Prouesses techniques et offensive en Chine : Tesla électrise Wall Street

 |   |  1059  mots
Des Tesla électriques Model 3 produites dans l’usine chinoise du constructeur américain, à Shanghai, inaugurée début janvier.
Des Tesla électriques Model 3 produites dans l’usine chinoise du constructeur américain, à Shanghai, inaugurée début janvier. (Crédits : Aly Song/Reuters)
Malgré son statut de « petit » constructeur et ses difficultés de production, l’entreprise d’Elon Musk est créditée d’une valorisation record en Bourse – plus que Ford et General Motors réunis –, qui salue surtout son aura d’entreprise futuriste et innovante.

Elon Musk peut sabler le champagne : Tesla ne s'est jamais aussi bien porté. Le constructeur automobile a vendu un total de 112 .000 véhicules dans le monde au dernier trimestre 2019. Un record pour l'entreprise, qui bat largement les prévisions des analystes (elles tournaient autour de 105. 000) et permet à Tesla d'atteindre les 367.500 véhicules livrés sur l'année entière, dépassant l'objectif de 360. 000 qu'Elon Musk s'était fixé.

Wall Street en a pris bonne note. Mi-janvier, l'action Tesla a pour la première fois dépassé les 500 dollars, et continue aujourd'hui d'être au-dessus de ce montant. La valorisation de Tesla a du même coup explosé, dépassant les 100 milliards de dollars le 22 janvier dernier, soit plus que celles de Ford et General Motors cumulées, ce qui en fait le constructeur automobile le mieux valorisé de l'histoire des États-Unis.

Une performance d'autant plus remarquable que Tesla demeure un petit constructeur face aux mastodontes américains de l'automobile : l'an passé, Ford a vendu 2,4 millions de véhicules rien qu'aux États-Unis, et 3 millions supplémentaires en Chine. Pourtant, l'année passée n'avait pas été exempte de difficultés pour l'entreprise...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/02/2020 à 9:56 :
"Si vous avez un découvert de 10 euros à la banque c'est votre problème, mais si vous avez un découvert de 100 millions d'euros là c'est le problème de la banque"

L'idée de Musk étant de rendre les banques dépendants de son business afin de dynamiser son entreprise c'est une bonne façon de manipuler des financiers qui sont incapables de prendre des risques, on ne peut que les y contraindre c'est très bien joué.

Parce que sinon ce mode de fonctionnement génère l'inverse à l'image de BAYER et de ses 40 milliards que la finance alimente afin de ne pas perdre une entreprise qui est de ce seul fait tenue artificiellement à bout de bras, c'est l’inverse TESLA, cela tire l'entreprise vers le bas.

Mais les deux cas ont ceci en commun ils exposent comme la finance a totalement envahi l'économie alors qu'elle ne devrait que la suivre elle la guide générant de ce fait le principe que si tu as une mauvaise idée mais un gros budget elle sera financé et si tu as une bonne idée mais sans capital, jamais elle ne verra le jour.
a écrit le 01/02/2020 à 7:05 :
L'alchimie américaine pour créer de rien un futur mastodonte ds l'automobile électrique et autonome et ds le spatial, grâce à des investisseurs qui ne craignent pas le risque, un génie visionnaire en technologie qui n'est même pas d'origine américaine, EM qui a choisi l'Amérique pour matérialiser ses rêves et mise essentiellement sur l'innovation pour constituer ses équipes...
Le côté pile de cette dynamique qui bâtit des empires et des fortunes.
Mais également le côté face avec Boeing, GM et les pétroles et gaz de schiste qd malheureusement la finance prend le dessus...
a écrit le 31/01/2020 à 8:29 :
Plutôt une course aux armements classique, permettant de consolider financièrement une entreprise pour l'endurcir durablement face à la concurrence. Les actionnaires américains sachant s'allier et investir leur argent dans leur nation tandis que notre armée mexicaine d'actionnaires milliardaires européens elle... ben elle doit elle aussi investir sur Tesla.

Ou VW, une multinationale "rassurante" pour notre vieille oligarchie qui sent le souffre, la naphtaline et le formol.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :