Comment, en 17 ans seulement, Tesla est-il devenu un géant de l'automobile ?

 |   |  845  mots
Elon Musk, ici lors de la cérémonie d'ouverture du programme Model Y de Tesla en Chine, n'a pas fondé Tesla mais l'a bâti.
Elon Musk, ici lors de la cérémonie d'ouverture du programme Model Y de Tesla en Chine, n'a pas fondé Tesla mais l'a bâti. (Crédits : Reuters)
L'entreprise, dirigée par le fantasque Elon Musk, a récemment dépassé la barre des 100 milliards de dollars de capitalisation en Bourse. Pour la banque Morgan Stanley, il s'agit ni plus ni moins du "groupe automobile le plus important au monde".

En moins de dix-sept ans, Tesla est devenu un géant automobile. Le constructeur de voitures électriques a dépassé Volkswagen en Bourse et y vaut plus que General Motors et Ford.

Quand les grands constructeurs historiques produisent des millions de véhicules par an, Tesla en fabrique moins de 500.000. Mais "c'est le groupe automobile le plus important au monde", estime la banque Morgan Stanley, tandis que le président américain Donald Trump a qualifié Elon Musk, son fantasque patron, de "génie".

Si Tesla n'a jamais dégagé un seul bénéfice annuel depuis sa création en juillet 2003, le constructeur de véhicules électriques est la marque automobile qui symbolise le prestige, le luxe, la technologie et le respect de l'environnement pour les Américains, selon une enquête de novembre du cabinet automobile Cox Automotive.

Lire aussi : Tesla franchit les 100 milliards de dollars de capitalisation en Bourse

Comment est né Tesla Motors?

Elon Musk n'a pas fondé Tesla mais l'a bâti.

Tesla a été fondé le 1er juillet 2003 par deux amis ingénieurs, Martin Eberhard et Marc Tarpenning, qui ont surfé sur la vague internet après avoir créé en 1998 une liseuse électronique, The Rocket eBook.

Le nom Tesla est un hommage à l'Américain d'origine serbe Nikola Tesla, inventeur du moteur à induction.

M. Eberhard pensait au départ racheter la startup AC Propulsion, qui a fabriqué un modèle de voiture de sport, le Tzero. Il conseillait à l'époque les constructeurs sur les nouvelles lois limitant les émissions polluantes en Californie.

Que change Tesla?

Avant Tesla, la voiture électrique est considérée comme un gadget, d'autant que le développement de la batterie au plomb piétine.

General Motors finit même par "tuer" sa sportive électrique EV1, malgré un investissement de plus d'un milliard de dollars dans le développement de cette voiture.

Voulant un véhicule puissant, rapide et beaucoup moins polluant, M. Eberhard se tourne vers la batterie lithium-ion et le moteur à induction.

Pourquoi Tesla a réussi son pari?

Quand Tesla débarque dans l'automobile, l'écosystème a changé: plusieurs tâches ont été confiées à des sous-traitants, les constructeurs ne s'occupant plus en interne que d'assembler les pièces, de la conception du moteur, des ventes et du marketing.

Tesla décide aussi de s'associer à d'autres, comme la marque britannique Lotus, pour éviter des coûts financiers et humains lourds. Il se sert du châssis de la Lotus Elise pour construire son tout premier véhicule, le Roadster, et se lie à AC Propulsion pour le système de transmission.

Les politiques environnementales ont également changé. De nombreux pays et grandes villes ont mis en place des bonus/malus et des crédits d'impôts pour inciter à des comportements vertueux. L'accord de Paris sur le climat en 2015 a accéléré les choses.

La promesse de Tesla

Proposer des voitures électriques haut de gamme à un prix jugé acceptable pour le consommateur et à un coût de ressource bas pour la planète.

Les embûches

Tesla a officialisé ses ambitions en 2006, en convoquant le tout-Hollywood à une soirée au cours de laquelle les célébrités étaient priées d'apporter leur carnet de chèques.

Les livraisons n'ont débuté qu'en 2008, avec deux ans de retard car Tesla a accumulé les problèmes (poignées des portières, sièges, changement de matériaux composites...).

Ces retards ont amené Elon Musk à s'impliquer dans l'entreprise et à en prendre le contrôle.

En août 2007, Martin Eberhard est débarqué.

L'ère Elon Musk

En mars 2004, M. Eberhard contacte Elon Musk rencontré lors d'une conférence sur l'espace. Un mois plus tard, celui qui a fait fortune avec Paypal, investit 7,5 millions de dollars dans Tesla Motors.

M. Musk, jusque-là président du conseil d'administration, va endosser le costume de directeur général en octobre 2008.

Twitter devient son canal de communication parce qu'il veut parler directement aux consommateurs.

[Les voitures Tesla pourront bientôt parler aux gens, affirme par exemple Elon Musk, dans ce tweet daté du 12 janvier dernier]

En 2010, il fait entrer Tesla en Bourse. L'entreprise ne vaut que quelque 4 milliards de dollars en 2012.

M. Musk promet de changer l'automobile. Les marchés y croient même si ses frasques et excentricités provoquent de fortes turbulences.

C'est le cas lorsqu'il fume de la marijuana en direct, part en guerre contre le gendarme américain de la Bourse (SEC) ou affirme vouloir retirer Tesla de la cotation, sans avoir l'argent pour mener à bien l'opération.

Sous sa férule - il travaille jusqu'à l'épuisement en 2018 pour résoudre lui-même d'énormes problèmes de production -, la ligne des véhicules vendus s'est étoffée: Model S, Model X, Model 3 et bientôt le Model Y, un pick-up et un même semi-remorque.

Lire aussi : Tesla veut accélérer pour produire des "robots-taxis" dès l'année prochaine

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/01/2020 à 19:12 :
Et si Tesla était une bulle, une grosse bulle ?
a écrit le 29/01/2020 à 11:16 :
Tesla est une reussite absolue aux USA. Le système Américain permet de reussite de ce genre, des tycoons et enormément de capitaux. Tesla est une boite d'ingénieurs qui se motivent pour divers projets différents comme Microsoft pour Bill Gates. Mais la compétivité et l'emulation d'équipe dans des boites dynamiques permet de réaliser de grandes choses ultramotivantes. A comparer avec Facebook qui lui a aussi une capitalisation énorme voire gigantesque : les entreprises les plus dynamiques sont souvent l'a ou la creativité est a son summum ou les projets foisonnent. Des boites d'ingénierie comme Dassault Systèmes en France ou Dassault Aviation. Le management est positif et les projets motivants comme travailler sur l'ordinateur quantique, sur l'IA ou d'autres sujets d'avenir ! La voiture electrique de Tesla c'est aussi passionnant ! L'IA ou les nouvelles sources d'energie ( materiaux terre rare lithium pour les baterries longues durée ou circuits electroniques.) Vive Tesla ! Microsoft,Facebook et tutti quanti !
Réponse de le 06/02/2020 à 19:15 :
Merci ça fait plaisir de lire des commentaires positifs, c'est tellement rare :)
a écrit le 29/01/2020 à 10:46 :
A mon avis, l'histoire de Tesla est présentée d'une façon incomplète. Déjà on parle assez beaucoup de Tesla Roadster qui était plutôt un echec, sans dire un seul mot de Tesla S, tandis que la vraie ascension de Tesla a commencé avec ce modèle. Les raisons de sa réussite sont insuffisamment décrites. En réalité, la réussite est basée sur l'innovation, en premier lieu, pas technologique (mais il y en a!), mais surtout en marketing. Quels étaient les problèmes de voitures électriques avant Tesla S? Une autonomie faible avec un coût élevé surtout à cause de batteries. En plus, malgré un handicap (prix, autonomie, poids, infrastructure), elles apportaient peu de choses par rapport aux voitures thermiques sauf les aspects écologiques et la douceur de fonctionnement. Tout a été bouleversé par Tesla S. Le raisonnement de E. Musk a été tout à fait logique : Une autonomie suffisante? Donc, une grosse batterie. Son coût très élevé ? Donc, il faut vendre dans le segment supérieur. Un prix élevé? Pour le justifier on crée une voiture spacieuse avec une dynamique de supercar en ajoutant les systèmes électroniques très performants. Difficile d'utiliser sans les chargeurs rapides? Il faut créer rapidement un réseau de chargeurs à l'échelle nationale, puis internationale, peu importe les dépenses. Ainsi, Tesla S est devenue un concurrent réel de tous les voitures prémium sans avoir des défauts propres aux VE, mais ayant tous les avantages. En plus, l'effet de la mode et une manière de communication efficace.
a écrit le 29/01/2020 à 9:58 :
Je trouve l'épopée d' Elon Musk fascinante, parti du fin fond de l'afrique pour passer au canada puis retomber aux usa. On se souvient aussi que windows n'était au départ pas bill gates mais un programme racheté par lui. Mais on voit bien la distinction des rôles entre l'inventeur et celui qui porte un projet, qui le vend aux autres, qui l'impose au monde, et il faut une grosse personnalité pour cela( les inventeurs étant souvent des gens effacés), alors certes on aimerait aussi que l'inventeur ai "un peu plus de reconnaissance", comme une part automatique minimale dans tout projet dérivé.
Certes il affabule souvent, il n'est pas rigoureux, mais cela c'est pour le public, si cela fonctionne c'est que notre époque privilégie cette forme de communication et le spectaculaire, comme le lance flamme personnel ou la big fu.. rocket. Une star de télé réalité vendra plus qu'un austère en costume 3 pièces. Z'avez vu le stephane plaza qui se batit un empire de vente en immobilier ?
a écrit le 28/01/2020 à 19:41 :
Ce qui à mon avis fait la force de Tesla, c'est que son patron est un vrai entrepreneur qui risque on argent. Cela change des haut managers mercenaires qui ne risque pas leurs fortunes.
a écrit le 28/01/2020 à 19:14 :
Tesla sera un grand constructeur le jour ou il dégagera des bénefices. Il est sidérant de voir la capacité de Musk à valoriser une machine à perdre de l'argent.
Les perspectives glorieuses qui justifient sa valeur en bourse totalement délirante dans un monde capitaliste sont loin d'être évidentes avec l'entrée sur le marché des constructeurs rentables capables d'investir des montants gigantesques.
Réponse de le 06/02/2020 à 19:24 :
Ils ne sont pas rentables pour l'instant mais ce n'est pas le plus grave. En fait ce qui compte vraiment dans une entreprise c'est la trésorerie. Le cash flow quoi. Vous avez sûrement fait un prêt qui reste raisonnable par rapport à vos revenus, pour eux c'est pareil même si les chiffres nous semblent faramineux. Et heureusement que le capitalisme permet aussi ce système car beaucoup d'entreprise ont pu changer le monde de cette manière :) les états en profite aussi beaucoup....
a écrit le 28/01/2020 à 13:55 :
Tesla me fait penser aux chemins de fer d'après les années 50, le charbon français devient rare le pétrole est très bon marché, on a de belles ressources en vue en Algérie, on diéselifie les locos à donf: un échec ce sont des épaves sur rail, manque de puissance 600 cv au grand maximum alors que Chapelon vise les 6000 cv, sur ses 231 en fait 2700!, et c'est tout le temps en panne embrayage boîte de vitesses etc.
Ce sont des locos de mécaniciens, arrivent les locos diésel électriques, un ou 2 moteurs entrainent un alternateur qui traine la loco: couple, puissance fiabilité, ce sont des conceptions d'électriciens.
Vos caisses et les miennes (snif) sont des conceptions de mécano, polluantes, pas fiables du tout, pas faites pour durer plus de 4800 heures à 50 km/h, ridicule!
Les Tesla sont des voitures conçues par des électromécaniciens, on ne vit plus dans la même cour, à 4800 h les moteurs ne sont même pas rodés. A comparer avec les locos diesel pur remise à zéro 1 million de km, diesel électrique 10 millions.
Même la 205 1,9 xad ferait pàle figure face à un modèle 3.
Réponse de le 28/01/2020 à 16:36 :
Votre remarque est pertinente à trois considérations près :

- l'effet de renouvellement est stimulée par les constructeurs, les assureurs et les autorités et non l'usure des véhicules. Un moteur essence entretenu parcourt plus de 300.000km (voir le 700 mille en hybride), une durée de vie de plus de 20-25 ans. Qui conserve sa voiture aussi longtemps ? Pour s'en convaincre, il suffit de visiter une casse (une vrai gabegie)

- à ce jour les batteries se dégrade significativement au bout de 8 ans ou 100.000km et sont difficilement recyclables/recyclées.

- TESLA introduit l'obsolescence programmée... Son Autopilote. Quand vous n'aurez plus de mises à jour. Vous serez tenté de renouveler et la pub vous y aidera (cf. Android & Iphone).

Le problème n'est même pas le choix de l'énergie, mais le besoin de mobilité et l'aménagement du territoire. Nous concentrons la population pour globaliser les organisations aux dépends du temps de transport (non comptabilisé dans le temps de travail), de l'environnement et de la vie sociale.

Un véhicule électrique, c'est stocker 2t (+500kg/essence) de matériaux, utilisé 7% du temps, pour mouvoir en moyenne 120kg à 40km/h sur un trajet moyen de 8km ...

TESLA est un prestidigitateur qui alimente l'illusion que nous pourrons continuer sans renoncer. Bientôt tous sur Mars ?
a écrit le 28/01/2020 à 13:54 :
Grâce à la puissance politique américaine soutenue par sa puissance financière qui vont de pair pour le bien de leur pays, si cela avait été en europe les milliardaires allemands auraient tout voulu pour eux et leurs paradis fiscaux cassant une nouvelle tout parce que leur énième caprice n'aurait pas été possible.

Parce que les américains sont évolués.

Si tu as une idée et que tu veux la faire avancer, va voir les américains, les européens eux non seulement feront mal mais en plus voudront que cela serve leurs paradis fiscaux plutôt que l'économie réelle.

Parce que les européens sont en déclin et ça n'a pas de fin, ils ont inventé la bêtise exponentielle.
Réponse de le 28/01/2020 à 18:34 :
Tesla est un milliardaire utile, il crée, il innove dans tous les domaines, il pense aux acheteurs, pour charger les tesla, il crée des panneaux photovoltaïques, les Européens utilisent des centrales nucléaires dangereuses. Je ne connais que deux entreprises sérieuses , innovantes et respectueuses de la population Tesla et Toyota
Réponse de le 29/01/2020 à 11:01 :
par contre si je dois me coltiner une guirlande et pas pouvoir répondre, merci de supprimer mon commentaire de base
a écrit le 28/01/2020 à 13:16 :
Vous oubliez le lancement d'usines en chine et en allemagne (choose germania!) qui concrétisent le potentiel.
Evidemment qu'ils commencent par les modeles à fortes marges (potentielles on est en phase d'investissement, tant R&D que usines) et un jour ils viendront concurrencer les modèles populaires.

La clé pour que ce modèle soit vertueux est de ne pas les revendre mais les garder car ils ne s'usent pas autant, enfin niveau parties mobiles motrices, si la qualité le permet.

En effet, une auto essence par exemple est très écologique pour peu que le propriétaire la fasse durer dans le temps, l'entretienne et n'en change pas, car c'est la fabrication qui plombe le bilan carbone et ecologique, couts d'excavation des materiaux notemment, il faut faire dans le durable !! C'est dingue de changer de bagnole tous les 4 5 ans !
Les vehicules de l'armée durent plusieurs dixaines d'années !!
a écrit le 28/01/2020 à 12:36 :
Les bobards issus du pretexte climat est desormais inscrit dans les cervelles et les places boursieres mondiales.
Les climatoseptiques vont continuer leur existence comme de rien n'etait.
Vive le CO2, les nitrates et toutim.
Continuer avec un bon vieux 6 cylindres et sa solidite legendaire.
La suedoise sera un jour discredite avec ses mentors.
Du petrole il y en a encore pour des plombes. Dont acte.
Réponse de le 29/01/2020 à 2:08 :
la voiture la plus écologique c'est celle qui roule très peu, quand on ne peut pas faire autrement et qu'on fait durer très longtemps en la réparant. et on prend le train, le bus, le métro, le vélo , le reste du temps. L'ère de la bagnole individuelle pour tous, et même plusieurs pour un seul, est totalement dépassé, même si le marketing industriel le fera durer au delà du raisonnable. Un peu comme un mort-vivant qui ne sait pas qu'il est déjà mort.
a écrit le 28/01/2020 à 12:27 :
Les vehicules Tesla sont quasiment les seules véritables routières électriques à un prix classe moyenne sup (salarié cadre sup). L'entretien est très bon marché. Il y a aussi les citadines élrctriques à 15000 euros mais avec une autonomie de 150 km. Même si la batterie est remplacée par une pile à combustible hydrogène, ou un microgénérateur nucléaire, la technologie nouvelle 'électrique' se développe et se démocratise. Comme toutes les technologies nouvelles, elle est financée d'abord par les clients riches et modernistes (early adopters) qui paient le prix des petites séries et des accidents de développement.
a écrit le 28/01/2020 à 12:21 :
Dire que Tesla est un géant de l'automobile est un peu voir beaucoup exagéré. Produire 500000 voitures alors que les grands constructeurs en construisent des millions n'en fait pas un géant, même si ces voitures sont innovantes. Personnellement, je n'en ais jamais croisé. De plus Tesla est loin d'avoir une gamme qui s'adresse a toute la population. OU sont les concessions? Il me semble que Tela a fermé les quelques concessions existantes et que la vente ne se fait plus que par internet.
Acheter une voiture sans pouvoir l'essayer. Pas sur que cela intéresse beaucoup de monde
a écrit le 28/01/2020 à 12:01 :
Plusieurs millions de véhicules électriques sur la planète, et comment produire l'énergie nécessaire? Tesla, c'est un montage financier et un petit constructeur.
a écrit le 28/01/2020 à 11:42 :
Apparemment les composants des batteries sont une catastrophe écologique et humaine dans les pays pauvres de production, malheureusement à l'opposé de l'objectif vertueux déclaré...
Réponse de le 28/01/2020 à 12:02 :
Apparemment ! Vous relayez des fake News des constructeurs de véhicules thermiques qui eux polluent
Réponse de le 28/01/2020 à 12:31 :
Malheureusement les études sérieuses ne vont pas dans se sens et les dégâts écologiques très importants et peux relayés par les médias, tous les constructeurs généralistes poussent à vendre les deux motorisations.
a écrit le 28/01/2020 à 11:34 :
Tesla ne survit que grace au soutien financier du gouvernement américain:le crédit impot recherche us.L'action monte grace au rachat d'actions de Tesla rendu possible grace aux taux bas et au renflouement de la FED.Une bien belle entreprise US dont on ne souhaite pas la venue en France....
Réponse de le 06/02/2020 à 19:28 :
Oui nous on prefere le chomage on déteste les entrepreneurs qui changent le monde.... Et pour ce qui est du crédit d'impôt qu'est ce que vous pouvez être drôle! C'est le gouvernement qui vit sur le dos de telsa dont l'argent ne lui est dû en rien
a écrit le 28/01/2020 à 11:25 :
Au fait , simple question : quelle est la cote d'une TESLA en occasion ? Je rappelle qu'en FRANCE le marché de l'occasion est supérieur à celui du neuf .
a écrit le 28/01/2020 à 11:19 :
Tesla a réussit avant tout grâce à ...... Musk. C'est lui qui a porté l'entreprise, financièrement, avec ses contact, son image etc.... Par contre il n'a rien inventé, la voiture electrique existe depuis longtemps c'est la techno qui n’était pas suffisante.
a écrit le 28/01/2020 à 10:56 :
Tesla: un géant aux pieds d'argile. A part les nouveaux riches, qui peut se payer une voiture quasi invendable. La voiture autonome Tesla est un fiasco meurtrier. Et puis, en tant qu'européens, pourquoi irions nous acheter américain alors que le président US veut discréditer tout produit européen.
a écrit le 28/01/2020 à 10:56 :
Effectivement on peut qualifier de remarquable la performance industrielle de TESLA. Maintenant sa valorisation en bourse relève des .com de la fin des années 90. Les fonds financiers spéculent sur la valorisation future d'une entreprise (pour financer les retraites ? ). Toutefois, TESLA est construit sur une hystérie et un mensonge devenu collectif : lutter contre le réchauffement climatique en plombant le poids des véhicules de 400 à 600 kg de batterie. Sur sa durée de vie d'une voiture thermique, sa fabrication/entretien représente 2/3 de l'empreinte CO2, son usage 1/3. Alors pour les véhicules électriques... TESLA permet surtout à une catégorie sociale à l'empreinte carbone excessive ( ... et social-démocrate. Les républicains roulent à l'essence) de s'acheter une bonne conscience.
Réponse de le 28/01/2020 à 11:22 :
"un mensonge devenu collectif": lol de toutes façon TESLA ne lutte en rien contre le réchauffement climatique. C'est pas en vendant des voitures à >100k€ (modele S) ou >55k€ (madele 3) qu'on vends en masse et qu'on agit sur le climat. Il faudrait une voiture populaire genre 15k€ mais ça, ça n'est pas la volobnté de TESLA
Réponse de le 28/01/2020 à 11:22 :
"un mensonge devenu collectif": lol de toutes façon TESLA ne lutte en rien contre le réchauffement climatique. C'est pas en vendant des voitures à >100k€ (modele S) ou >55k€ (madele 3) qu'on vends en masse et qu'on agit sur le climat. Il faudrait une voiture populaire genre 15k€ mais ça, ça n'est pas la volobnté de TESLA
Réponse de le 28/01/2020 à 19:13 :
@icicetla;
pour info en chine on trouve actuellement des voitures sans permis électriques pour 1000/1200 €, ça vous donne la capacité des Chinois de proposer dans le futur de très belles électriques pour 15000€ et moyennes gamme 7000€
Bien sur le gouvernement tirera des 4 fers comme d'hab pour qu'elles n'entrent pas, dans les années 50 on nous a condamné à la production française alors que les américaines étaient plus solides moins dangereuses et moins cheres.
a écrit le 28/01/2020 à 10:15 :
C'est un géant boursier, mais un petit constructeur, sur un petit créneau de marché : la voiture électrique pour cadre sup. Qui veulent se payer une bonne conscience et sauver la planète.
Quand donc les journalistes cesseront de répéter comme des perroquets toutes les bêtises qui se disent sur les marchés financiers ?
Réponse de le 28/01/2020 à 11:09 :
J allais écrire la même chose, sauf que tesla fait certes des voitures électriques certes très chères mais à l'inverse des autres constructeurs ils ont mis en place des stations de recharge rapide (350 km 15 mm) partout en Europe.... Avec la mienne je peux aller de Toulouse à Lisbonne sans problème en 11 h....avec la zoé c'est impossible....ou en une semaine avec un peu de chance
Réponse de le 28/01/2020 à 11:24 :
Si vous souhaitez gagner de l'argent en bourse un jour sur le long terme, il faut que vous pensiez le monde tel qu'il sera dans 10, 20 ou 50 ans...

Il est évident que le modèle de Tesla c'est l'avenir. La voiture de demain devra se passer de pétrole et devra être la plus autonome possible. Tous les constructeurs qui ne pourront franchir le pas sont voués à disparaître.
Réponse de le 28/01/2020 à 14:11 :
Comme le dit un autre commentateur, les investisseurs ne voient pas l'entreprise telle qu'elle est actuellement, mais comment elle va évoluer dans le monde futur. Ils vendent une voiture électrique, autonome, connectée, branchée à un réseau de superchargeur, face à des allemandes essence qui cherchent à évoluer dans un marché de plus en plus coincé par une reglementation de plus en plus sévère. Qui représente l'avenir ? Sans compter la puissance de la marque qui est celle qui fait le plus rêver un nord américain, devant porsche, ferrari, bmw, mercedes. En 10 ans, ils ont réussi à faire ce que Infiniti, Lexus et autres marques de luxe asiatiques n'ont jamais réussi à faire. Bon, j'avoue que les 1000 milliards semblent excessifs quand même mais il faut avouer que le sens de l'histoire est avec eux.
Réponse de le 28/01/2020 à 19:59 :
Ce que vous appelez les investisseurs ne font juste qu'un pari sur un prix ( de l'action) : sans novlangue, on dirait des spéculateurs. Et en ce qui concerne le bullshit de la bourse qui anticipe, je vous rappelle qu'historiquement aucune crise boursière n'a été anticipée. D'ailleurs, si c'était le cas, les fortes variations n'existeraient plus. La bourse c'est du doigt mouillé avec des paris hasardeux car personne ne connaît l'avenir.
Réponse de le 29/01/2020 à 3:38 :
Merci d'avoir rappeler le principe de la bourse : mettre de l'argent sur des entreprises dans lesquelles on croit en pariant que la valeur future sera plus élevée que la valeur présente.
Ce n'est pas une science exacte mais ça marche plutôt bien. Le Dow Jones est passé par exemple d'environ 70 en 1920 à pas loin de 30000 un siècle plus tard !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :