EnergieSprong veut massifier la rénovation à énergie zéro

Porté en France par la société Greenflex (filiale de Total), le programme EnergieSprong, venu des Pays-Bas, vise à accélérer la rénovation énergétique des logements en mettant autour de la table tous les acteurs, privés et publics.
César Armand

3 mn

(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Né aux Pays-Bas il y a cinq ans et financé par la Commission européenne, le programme EnergieSprong vise à atteindre le concept de rénovation à énergie zéro garantie dans l'habitat. En clair, il s'agit de transformer des maisons énergivores en maisons « passives », c'est-à-dire qui produisent autant d'énergie qu'elles en consomment. En France, appuyée par l'Ademe, la Caisse des Dépôts et l'UE, la société d'assistance à la maîtrise d'ouvrage et de tiers financement Greenflex (rachetée par Total en 2017) porte cette initiative depuis 2016. Elle joue les intermédiaires entre les différentes parties prenantes, fournit des énergies renouvelables, signe des contrats de performance énergétique et passe des marchés avec des groupements d'entreprises.

Lauréate à l'été 2018 du programme Certificats d'économie d'énergie (CEE) du ministère de la Transition écologique et solidaire, Greenflex veut adopter une approche « radicale » en finançant trente premiers démonstrateurs de logements collectifs. « Il faut que tous les habitants aient le même niveau d'ambition pour produire un effet volume et industrialiser les solutions », assure ainsi son directeur conseil, Sébastien Delpont.

Gagnant-gagnant

A Hem, dans le Nord, Vilogia a livré il y a un an le premier programme pilote accompagné par Greenflex. Le bailleur social a en effet rénové des dizaines de logements pour améliorer le bien-être de ses occupants. « En juillet dernier, il a fait 38°C mais les locataires ont été extrêmement satisfaits du confort d'été grâce à la VMC (Ventilation mécanique contrôlée) double flux », témoigne le responsable du pôle Innovation technologique Fabien Lasserre. « Ils n'ont pas eu non plus froid cet hiver du fait du triple vitrage. »

Fort de cette expérience, Vilogia va reproduire la solution sur une opération dans la ville, voisine, de Roubaix et développe en interne une société qui industrialisera la réhabilitation. « Vous associez la massification et l'excellence », applaudit Anne-Lise Deloron-Ricard, directrice adjointe du Plan bâtiment durable. « C'est le Saint-Graal que nous recherchons depuis le Grenelle de l'environnement ! » Greenflex veut par ailleurs reproduire le schéma en Pays de la Loire. Dans cette région, l'Union sociale pour l'habitat (USH) locale a contacté les 25 organismes HLM pour les sensibiliser à la démarche. 17 ont répondu et proposé au total près de 16.600 logements à rénover : 7.700 habitats individuels et 8.900 collectifs.

Formations en ligne

L'entreprise a procédé à une analyse technique du patrimoine pour arbitrer les priorités puis s'est livrée à une analyse économique. Cela lui a permis de déterminer un budget maximal de travaux pour répartir les dépenses en une, voire deux, vagues d'appels de fonds et bien sûr atteindre un équilibre économique sur trente ans. « C'est gagnant-gagnant pour tout le monde », résume Sébastien Delpont.

« D'un côté, les occupants obtiennent une énergie zéro garantie ; de l'autre, il y a plus de business pour le marché de la construction. Nous comptons 50% de grands groupes et 50% de PME. »

Pour autant, la filiale de Total n'entend pas en rester là. Elle veut « activer » un changement d'échelle d'ici à mi-2021 en passant de 3 à 12 régions couvertes (« La Corse sera traitée avec le Sud-Paca ») et en misant davantage sur le résidentiel collectif privé que sur les maisons individuelles et les logements sociaux.

Outre un guide de bonnes pratiques et de retours d'expériences, à paraître en juin, elle parie aussi sur les formations en ligne, s'étant rapprochée de l'entrepreneur Pascal Chazal, d'Hors-Site, qui propose des cours gratuits sur la préfabrication. Également dans les tuyaux : des kits pédagogiques et des jouets pour les enfants des locataires, un concours d'innovation début juillet pour récompenser la recherche et développement des entreprises partenaires, un comité de suivi fin septembre et une nouvelle charte d'engagement à l'automne.

César Armand

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 13/06/2019 à 8:35
Signaler
" et financé par la Commission européenne," "vise à accélérer la rénovation énergétique des logements" Non, vise à fournir une pompe à subvention massive, une de plus, pléthore en néolibéralisme. On aimerait bien que nos entreprises démontrent u...

le 21/06/2019 à 14:09
Signaler
Et sinon vous proposez quoi pour la rénovation thermique et énergétique des vieilles baraques des bailleurs ? Malheureusement l'agrafage d'une couche de plainte de mauvaise foi ne fonctionne pas en terme de thermique.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.