Tesla : Elon Musk choisit Berlin pour installer sa GigaFactory

 |   |  480  mots
(Crédits : Mike Blake)
Le constructeur automobile spécialiste des voitures 100% électrique haut de gamme va construire sa première usine européenne près de Berlin. Ce nouveau site complète le dispositif industriel qui doit permettre à Tesla d'augmenter ses capacités de production.

Du Elon Musk tout craché... Comme toujours, le fondateur de Tesla n'a pas fait dans la sobriété pour annoncer que sa quatrième Gigafactory serait construite près de Berlin. C'est sur scène (évidemment), devant un parterre de journalistes et de patrons (dont le PDG du groupe Volkswagen) et alors qu'il se voyait remettre le "volant d'or", décerné par le magazine allemand Bild, qu'Elon Musk a lâché : "j'ai une annonce qui sera probablement bien reçue".

A l'image des cérémonies d'annonce des prochaines villes olympiques, Elon Musk a divulgué le nom de la ville vainqueur après avoir mis en compétition l'Europe toute entière. Pour accentuer la tension de cette compétition, Tesla avait même lancé des ballons d'essais via des "rumeurs de presse", en suggérant que les Pays-Bas tenaient la corde.

L'Allemagne se convertit à l'électromobilité

Elon Musk a donc élu la capitale allemande pour y ériger son usine géante qui construira voitures, batteries et motorisations. C'est la qualité "extraordinaire" de l'ingénierie allemande qui aurait guidé son choix tout en ajoutant "j'adore Berlin". C'est donc au royaume de la voiture thermique que Tesla a décidé de s'implanter, comme une forme de provocation. Oui mais nul n'ignore que les géants allemands de l'automobile ont mis le turbo depuis quatre ans pour se convertir à l'électromobilité. Volkswagen a même annoncé qu'il construirait sa propre usine de batteries électriques. Ainsi, Elon Musk rend service à l'industrie automobile allemande en lui décernant le sceau de la voiture décarbonée.

Lire aussi : Tesla : les doutes font plonger le titre, mais les marchés financent la dette

Ce projet industriel doit permettre à Tesla de booster la commercialisation de ses voitures électriques qui souffrent encore de délais de livraison très élevés en Europe. Il veut ainsi surfer sur le succès de sa Model 3 qui est devenu en ce début d'année la voiture électrique la plus vendue en Europe. Ainsi, la nouvelle usine européenne produira des Model 3 mais également des Model Y, le nouveau SUV de la gamme qui sera lancée courant 2020.

Devenir un constructeur de masse

Pour Tesla, ce nouveau site doit compléter le dispositif mis en place pour augmenter de façon substantielle ses capacités de production, son principal talon d'Achille. Elon Musk n'a eu de cesse ces dernières années de faire des annonces sur la montée en cadence, mais les process industriels n'ont jamais suivis... Avec 360.000 voitures produites cette année, Tesla est très loin des 500.000 qui avaient été promis pour... 2018. Mais avec l'ouverture le mois dernier de l'usine de Shanghai (500.000 voitures), il semblerait que Tesla soit désormais dans la trajectoire qui va enfin lui permettre de devenir un constructeur de voitures de masse et de dégager, enfin, des économies d'échelles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/12/2019 à 15:13 :
L’image de la France a pris un coup avec ses grèves et ses 35h. Je parlais avec des Américains, les français ont une réputation de fenéant depuis les lois Aubry.
a écrit le 14/11/2019 à 19:07 :
Qu'il aille faire ses E-tron en Allemagne, ça me va.
a écrit le 14/11/2019 à 16:31 :
De toute façon TESLA nous perçoit comme européens et s'implante là où les terrains sont les moins chers ainsi que la main d'oeuvre, avec de bonnes subventions locales. L'Allemagne de l'Est est rongée par le sous emploi avec une main d'oeuvre qualifiée et il ne faut pas hésiter à marcher sur les plate-bandes des constructeurs locaux en plus.
a écrit le 14/11/2019 à 9:32 :
Personne n'a cette impression que l'industrie automobile allemande depuis qu'elle s'est remise à gazer les gens est devenue non grata ?

J'y vois une volonté des américains de venir les gratter sur leur sacrosaint terrain.
a écrit le 14/11/2019 à 8:34 :
Dans notre face , une fois de plus comme la delocalisation des modèles les plus porteurs de nos constructeurs "nationaux"vers d'autres pays. Triste France , bien pâlote.
Réponse de le 14/11/2019 à 12:02 :
Quel est le rapport entre votre commentaire et l'article. Vous auriez aussi pu vous plaindre de la météo.
a écrit le 14/11/2019 à 8:07 :
commentaires très bête une fois de plus !
Demandez-vous plutôt pourquoi TOYOTA à Valenciennes fonctionne si bien avec l'assemblage prochain d'un nouveau modèle à succès hybride !
D'autre part , posez-vous la question des conditions de travail des salariés avant de vous en prendre aux syndicats.
D'ailleurs , je suis sûr que vous travaillez dur dans l'industrie , à la chaîne et en décalé...
Ce ne sont pas des gens comme vous qui auraient permis l'octroi des congés payés ou d'un système de retraite plus digne qu'avant la seconde guerre mondiale où les retraités étaient majoritairement ... des pauvres !
Réponse de le 14/11/2019 à 13:42 :
L'implantation Toyota a valenciennes a été le fruit de la volonté d'un Français, aujourd'hui numéro 2 de Toyota. C'était un fils du nord qui voulait apporter cet investissement là-bas. Cette volonté sentimentale ne change rien au fait que c'est une réussite et qu'il est possible de réussir en France. Mais ce qu'il faut aussi voir là-dedans, c'est que l'attractivité de notre pays est faible (sauf pour des raisons politiques ou sentimentales). Tesla trouve que l'environnement économique et social de l'Allemagne est plus attrayant que celui de la France.
a écrit le 14/11/2019 à 8:02 :
Musk a bien entendu le climat des investissements en france notement profile par des sujettes comme montembourg et martinez.
a écrit le 14/11/2019 à 7:48 :
pas de surprise. pas envie de s´installer en france avec les synndicats grévistes et les gouvernements s´invitant deans les discusions des fusions de groupes privés....
Réponse de le 14/11/2019 à 10:36 :
Dans le développement, le syndicat n'a aucun rapport, sachant qu'ils sont au conseil d'administration en Allemagne......

C'est surtout a présent la caducité de l'élite qui nous porte, de l'innovation et de la compréhension du jeu qu'est le marché !

Mais les gens ou travailleurs n'ont aucun rapport avec un choix qui est lié au fait de ce qui n'a plus été fait par la suite, comprendre que de ne pas sortir de véhicules en 2008 autres que des suv ou le moment était de faire de la voiture moins polluante, montre si il le fallait encore, que les choix de stratégies ne sont pas le fort de ceux qui par ailleurs quelque soit le résultat prendrons un max d'argent.
a écrit le 13/11/2019 à 23:26 :
Au moins le patron automobile de Tesla qui est français n'aura pas fait de lobbying pour son pays natal, ce qui lui aurait peut-être valu une certaine disgrâce de son boss E Musk.
Ce dernier ne peut ignorer les "das auto" premium germaniques qui font fureur aux US et découvrir en visitant l'Europe qu'elles font aussi fureur de ce côté de l'Atlantique et découvrir accessoirement qu'en France on fabrique aussi des voitures qui n'ont rien à voir avec du premium, st totalement absentes du marché nord américain et à faible diffusion en Europe du Nord.
Comme EM est un homme de défi, " das auto" trouve dc grâce à ses yeux comme un adversaire de poids à sa demesure et en y mettant les moyens, il pourra débaucher les ingénieurs star de Daimler, Audi, BMW, Porsche... pour une compétition stimulante.
Que serait il venu faire en France ?? Concurrencer la Zoé ou la Twizy ?? ...rires nerveux et agacés : " Ah bin m....! Si j'aurais su, j'aurais pas venu !! "
a écrit le 13/11/2019 à 22:03 :
Tient, la France n'a pas été préférée pour apporter nouveaux emplois et investissements. Ce serait bien d'en savoir la cause. Mais dans tous les cas, c'est tant mieux car les français haïssent rien de plus que les industries qui exploitent et polluent au profit de leurs actionnaires. Donc c'est plutôt une bonne nouvelle de voir que ce ne sera pas notre pays et notre main d'oeuvre qui subira les outrages de "l'oligarchie capitaliste et antisociale".
a écrit le 13/11/2019 à 19:55 :
Rappelez vous du fait que l'Allemagne dans sa stratégie de conservation des points clefs de la construction, a de fait développé un savoir faire tout en ayant pu le consolider.
Le fait de la fraude, qui au passage n'a pas été sanctionné de fait, permet aussi de savoir a présent la pluralité des savoirs faire qu'ils sont capables de conserver est a mon avis le meilleur choix.

Je regrette ici ayant fait le pont technologique entre fabricants de voitures et ceux du téléphone, je me marre a ce point du fait que les savoirs faire ne se sont pas transmis!!!!

Alors la réalité de la compétitivité est a mon avis le constat qu'ils ont du faire, c'est plus facile de développer le monde, j'ai eu deux fois l'expérience.

Et comme tout le monde jouit des outils, a présent vous je constate la vastitude du vide de la transmission.... La est la faille. Ce qui fait la technologie, c'est aussi l'humain.

Je dois vous dire avoir eu a pouvoir déloger un grand constructeurs du nord chez un constructeur allemand, donc je sais que la question du savoir faire comme de ce qui fait, comment dire, le sens de la vision des choses......

Le fait d'avoir représenté des marques françaises me donne la capacité par le gâchis des phases de développement, s'y joue plus les personnes que le développement.

Alors je peux dire merci a ces deux constructeurs, de m'avoir permit de les avoirs.

Je trouve bête d'avoir vu que tout était possible dans un champs d'aveugle. Je ne le suis pas dans la venir ou l'autre pont, (de la technologie filaire a la technologie sans fils).

L'ayant pratiqué dans cinq langues différentes, quel formidable outil de vie je dispose, car il faut être dans la technologie a plusieurs endroits pour disposer des clefs.

Et comme "l'entreprise sans usines" a fonctionner en niant le savoir, je me vois donc seul a avoir des clefs qui dépasse ce que j'aurai pu être capable de faire et de voir.

Alors puisque tout cela est le passé, je note dix ans après que je ne vois toujours pas ce qui devrait être.

Mais sachant ici comme cela s'est passé, qui il y a, bon ben bon jeu, réfléchissez au pourquoi des choses.

Je n'ai pu transmettre par le fait de l'inertie systémique, alors je le garde pour moi dans le monde de la mondialisation..... Je distille un peu, mais peu!

Maintenant je regarde se débattre les poisons dans le bocal. C'est d'autant plus facile que je suis loin dans la pratique et la proximité techno, mais je constate que ouais.....

Alors pour en revenir au sujet, disons que il n'y a plus rien a faire, comme ont dit, c'est un peu pareil pour tout.

Un seul regret, un immense développement technologique, mais après ce qui s'est passé, je laisse ceux qui sont dans le vide y rester, c'est moins dangereux!

Non pour dire que parler au passé c'est savoir le futur, et le choix qu'ils avaient a mon avis dépend de facteurs multiples, mais lorsque l'on de tels outils créer sans transmettre une miette les clefs, disons que cela donne le vide.

Je me défoule aussi, car la non fluidité et de véritables dirigeants auraient permit la chose, a présent j'approche plus ce monde, je suis tranquilou la vida dans la zic, et au moins créer quand on veut n'est plus simplement le gain de l'instant, cela s'inscrit dans le temps !!!

Pensez y l'impossible l'est par ceux qui ne voient pas !
a écrit le 13/11/2019 à 17:41 :
Ben oui, près des grand constructeurs où des synergies pourraient être trouvées.
Le marché allemand n'a pas besoin de subventions et très dynamique autour de la mobilité
a écrit le 13/11/2019 à 15:41 :
Rien de surprenant quand on lit dans la presse française tout ce qui y est écrit sur le marasme de l'économie de l'ex-RDA 30 ans après la chute du mur .
Réponse de le 13/11/2019 à 19:57 :
En ex-RDA Tesla trouvera des salariés bien formés, productifs, revenus des illusions du socialisme réel et acceptant des salaires modérés.
a écrit le 13/11/2019 à 15:12 :
Et Ségolène qui prévoyait de reconvertir le site de la centrale nucléaire de Fessenheim (Alsace) en usine Tesla, afin d'amortir le choc des pertes d'emploi de ce territoire.
Paroles, paroles, paroles. Paroles, paroles, paroles.
Dieu que nos politiques (et en particulier les énarques) sont mau-vais.
Réponse de le 14/11/2019 à 17:17 :
Je ne savait pas que Ségolène était patron de Tesla. Votre post indique que vous y avez cru et êtes déçu, c'est que vous êtes crédule. Vous ne pouvez donc que faire le reproche à vous même.
Réponse de le 14/11/2019 à 21:32 :
Deux précisions :
- je ne suis pas crédule, car si je l’étais, j’aurai encore foi en nos élus, ce qui n’est plus le cas depuis bien longtemps.
- je suis effectivement déçu de voir que notre pays n’attire pas ce genre d’entreprises qui construisent le monde de demain, et que ce soient nos voisins allemands qui en profitent à notre place. Encore une fois.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :