accélérer dans le digital. Avec Zanzicar, il souhaite mettre l'accent sur la distribution de voitures d'occasion avec une offre commerciale inspirée du marché du neuf, la location avec option d'achat.

LA TRIBUNE - Lors de votre introduction en Bourse en octobre dernier, vous aviez évoqué votre projet d'entrer dans l'ère du digital...

ALEXANDRE PAROT - Oui, aujourd'hui nous lançons donc Zanzicar, une offre 100% digitale qui a une approche très différente de ce que nous faisions jusqu'ici et de ce qui a cours actuellement sur le marché. Nous avons voulu mettre au cœur du concept de Zanzicar la notion d'usage. A l'heure où la notion de propriété est de moins en moins privilégiée par les clients, il nous a semblé important d'apporter des réponses alternatives de mobilité non pas dans le neuf, mais dans le véhicule d'occasion (VO). C'est un vrai parti pris de notre part, mais le marché automobile c'est pour les deux tiers, des voitures d'occasion.

Quelle est votre stratégie pour proposer à vos clients une offre fondée sur l'usage, et non sur la propriété pour les voitures d'occasion ?

Nous allons proposer une offre de financement en LOA (location avec option d'achat, ndlr). Autrement dit, le client paiera un loyer et il pourra changer de voiture tous les 4 ans s'il le souhaite... Ce produit financier est surtout proposé dans des transactions sur le marché du neuf. Nous avons décidé de le lancer sur le VO.

Cela signifie que vous devenez donc propriétaire d'un parc automobile avec tout ce que cela implique en matière de bilan comptable et de dépréciation d'actif ?

Non, car nous avons constitué cette offre avec un partenaire qui sera en réalité le vrai propriétaire du parc en location.

De la LOA sur des voitures d'occasion comporte un risque plus important compte tenu de la valeur résiduelle d'une voiture...

Le groupe Parot a l'habitude de vendre des voitures d'occasion, et nous avons toujours pris soin de remettre en état après expertise nos voitures d'occasion. Nous sommes totalement transparents sur nos produits, et nous sommes sûrs de ce que nous vendons puisque nous les garantissons toutes un an. Le prix proposé tiendra évidemment compte des défauts éventuels, inhérents au marché de l'occasion.

Pourquoi un client choisirait une offre de LOA sur une voiture d'occasion face à l'offre proposée sur des produits neufs, qui sont déjà extrêmement compétitifs ?

Notre offre joindra de nombreux autres services associés comme la révision, la réparation et l'assurance. Enfin, comme je le disais, le marché de l'occasion représente les deux tiers des ventes de voitures en France. Cette offre est bien adaptée à la clientèle particulière, tandis que le neuf est de plus en plus accaparé par les ventes à société.

Quels sont les objectifs de Zanzicar ?

Nous en avons deux. Nous voulons vendre 15.000 voitures d'occasion via Zanzicar à horizon 2020, soit 30.000 VO en tout. Notre deuxième objectif est que Zanzicar soit à l'équilibre dès 2018.

Lors de votre introduction en Bourse vous disiez vouloir transformer votre entreprise en fournisseur de mobilités. Comptez-vous aller plus loin dans les nouvelles offres de mobilité ?

Notre métier reste et restera la distribution automobile. Nous n'excluons pas de nouer des partenariats avec d'autres acteurs sur du covoiturage, pourquoi pas, si nous parvenons à définir une offre disruptive autour d'un modèle qui a du sens d'un point de vue opérationnel et financier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/06/2017 à 11:36 :
L'intérêt de s'offrir une nouvelle voiture tous les 4 ans? Raisonnablement, aucun. Seule la société de consommation égoïste sur laquelle notre modèle économique est bâti y a intérêt. L'Humanité vivant dans un monde fini de ressources épuisable, ainsi que nos descendant n'y ont aucun intérêt. De tels arguments marketing sont donc un crime contre un avenir décent de l'Humanité et devraient être condamnés lourdement.
Réponse de le 23/06/2017 à 12:24 :
vous avez mal lu, il s agit d avoir une nouvelle voiture d OCCASION tous les 4 ans. Apres le fait de changer de voiture apres 4 ans depend du nombre de km que vous faites ou d evenements exterieurs (par ex si vous avez des enfants)
Réponse de le 24/06/2017 à 18:01 :
je suis d'accord avec Truc
a écrit le 23/06/2017 à 10:27 :
Il y a eu les Subprimes pour les logements ou l'on a vendu des maisons à des clients insolvables et fourgué la dette à des investisseurs cherchant un rendement élevé donc tout bénéf pour le vendeur maintenant il y a le carsubprime ou l'on vend des véhicules neufs à des clients sans regarder s'ils sont solvables car la dette est reprise par des fonds de pension et maintenant on va avoir l'occassionsubprime où le but est de vendre le plus possible à n'importe qui: solvable ou pas, le vendeur-gestionnaire ne s'inquiétant pas d'être remboursé étant donné qu'il a déjà vendu la dette de l'acheteur à ses actionnaires. Un système qui fonctionne avec une demande qui augmente mais un crash en perspective lorsque le marché sera saturé.
a écrit le 23/06/2017 à 9:48 :
Hum ça manque de références tarifaires tout ça...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :