Pourquoi l'offre de fusion de Fiat-Chrysler va intéresser Renault

Si elle avait lieu, la fusion entre Renault (sans Nissan) et FCA pourrait donner naissance au troisième groupe mondial. Si Nissan participait, la nouvelle entité deviendrait le leader mondial. Le conseil d'administration de Renault se réunit lundi matin pour étudier cette offre de fusion. FCA bondit de 18% à Milan ce lundi matin, Renault de plus de 12%.
(Crédits : Reuters)

Le constructeur automobile italo-américain Fiat Chrysler (FCA) a présenté lundi un projet de fusion avec son homologue français Renault, pour donner naissance au troisième groupe mondial du secteur (Nissan n'entrant pas dans le périmètre).

Selon la proposition faite par FCA à Renault, la nouvelle entité serait détenu à 50% par les actionnaires du constructeur italo-américain et à 50% par ceux de Renault. Il serait coté à Paris, New York et Milan, a expliqué Fiat Chrysler dans un communiqué.

Le conseil d'administration de Renault se réunit lundi matin pour étudier cette offre de fusion, a annoncé peu après le groupe français, en précisant qu'"un communiqué de presse serait diffusé après cette" rencontre.

Selon une source interne à Renault, le conseil a commencé à 08H00 (06H00 GMT) au siège de l'entreprise à Boulogne Billancourt.

Une source proche du dossier a précisé qu'aucune décision n'était attendue aujourd'hui: "Cela va prendre des jours, voire des semaines". Le conseil d'administration doit simplement décider lundi s'il étudie la proposition.

Fiat Chrysler souligne que cette fusion donnerait naissance au troisième "Fabriquant d'équipement d'origine" (FEO), avec des ventes annuelles de 8,7 millions de véhicules et une "forte présence dans des régions et segments clés".

Un portefeuille de marques "large et complémentaire"

Le porte-feuille de marques des deux groupes est "large et complémentaire, et fournirait une couverture complète du marché, du luxe au segment grand public", a-t-il noté.

La nouvelle société "deviendrait un leader mondial dans un secteur automobile en rapide évolution avec un fort positionnement dans les nouvelles technologies, dont les véhicules électriques et autonomes", a ajouté le constructeur.

Synergies techniques

FCA et Renault, qui fabriquent tous deux des voitures populaires, auraient la possibilité de partager de nombreux éléments techniques. Renault apporterait son savoir-faire dans les véhicules électriques, un domaine dans lequel le groupe italo-américain est en retard.

Fiat Chrysler apporterait, lui, une part de marché importante en Amérique du Nord, avec des gros véhicules SUV et pick-up particulièrement rentables, qui ne sont pas le point fort de Renault.

FCA a par ailleurs assuré que la fusion ne se traduirait par aucune fermeture de sites de production, évoquant en revanche des synergies annuelles supérieures à 5 milliards d'euros, qui s'ajouteront à celles déjà existantes dans le cadre de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi.

Selon une source proche du dossier, cette annonce est l'aboutissement de "discussions qui avaient déjà commencé sous Carlos Ghosn", l'ancien patron emblématique du constructeur français, mis en examen au Japon pour des malversations financières.

Si Nissan intégrait la fusion, l'ensemble deviendrait numéro un mondial

Son arrestation fin novembre à Tokyo a ouvert une crise entre Renault et son allié japonais Nissan (qui contrôle Mitsubishi Motors), à l'origine des révélations qui ont déclenché l'enquête.

Une source proche du dossier estime que "ce projet laisse la porte ouverte à Nissan" pour faire partie de ce rapprochement.

Celui-ci, en comptant Nissan et Mitsubishi, créerait un ensemble de près de 16 millions de véhicules, devançant le mastodonte allemand Volkswagen (10,6 millions d'euros) et Toyota (10,59 millions).

Face à Nissan, Renault améliorerait sa position

Une alliance franco-italo-américaine changerait aussi profondément le rapport de forces au sein de l'attelage Renault-Nissan-Mitsubishi, en renforçant la partie française.

Renault a poussé ces dernières semaines pour une alliance renforcée avec Nissan, via la création d'une holding à 50-50 qui détiendrait les deux entreprises. Les Japonais ont refusé catégoriquement ce plan, estimant qu'il ne tenait pas compte de leur poids supérieur à celui de Renault.

Les grandes difficultés de FCA en Europe

FCA, en grande difficulté en Europe, est depuis plusieurs semaines au centre de rumeurs de rapprochements.

Le groupe italo-américain avait assuré début mai qu'il était prêt à avoir un "rôle actif" dans la consolidation du secteur.

Début mars, le groupe français PSA (Peugeot, Citroën, DS, Opel, Vauxhall) avait également manifesté son intérêt pour FCA.

S'unir pour affronter les investissements collossaux à venir

Les constructeurs cherchent à joindre leurs forces pour réaliser les investissements colossaux rendus nécessaires par les évolutions technologiques dans l'automobile : électrification, conduite autonome, véhicules connectés... Ils affrontent par ailleurs une conjoncture mondiale difficile avec notamment un retournement du marché chinois.

Selon les termes de la proposition, les actionnaires de chaque société recevront une participation équivalente dans la nouvelle entité. Le rapprochement se ferait via une fusion sous une maison-mère de droit hollandais.

Avant que l'opération ne soit menée, afin d'atténuer la disparité de valeur en Bourse des deux groupes, les actionnaires de FCA recevront un dividende de 2,5 milliards d'euros.

Le conseil d'administration sera composé initialement de 11 membres avec une majorité de conseils indépendants.

___

A la Bourse de Milan, le titre FCA grimpait de plus de 18% à l'ouverture pour ramener sa progression vers 9h30 autour de 12%. Renault décollait de même à l'ouverture de la Bourse de Paris Euronext, affichant une progression également autour de 12% vers 9h30.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 36
à écrit le 28/05/2019 à 1:32
Signaler
Une raison de plus de ne plus acheter de Chrysler après le passage chez Mercedes puis FIAT puis maintenant Renault, c'est tomber de Charybde en Scylla. Heureusement qu'il me reste GM, Ford et Tesla.

le 28/05/2019 à 15:02
Signaler
Fiat va t-il tirer la qualité de Renault vers le bas ? ou Renault tirer Fiat vers le Haut ? Ou moyenne des deux ? Quant à Alfa de Fiat quelle complexité. Tout ce qu'il faut démonter pour remplacer le moindre truc. Et la conso en carbur ! terrible !

à écrit le 27/05/2019 à 22:59
Signaler
La France serait bien inspirée, profitant de la hausse du cours de Renault provoquée par cette annonce, de se défaire au meilleur prix de sa participation dans Renault car, diluée par cette fusion, elle perdra toute capacité d'influer sur les décisio...

le 28/05/2019 à 15:07
Signaler
Depuis 1986 les 1300 Milliards d'euros de privatisations, ont été dilapidées en dépenses publiques, les prochaines restantes, seront de suite jetées de la sorte. Impossible de croire les gouvernements en la matière.

le 28/05/2019 à 15:08
Signaler
Depuis 1986 les 1300 Milliards d'euros de privatisations, ont été dilapidées en dépenses publiques, les prochaines restantes, seront de suite jetées de la sorte. Impossible de croire les gouvernements en la matière.

à écrit le 27/05/2019 à 22:16
Signaler
La dernière arnaque de Villar-Perosa. Après OM, Autobianchi, Lancia, Alfa-Romeo, Alfasud, Polski, GM et son chèque, voici le tour de Renault et d'un éternel novice en affaires, l'état français.

à écrit le 27/05/2019 à 21:40
Signaler
La seule question qui vaille est où sera situé le siège et les fonctions centrales/transverses. Si cela n'est pas en France, il faut refuser car sinon après 10 ans Renault sera une coquille vide sans plus aucune fonction en France.

le 27/05/2019 à 21:59
Signaler
De quel droit?.C'est une fusion avec Renault,pas avec l'Alliance Renault-Nissan.Et Renault seul, avec Lada et Dacia,ça brille pas trop face à Fiat-Jeep-Alfa-Maserati-Ram...etc.

à écrit le 27/05/2019 à 20:41
Signaler
Belle opportunité, avec malice, FCA a manifestement une vision limitée aux perspectives de paiements des amendes potentielles énormes aux states un partenaire avec un constructeur dont le 1er actionnaire est un Etat "riche", des politiciens crédul...

à écrit le 27/05/2019 à 19:49
Signaler
Alfa-Lancia-Fiat se vendent mal en occas et très décotées, et sont aussi chères en neuf.

le 27/05/2019 à 22:54
Signaler
La marque Lancia n'existe plus.

à écrit le 27/05/2019 à 19:31
Signaler
PSA a Raté son rapprochement avec Mitsubishi, Raté avec le groupe Fiat, et va etre bien seul au monde, et tout juste en Europe. Et pourtant Jamais de la vie !!!! pour moi du renault-nissan-fiat-alfa-lancia-chrysler

à écrit le 27/05/2019 à 18:59
Signaler
On parle de Renault, de Fiat, de l'État Français mais on ne parle pas de l'État Italien dont M. Salvini vient d'annoncer que Rome pourrait prendre une part du futur groupe Renault-Fiat, ceci dans le but de défendre les intérêts nationaux dans l'éven...

le 27/05/2019 à 22:56
Signaler
L'état italien n'a probablement pas les moyens de mettre 1€ dans une telle opération.

à écrit le 27/05/2019 à 18:26
Signaler
Il est clair que FCA Fiat Chrysler a intérêt à trouver un pigeon pour payer les lourdes amendes auxquels le groupe est exposé aux Amériques quoi de mieux que des benêts automobiles dont un Etat est le principal actionnaire lui même gouverné par d'...

à écrit le 27/05/2019 à 17:29
Signaler
On est encore loin de la coupe aux lèvres.Si négociations il y aura,elles dureront des mois,voire plus.Et on pourra toujours compter sur l'Etat pour faire capoter l'affaire.Il voudra comme d'habitude,avec rien dans les poches, tout contrôler,tout dir...

à écrit le 27/05/2019 à 14:30
Signaler
quand je vois ces énormes fusions entre constructeurs de même type/segment, je ne peux pas m'empêcher de me rappeler ma jeunesse quand je feuilletais, impressionné, les pages d'un magasine automobile connu, qui présentaient les "gammes" de GM, alors ...

le 27/05/2019 à 16:40
Signaler
bonjour surtout pas avec les germaniques qui nous déteste !

le 28/05/2019 à 2:16
Signaler
GM se croyait invincible, allez faire un tour a Detroit, c'est une ville morte. L'histoire contrairement a l'adage repasse toujours les plats. Il en sera de meme pour cette fusion.

à écrit le 27/05/2019 à 14:28
Signaler
Cette alliance avec FIAT permettra de stopper l’insidieux phagocytage de l’alliance mené par les Japonais de NISSAN et du MITI à partir du montage invraisemblable de la pseudo-affaire GHOSN. Mais il faut que l’Etat garde une minorité de blocage, pou...

le 27/05/2019 à 17:23
Signaler
Renault-Dacia-Lada,avec, en plus,une minorité de blocage.Sûr que FCA avec ses Jeep,Dodge,Maserati,Alfa-Romeo...etc va accepter.A moins que les gars de FCA n'aient pas eu connaissance de la vente de STX et de tous les accords industriels franco-italie...

le 27/05/2019 à 19:54
Signaler
FR a perdu Lafarge, Essilor, bientôt Accor…...Alcatel, Alsthom, STX St Nazaire et Naval Group ainsi piégé à l'export.

à écrit le 27/05/2019 à 14:08
Signaler
Maison-mère de ...Droit Hollandais ! Donc fusion de deux groupes ...Néerlandais, si j'ai bien compris ! Je ne savais pas que l'industrie automobile Néerlandaise était aussi ...gigantesque ! J'en était resté aux petites DAF. A moins qu'il n'y ait une ...

à écrit le 27/05/2019 à 12:08
Signaler
A moins que PSA ?

à écrit le 27/05/2019 à 11:52
Signaler
A l évidence cet attelage devrait davantage permettre à Renault de reprendre la main vis à vis de Nissan afin de les contraindre d une fusion avec Mitsubishi. FCA servant de lièvre selon moi. Et la fusion avec FCA si accord avec Nissan devenant caduq...

à écrit le 27/05/2019 à 11:52
Signaler
A l évidence cet attelage devrait davantage permettre à Renault de reprendre la main vis à vis de Nissan afin de les contraindre d une fusion avec Mitsubishi. FCA servant de lièvre selon moi. Et la fusion avec FCA si accord avec Nissan devenant caduq...

à écrit le 27/05/2019 à 11:41
Signaler
Comme Nissan est détenu à 47% par Renault, je ne vois pas comment Nissan peut rester en dehors de cette fusion.

le 27/05/2019 à 19:04
Signaler
Renault détient 43,4% du capital de Nissan. Dans toute entreprise normale, avec 43,4% du capital, on dirige. Mais les 2 représentants de Renault sont obligés de voter comme les japonais. Sans ce montage ahurissant, il n'y aurait pas de cas Nissan, pa...

le 27/05/2019 à 19:31
Signaler
@rafale 27/05/2019 11:41 Dans le document publié par FCA (voir le site de FCA, investors relations) il est indiqué qu'un membre de Nissan fera partie du conseil d'administration à coté de 4 administrateurs de FCA et 4 de Renault. Sur le plan indus...

à écrit le 27/05/2019 à 11:34
Signaler
Cette offre de la famille Agnelli, actionnaire de FCA, montre la valeur et le potentiel de Renault mais fait apparaître les graves lacunes de Fiat pour les véhicules du futur et pour son implantation en Asie. Ce n'est pas gagné pour Renault car FIAT...

le 27/05/2019 à 12:28
Signaler
Vous oubliez un point majeur : Fiat-Chrysler apporte le marché US ou il détient autour de 13 % de part de marchés.

à écrit le 27/05/2019 à 11:08
Signaler
C'est curieux cette inéxorable attirance par les fusions entre égaux alors que l'on sait que cela ne marche pas et que cela conduit dans la grande majorité des cas à une perte de valeur pour l'entité fusionnée: 1 + 1 faisant 1.5 dans le meilleur des...

à écrit le 27/05/2019 à 10:03
Signaler
En fait, la discussion ne se fait qu'entre le gouvernement français - hélas! - et l'entreprise Fiat-..., l'alliance entre Nissan et Renault m'apparaissant plus que boiteuse. Je me demande même ce que l'ancien patron de Michelin est allé faire dans ce...

à écrit le 27/05/2019 à 9:36
Signaler
ET comme c'est la bourse américaine qui mène la bourse mondiale, les américains ont l'air content de cette future union donc. On voit bien, entre cette fusion et l'affaire Ghosn si on ne prend que ce seul sujet, que l'union européenne dénuée de p...

le 27/05/2019 à 12:20
Signaler
Mais quel est le rapport entre cette fusion, la « puissance » américaine, l’Europe, et le frexit ?!?!? Vos idées sont incompréhensibles et complètement ahurissante.

le 27/05/2019 à 16:15
Signaler
Le "parti du frexit" (selon son gourou) a atteint le score de 1,17%...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.