Porsche veut atteindre la neutralité carbone sans toucher à la 911

 |  | 640 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : Porsche)
La marque de voitures de sport de luxe veut accélérer son processus de décarbonation pour atteindre la neutralité en 2030. Mais il refuse de toucher à la 911, icône de la marque, mais gros consommateur de carburant à effets de serre. Pour atteindre son objectif, Porsche, dont les résultats annuels sont excellents, a un plan...

L'honneur est sauf ! Malgré la chaotique crise sanitaire, Porsche est parvenu à afficher une marge opérationnelle, l'une des plus élevées du secteur derrière Ferrari, à deux chiffres. A 14,5%, la rentabilité de la marque de voitures de sport de luxe a été à peine effleurée par la crise du Covid-19 (15,4% en 2019). Sa rentabilité opérationnelle est ressortie à 4,2 milliards contre 4,4 milliards l'année précédente et à 272.000 voitures vendues, les ventes ont baissé de seulement 3%. Le chiffre d'affaires est même ressorti en hausse de 100 millions à 28,7 milliards d'euros.

"Dans un contexte difficile, Porsche peut se prévaloir d'un exercice 2020 réussi", a déclaré Oliver Blume, Président du Directoire de Porsche. Parmi les clés du succès de Porsche, figure le Taycan, le premier modèle 100% électrique de la firme de Stuttgart. Il s'en est écoulé 20.000 unités en 2020, surfant ainsi sur la vague de l'électromobilité dont l'essor a été amplifié avec la crise.

Le Taycan, la carte atout

Pour Detlev von Platen, membre du directoire de Porsche en charge des ventes et du marketing, l'arrivée du Taycan dans la gamme Porsche a été un moment fort dans l'histoire de la marque, semblable à l'arrivée du Cayenne en 2003, son premier SUV, ou de la Panamera en 2009, sa première berline coupée.

"Notre ambition n'était pas seulement de créer une voiture électrique, c'était de faire une nouvelle Porsche en nous appuyant sur la technologie électrique", a déclaré Detlev von Platen lors d'une visioconférence avec des journalistes en marge de la présentation des résultats annuels.

Autrement dit, l'élaboration du Taycan a suscité une révolution de la culture maison, mais Porsche n'a pas l'intention d'accélérer la feuille de route qu'il s'est imposée. "Notre nouveau Macan qui arrivera l'an prochain sera entièrement électrique", a rappelé Detlev von Platen.

"Nous maintenons notre objectif de 50% de ventes de voitures électrifiées en 2025, et 80% en 2030", a-t-il indiqué, estimant que cet objectif était déjà très ambitieux pour une marque qui ne veut pas perdre de vue son identité construite sur la propulsion thermique.

Pas touche à la 911 !

Pas question par exemple de toucher à la 911 qui reste "une icône" que la marque ne conçoit pas autrement qu'en voiture thermique. Pour remplir ses objectifs de neutralité carbone, Porsche a décidé d'investir lourdement dans la production de carburant de synthèse, dont l'utilisation de CO2 nécessaire à sa fabrication permet de compenser le CO2 émis pendant la combustion. Porsche va investir dans un site au Chili pour produire ce carburant à partir d'énergies renouvelables comme le solaire et l'éolien. Encore dans une phase de R&D, ce carburant de synthèse devrait arriver à maturité en 2030. A cette date, Porsche veut être neutre en carbone sur l'ensemble de la chaine de création de valeur.

"Nos principaux sites, comme Zuffenhausen, Weissach et Leipzig, sont neutres en carbone depuis 2021. Nous comptons investir plus d'un milliard d'euros dans la décarbonation sur les 10 prochaines années", écrit le groupe dans un communiqué de presse.

Rimac, la pépite croate

Pour autant, Porsche ne néglige pas la technologie électrique et veut s'appuyer sur Rimac pour perfectionner son arsenal technologique. La marque a récemment porté à 24% sa prise de participation dans le capital du fabricant croate de voitures électriques. "La manière dont ils travaillent nous a beaucoup intéressé, et notre collaboration a donné de nouvelles orientations à Porsche", a commenté Detlev von Platen. "Inversement, nous avons apporté une structure de process et de maturité à Rimac", a-t-il ajouté. L'entreprise fondée par Mate Rimac en 2009 s'est spécialisée dans la R&D de batteries à très hautes performances. L'accord de partenariat fait de Rimac un nouveau fournisseur de Porsche, qui garde secret les pièces visées par ce contrat.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/03/2021 à 11:15 :
L'industrie automobile est hors du temps, en quelque sorte une anomalie spatio-temporelle, en particulier ses modèles de luxe, et l'électrique n'y changera rien. C'est un concept pour boomers ou assimilés (on peut être un "jeune vieux") en recherche désespérée de testostérone, totalement déconnecté des véritables enjeux climatiques, et à mille lieux du monde d'après qui sera l'avènement du transport collectif, de gré ou de force. Seules les petites voitures permettant aux campagnards de se déplacer pour des raisons utilitaires restera d'usage.
a écrit le 20/03/2021 à 18:53 :
C’est un spot publicitaire des années 70?
a écrit le 20/03/2021 à 9:36 :
Premièrement, la construire avec une électricité décarbonée..
a écrit le 20/03/2021 à 8:24 :
La marque à un seul modèle... quelle imposture quand même cette industrie automobile allemande hein.

Heureusement qu'il y a Ferrari et quelques autres non allemands pour sauver le luxe dans l'automobile.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :