Renault négocie une entrée dans le capital de son partenaire iranien

 |  | 425 mots
Lecture 2 min.
Renault veut reprendre pied sur un marché de plus de 80 millions d'habitants.
Renault veut reprendre pied sur un marché de plus de 80 millions d'habitants. (Crédits : © Jean-Paul Pelissier / Reuters)
D'après le Wall Street Journal, le constructeur automobile français aurait entamé des discussions avec son partenaire Pars Khodro pour une prise de participation minoritaire dans son capital. Il serait également question du rachat de certains sites industriels.

Le groupe automobile français Renault négocie une prise de participation minoritaire, voire un rachat d'actifs industriels de son partenaire iranien Pars Khodro, a affirmé vendredi le Wall Street Journal (WSJ), citant un responsable de cette entreprise d'Etat.

Dans le contexte d'une levée attendue des sanctions économiques contre la République islamique et d'une réouverture du marché automobile iranien aux investisseurs, de nombreux constructeurs de véhicules sont sur les rangs pour reconquérir un marché prometteur.

Discussions en cours

Selon le directeur général de Pars Khodro, Naser Agamohammadi, cité par le WSJ, Renault est "en discussions" pour acquérir une minorité du capital de l'entreprise.

De même source, le groupe français négocie aussi l'achat d'installations comme des usines automobiles de la maison-mère de Pars Khodro, le groupe Saipa. M. Agamohammadi s'exprimait lors d'une conférence commerciale à Vienne, selon le WSJ.

Sollicitée par l'AFP vendredi, une porte-parole de Renault a dit ne pas avoir de commentaire.

Les sanctions infligées à l'Iran ont étranglé la production des véhicules produits sur place sous la marque Renault, dont la "Tondar", version locale de la Dacia Logan montée avec des pièces détachées importées.

PSA négocie avec IranKhodro pour relancer une coentreprise

De son côté, le concurrent français de Renault, PSA Peugeot Citroën, a quitté l'Iran en 2012 sous la pression des sanctions, mais mène actuellement des "discussions intenses" avec son partenaire historique IranKhodro pour créer une nouvelle coentreprise.

Actuellement, IranKhodro produit 350.000 voitures par an sous la marque Peugeot, mais PSA ne les comptabilise pas car elles sont fabriquées selon le "système D" avec des pièces locales et chinoises.

L'Iran et les grandes puissances sont parvenus à finaliser à la mi-juillet à Vienne un accord historique dont l'objectif est de garantir que le programme nucléaire iranien ne peut avoir de débouchés militaires, en échange d'une levée des sanctions internationales.

Un fort potentiel de croissance

L'accord a été entériné lundi par le Conseil de sécurité des Nations unies, ouvrant la voie à la fin de ces mesures de rétorsion. Sous l'effet des sanctions, la production automobile iranienne a été divisée par deux, passant de 1,6 million d'unités en 2011 à 800.000 en 2013.

Le marché automobile iranien aiguise les appétits des industriels car le taux de motorisation de sa population est six fois inférieur à l'Europe occidentale. Sa classe moyenne est en outre solvable, avide de mobilité et de nouveaux produits, notent des experts.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/07/2015 à 20:28 :
Israel et ses copains d'outre-Atlantique se préparent pour faire la guerre à l'Iran. Et si celle-là arrive ce sera plus longue et de loin plus dévastatrice que la guerre Iran-Irak, c'est sûr. Renault risque de voir ses installations en Iran (si cette négociation aboutira à quelque chose) laminées par des bombes américaines et israéliennes. Que Renault pense deux fois avant de jeter dans ce guêpier….
Réponse de le 24/07/2015 à 22:02 :
@ Clément : C'est assez vrai ce que vous avancez mais dites-moi, et Renault a-t-elle le choix ? la concurrence dans les marchés devient de plus en plus serrée, ardue et malheureusement les usines françaises ne sont pas les mieux placées pour y faire face. Donc il faut s'accrocher à toute porte qui s'ouvre à nous, autrement c'est la fin des haricots…. Bon w-e. :-)
Réponse de le 25/07/2015 à 7:57 :
Peut être qu'un conflit peut arriver mais il semble peut probable.
Les richesses de l'Iran sont immenses et les plus grandes nations usa et ses alliés inclus le savent. L'Iran sera demain une terre fertile a tous business des les sanctions levées. Je n'ai aucun lien avec l'Iran juste un peu de pragmatisme. Un pays qui possède des richesses naturelles très importantes, des capacités financières folles (millards de dollars sous embargo dus par la Chine, pour info d'ailleurs la régulation de cette restitution s'organise pour éviter un reflux trop brutal, une population très largement éduquée et une position géographique pertinente, le tout bloqué de toute activité économique depuis des décennies est une opportunité pour tous. Ce n'est pas juste Renault c'est le monde entier et les usa y nouent déjà des accords qui entreront en vigueur l'an prochain des la mise en place des systèmes bancaires internationaux. La guerre sera Economique et pas contre l'Iran !
Réponse de le 25/07/2015 à 13:31 :
Allons, @Clément, il y a les assurances et en cas de frappe sur des objectifs non militaires, le remboursement par les états criminels. Par ailleurs les israéliens bien trop timorés ne se lanceront jamais dans une guerre, ils seraient submergés et exterminés... mais ce sont peut-être vos amis également dont vous tenter de défendre les intérêts ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :