Logement : comment Alger veut diversifier ses fournisseurs dans la construction

 |   |  445  mots
Alger, le front de mer Copyright Reuters
Alger, le front de mer Copyright Reuters
Le nouveau ministre de l'Habitat algérien noue des partenariats avec des entreprises européennes. La ministre du Logement, Cécile Duflot, devrait effectuer une visite en Algérie dans les prochains jours.

L'Algérie adopte une nouvelle politique du logement pour diversifier ses partenariats, accélérer les rythmes de réalisation et améliorer la qualité. Initiée par le nouveau ministre de l'Habitat, Abdelmadjid Tebboune, cette politique est basée sur des partenariats avec des entreprises étrangères notamment européennes.
L'accord signé le 29 octobre dernier entre l'Algérie et le Portugal illustre bien cette stratégie : un quota de 50.000 logements attribués de gré à gré à des sociétés algéro-portugaises, détenues en majorité par des entreprises publiques algériennes et un transfert de savoir-faire d'unités de réalisation en Algérie et la formation des Algériens aux techniques de construction de logements.

Un accord similaire a été signé, lundi soir à Alger, entre Abdelmadjid Tebboune et le secrétaire d'Etat espagnol à l'Equipement, au Transport et à l'Habitat Rafael Catala Polo. "Si on arrive avec nos partenaires étrangers à former nos jeunes pour mener à bien les chantiers de construction avec une meilleure qualité et une réduction des délais, on aura atteint notre objectif", a déclaré Abdelmadjid Tebboune à l'issue de ses entretiens avec Rafael Catala Polo.

Et la France ?

D'autres accords seront signés avec l'Italie et la France, dont la ministre du Logement, Cécile Duflot, qui devrait effectuer une visite de travail en Algérie dans les prochains jours. Outre les partenariats avec les étrangers, le gouvernement algérien prévoit de créer une banque de l'habitat pour financer les nouveaux projets immobiliers. Il a décidé aussi de construire de petites villes de 5.000 logements environ, dotées des équipements nécessaires: écoles, bureaux de poste, commissariat, polyclinique, salles de sports, etc...

En optant pour le gré à gré sur le marché de la construction de logements, Alger veut ainsi faire bénéficier les entreprises européennes de ce marché gigantesque, jusqu'alors dominé par les groupes chinois, en raison des prix bas du mètre carré bâti. "Lorsqu'il y a des appels d'offres ouverts à toutes les entreprises, les entreprises françaises n'ont aucune chance de gagner des contrats dans le logement. Les entreprises chinoises et turques sont plus compétitives en termes de prix. A moins de 300 euros le mètre carré, ce n'est pas intéressant pour les entreprises françaises", explique un responsable français à Alger.

Alger veut marginaliser les groupes chinois

Depuis 2001, les groupes chinois ont décroché la majorité des contrats publics de réalisation de logements. Mais le gouvernement n'est pas satisfait de la qualité des logements construits. L'Algérie veut mettre en chantier deux millions de logements d'ici à 2014, et atteindre l'objectif de construire plus de 220.000 unités réalisées par an.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/10/2014 à 18:59 :
C’est bon d’aménager Alger mais pas très utile de gaspiller autant d’argent pour une ville qui est située sur une plaque tectonique instable et une bande géologique ou` il y’a au moins 3 failles géologiques.
En plus, du risque de la montée des eaux, due, au risque de changement océanographique.
Du point de vue construction et urbanisme, Alger est une vielle ville, avec des bâtisses qui risquent de s’écrouler à tout moment. Ce qui plus important de prendre en considération, c’est le VRD, autrement dit les réseaux utilitaires souterrains, qui la majorité d’entre eux sont anciens de plus de 1 siècle et demi. L’effet de la corrosion ne tarde pas a se faire entendre par des avaries souterraines et des écoulements diverses difficiles a tracer et risquent par conséquent de provoquer des catastrophes. En passant par les canalisations de gaz (le risque d’explosion est éminent), la tuyauterie et les câbles de diverses natures.
Tous les experts de la construction et des sciences géotechniques s’accordent pour dire qu’Alger est un danger éminent perpétuel pour la population citadine.
Les responsables sont conscient du risque permanent et du danger mais par entêtement et manque de respect aux experts en la matière. Ils continuent cette course folle vers la modernisation d’Alger, une veille agglomération qui ne peut pas accommoder plus de 2 millions d’habitants.
Ils pensent régler le problème du logement c’est au contraire, ils le compliquent d’avantage.
Tous ces grands mégaprojets sur la cote, c’est tout simplement une perte de temps et d’argent.
Avec la crise énergétique qui s’annonce même certaines autoroutes, pas toutes. Ne sont pas nécessaires, dans l’état actuel des choses.
On se demande qui prend ce genre de décision les algériens ou bien les autres. Sous l’effet du chantage les responsables concernes’ cèdent presque, tout le temps.
Et pourtant, avec 20 universités’, les algériens sont capables de minimiser le risque d’erreur au maximum, dans l’intérêt de leur économie et le peuple.

N’importe quel géotechnicien, architecte, urbaniste ou géologue, qui garde la tète sur les épaules aurait préféré’ a la place de ces mégaprojets, dont on n’est pas sur qu’ils vont tenir un siècle : tel que le fameux métro et plus précisément la deuxième tranche et pour régler le problème de la congestion d’Alger et la crise de logement : Une nouvelle capitale flambante neuve .située entre 200 et 400 Km au sud d’Alger.
La` vous pouvez construire un métro, régler le problème du logement et même alléger celui du chômage par la création d’emplois, qui s’accompagnent avec toute nouvelle ville.
Les caprices de bébés vont coute’ cher aux algériens.
Les responsables algériens ont fait des erreurs qui vont certainement regretter, plus tard.


PS : Je m’excuse pour les fautes de frappe.
a écrit le 21/12/2012 à 18:20 :
oui pour quoi pas des algerien
a écrit le 20/11/2012 à 13:23 :
Français, Chinois, ou Mongoliens c'est du kif kif pour nous. Ce qu'il faut c'est faire ce qui est bon pour le bled.
a écrit le 07/11/2012 à 13:57 :
le portugal et l'italie(depûis les romains ) n'ont pas colonisé l'algerie
Réponse de le 07/11/2012 à 18:10 :
Le Portugal, non, mais les romains oui. Si vous le souhaité, je peux vous donner des dates.
Bonne soirée
a écrit le 07/11/2012 à 12:17 :
cet article est un tissu de mensonge // ne connaissent rien a l algerie // l algerie essaie de favoriser la france et voila comment on presente l algerie ; En algerie il existe des entreprises chisoise italienne espagnole americaine turque anglaise bulgare etc.et la france ds tout ça est a la traine en algerie , au lieu d essayer de prendre qq contrat commerciaux en algerie elle se presente comme des sauveurs, alors rester ds votre coin messieurs les supermans .
Réponse de le 08/11/2012 à 0:10 :
l'Algérie n'essaie pas de favoriser la France, la France paie peut être des commissisons plus inétressantes au staff algerien, mais les entreprises de doits privées francaises ne sont pas l'état francais et aucune entreprise francaise ne signerait des contrats à 300 ? le M2 meme avec com. La qualité a un prix c'est simplement ce que les algeriens, pouvoirs publics, ont compris à leur depens vis à avis des chinois.
a écrit le 07/11/2012 à 11:53 :
Ce qui me réconforte c'est d'apprendre que les chinois commence à apparaitre pour ce qu'ils sont .Leur but unique en afrique est de faire main basse sur les matières premières :gaz, pétrole et minerais en payant en nature en construisant des batiments ou des infrastuctures sans soucis de la qualité .Certains ouvrent les yeux et préfèrent se tourner vers les anciens colonisateurs !!!!!
Réponse de le 07/11/2012 à 18:13 :
Je rajouterai que les chinois, viennent avec leur propres ouvriers.... Ils vivent quasiment en autarcie pendant toute la durée du contrat.
a écrit le 07/11/2012 à 11:28 :
vous descendez à la gare d'Oran, à votre gauche vous avez l'image de la décrépitude de l'Algérie, les mêmes HLM qu'en 1960 mais sans aucun entretien depuis, des milliers de gens vivent dans ces taudis cubiques qui ne peuvent que être rasé, ils ne le seront pas de sitôt.
a écrit le 07/11/2012 à 9:49 :
Quelle incurie, l'Algérie qui n'a aucun tissu industriel, aucune économie, aucune infrastructure, n'a pas non plus sur son territoire une entreprise nationale capable de construire des logements, et pourtant il y a du boulot vu la décrépitude du pays.
Réponse de le 07/11/2012 à 21:02 :
L'Algérie a plusieurs entreprises de BTP publiques et privées (Cosider, ETRHB, ...) de taille appréciable. Elles ont une capacité de réalisation de 90 000 logements par an. Le gouvernement vise la réalisation de 225 000 logements par an, d'où le recours à des partenariats avec des entreprises étrangères. Quant à l'industrie, elle représente (hors industrie pétrochimique) 5% du PIB de l'Algérie. Pour ce qui concerne la France, l'industrie (incluant l'industrie pétrochimique) représente 12% du PIB .. Il n'y a pas de quoi pavoiser ..
Réponse de le 08/11/2012 à 0:05 :
VOUS OUBLIEZ les "commissions" et les "commisssionnements", ceci explique en partie celà. plus précisément, et moins sournoisement, sil il est vrai que la part industriel francaise est désormais en dessous de 15 %, la production PNB de la DZ est assurée à 95 % par la rente petrro gazière. Sans elle nous n'osons imaginer la suite. Maintennant il serait intéressant de connaitre les states de la DZ je n'ai pas souvenir qu'elle soit meme simplement communiquées à l'OCDE. Qui achète vos 5 %? quelle est la valeur ajoutée de ces 5% ? etc...
a écrit le 07/11/2012 à 9:44 :
Comment des pays richissimes grâce au pétrole , c'est à dire l'argent facile et le massacre de l'environnement peuvent ils aller au moins disant ? c'est dire l'incurie des dirigeants de ces pays .... pathétique
Réponse de le 08/11/2012 à 0:12 :
leurs comptes en conféderation helvétique ne sont pas pathétiques
a écrit le 07/11/2012 à 9:41 :
Messieurs les journalistes, de grâce relisez vos textes ou expliquez-nous......vous parlez de l'Algérie, et votre première ligne fait état du ministre de l'Habitat marocain ....ou vous travaillez avec des incapables et alors remplacez les, ou alors soyez plus professionnels....le discrédit va finir par vous rendre illisible.....
Réponse de le 07/11/2012 à 11:32 :
ou avez vous vu que Tebboune est marocain ?
Réponse de le 07/11/2012 à 21:05 :
Tebboune à rien,celui-là il est logé à mauvaise enseigne..
a écrit le 07/11/2012 à 8:05 :
Si alger veux des logements qui tiennent debout apres un seisme, ils doivent y mettre le prix. Bouygues, eifage et les autres groupes Francais se fichent pas mal de ce soit disant marché "gigantesque" a 300€ le metre. Un marché "gigantesque" c est la construction des tours a Doha pour 15M€.
a écrit le 07/11/2012 à 7:51 :
moi j'aurais tendence a favoriser des entreprises francaises avec un reel tranfert de competence et meme creer 3 a 4 centres de formation dans les metiers du batiments de A a Z et pourquoi pas chercher des artisans d'origine algerienne en france afin de les faire profiter et ameliorer leurs competences
Réponse de le 07/11/2012 à 9:58 :
Vous avez raison, il y a en france un certain nombre de personne d'origine Algérienne.
Ils ont de la famille sur place et obtenu un savoir faire ici
Réponse de le 07/11/2012 à 10:30 :
Ca c'est une sacrée bonne idée !!! Redonner aux algériens les capacités, la formation pour produire chez eux me semble l'évidence première ... et utiliser l'argent du pétrole pour recréer une industrie immobilière algérienne créatrice d'emploi pour les maçons comme les ingénieurs
Réponse de le 07/11/2012 à 15:31 :
je suis d'accord en ce qui concerne les centres de formations mais avec des enseignants français ou européens car en Algérie il y a un grave problème d'enseignement les professeurs ne sont pas de niveau. C'est un beau pays qui mérite qu'on l'aide à faire les bons choix pour les bonnes raisons et pas seulement pour l'argent
Réponse de le 07/11/2012 à 18:29 :
Si vous lisez l?histoire de "l'Algérie*" avant 1830, vous apprendrez qu'il n'y avait rien. Malheureusement elle n'a pas su rebondir du patrimoine laissé par la France en continuant le travail fait. Il faut peut être aussi revoir la démographie car passer de 9 millions en 1962 à 37 millions aujourd'hui n'est pas sans conséquence (La tribune du 22/05/2012).
Bon courage.
* J'ai mis Algérie entre guillemets car en 1830, l'Algérie avec les frontières actuelle n'existait pas en tant que pays.
Réponse de le 08/11/2012 à 0:20 :
vous avez tout résumé, et surtout mis le doigt sur le seul point qui compte et que personne ne veux soulever car tabou : la démographie, algérienne. Un "conseiller" algerien ma dit un jour ceci : " oui on a xxxxxx MILLIARDS de USD dans notre banque suisse algérienne, mais que fera t'on dans 50 ans quand nous serons 80 OU 100 millions d'habitants et que la manne pétrolière et gazière baissera ?" je ne vous dit pas le contenu off de la suite de notre conversation sur le devenir "des siens", facile à deviner.
a écrit le 07/11/2012 à 7:42 :
Il y a des visites qui ne sont pas "de travail"? Elle va s'occuper du logement en Algérie ou prendre des leçons de construction?
a écrit le 07/11/2012 à 7:26 :
s'agirait-il du ministre de l'habitat algérien?
Réponse de le 07/11/2012 à 9:46 :
Bonjour, Bien sûr. La Tribune est désolée pour cette erreur. Bonne journée.
Réponse de le 07/11/2012 à 13:14 :
merci,vous également

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :