Holcim refuse les termes de l'accord de fusion avec Lafarge

 |   |  270  mots
Le conseil d'administration de Lafarge reste attaché au projet qu'il entend voir mis en oeuvre, a précisé le groupe français.
"Le conseil d'administration de Lafarge reste attaché au projet qu'il entend voir mis en oeuvre", a précisé le groupe français. (Crédits : © Christian Hartmann / Reuters)
Le Suisse souhaite notamment renégocier la direction de la future entité et veut revoir la parité d'échange de titres pour adopter un ratio de 0,875 action Holcim pour une action Lafarge. Le Français est prêt à étudier "la révision de la parité", mais pas à modifier le reste de l'accord.

La fusion entre Lafarge est Holcim est-elle compromise ? Le français Lafarge a annoncé lundi 16 mars avoir reçu du suisse Holcim un courrier lui faisant part de "positions remettant en cause les conditions financières et de gouvernance" de leur projet de fusion entre égaux.

Lafarge a ajouté dans ce communiqué qu'il était "prêt à explorer la possibilité d'une révision de la parité en ligne avec les conditions de marché récentes, mais qu'il n'accepterait aucune autre modification des accords actuels". Et de préciser: "Le conseil d'administration de Lafarge reste attaché au projet qu'il entend voir mis en oeuvre."

Holcim ne veut plus du PDG de Lafarge

Selon des informations diffusées dimanche par l'agence Bloomberg, Holcim a proposé à Lafarge de modifier les modalités de leur fusion, notamment en renonçant à une parité d'échange de titres pour adopter un ratio de 0,875 action Holcim pour une action Lafarge. Et ce, en raison du recul de l'action Lafarge par rapport à celle du Suisse.

Toujours selon Bloomberg, Holcim souhaite également renégocier la direction de la future entité fusionnée, notamment pour le poste de directeur général qui devait revenir à Bruno Lafont, l'actuel PDG de Lafarge.

Lafarge et Holcim ont annoncé en avril 2014 une fusion "entre égaux" devant donner naissance à un colosse du béton pesant 32 milliards d'euros de chiffre d'affaires (avant cessions) et comptant 130.000 salariés dans 90 pays.

Lafarge pénalisé en Bourse

Le titre du cimentier français Lafarge était pénalisé lundi matin à la Bourse de Paris, perdant plus de 4%. A 09H09 (08H09 GMT), l'action perdait 4,60% à 61,99 euros dans un marché en progression de 0,33%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/03/2015 à 16:43 :
Si Holcim casse le contrat hors clauses spécifiques de réajustement, il devra verser de fortes indemnités à Lafarge. Une légère modification devrait donc le satisfaire rapidement. Par contre que le nouvel ensemble ne veuille pas du patron français se comprend fort bien : il n''a fait que des erreurs en brûlant la chandelle par les deux bouts. Une présidence du conseil serait un moyen de l'écarter dans l'entreprise avant de lui trouver une place de partenaire dans une société financière extérieure. Cependant l'ambition de ce dernier dans une fusion était moins stratégique que d'organiser sa propre promotion à la tête d'un grand groupe de 41 milliards de dollars pour ensuite viser plus haut. Dans cette situation cette fusion a-t-elle du sens ? Les italiens sont vendeurs de leur ciment, quelque chose peut être fait avec Vicat quant à Saint Gobain engagé lui aussi dans une affaire suisse, il a promis de dépasser les 100 milliards de dollars de chiffre à moyen terme. Lafarge ne serait qu'une belle brique de cette évolution.
a écrit le 16/03/2015 à 16:16 :
question : a quoi ont servis les dizaines banques d'affaires (freres yaoui/GS/MS...) qui ont moulines des tableaux XL dans tous les sens il y a 12 mois,pour pondre une "valo" du deal complètement pipo et maintenant obsolète (c'etait previsible des le depart) , empochant au passage plusieurs dizaine de millions d'euros de fees?
a écrit le 16/03/2015 à 13:56 :
Et bien d'après ce que je lis, la direction d'Holcim semble aussi agréable et diplomate que leur comptabilité clients.
a écrit le 16/03/2015 à 13:19 :
Comme une odeur de Péchiney. Ils la font ou ils ne la font pas?
a écrit le 16/03/2015 à 11:10 :
Il faut dire non a Holcim, il y a beaucoup d'affaire a faire dans de nombreux pays hors Suisse !
Réponse de le 16/03/2015 à 12:28 :
L'activité en Suisse représente env.3 % du chiffre d'affaire de Holcim.
a écrit le 16/03/2015 à 10:52 :
Lafarge peut continuer seule, dans ces conditions autant renoncer à la fusion puisque tout est remis en question par Holcim. aucun intérêt à être absorbé en solde. Pour le financement une augmentation de capital de Lafarge voir des nouveaux emprunts à taux bas ne me parait pas poser de problème. il vaut mieux être seul que mal accompagné.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :