Lafarge va acquérir 100% de sa filiale chinoise

 |   |  235  mots
L'netité chinoise offre une capacité totale de production de ciment de 32 millions de tonnes dans le sud-ouest de la Chine.
L'netité chinoise offre une capacité totale de production de ciment de 32 millions de tonnes dans le sud-ouest de la Chine. (Crédits : reuters.com)
La capacité de production envisagée pour Lafarge Shui on Cement est de 32 millions de tonnes de ciment. Le cimentier français propose 294 millions d'euros à Socam pour les 45% qu'il détient dans sa filiale chinoise. L'opération est aussi conditionnée à la finalisation du projet de fusion entre Lafarge et Holcim.

Alors qu'il compte céder des milliards d'euros d'actifs en Europe, au Canada, au Brésil et aux Philippines notamment, le cimentier Lafarge investit en Chine. Il a indiqué mardi 3 mars avoir signé un accord pour acquérir 45% des parts détenues par Socam dans sa filiale chinoise Lafarge Shui on Cement contre 294 millions d'euros et ainsi en détenir la totalité.

Cette entité offre une capacité totale de production de ciment de 32 millions de tonnes dans le sud-ouest de la Chine, dans les provinces du Yunnan, du Sichuan, du Guizhou et la municipalité de Chongqing. Le rachat à 100% de la filiale chinoise par Lafarge est soumis à l'approbation des actionnaires de Socam.

Conditionnée à la finalisation de la fusion avec Holcim

L'opération est toutefois conditionnée à la finalisation du projet de fusion entre Lafarge et son concurrent suisse Holcim, qui doit donner naissance au numéro un mondial du béton d'ici la fin du premier semestre, précise le groupe dans un communiqué. Les deux entreprises, qui avaient annoncé leur rapprochement en avril dernier, ont multiplié les cessions ces derniers mois pour satisfaire aux exigences des autorités de la concurrence des divers pays où ils ont des actifs.

Elles ont reçu le feu vert de la Commission européenne en décembre mais doivent encore obtenir l'aval de cinq autorités de régulations, notamment aux États-Unis, au Canada et en Inde.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/03/2015 à 8:49 :
la Chine a sauvé la France, la Chine achete le centrale nucléaire français, c'est pour aider la misère française, parce que la Chine exporte les centrales nucléaires de 3e génération au Pakistan
a écrit le 03/03/2015 à 19:33 :
Il investissent où est l'activité donc pas en France. Les Chinois achètent le patrimoine français pour le tourisme essentiellement. La France vend son passé pour distraire les chinois aisés.
a écrit le 03/03/2015 à 9:44 :
Tiens, il n'y a personne qui crie l'invasion française en chine ou les prédateurs français agressifs qui envahissent la chine ou péril blanc. C'est rire blanc.
Réponse de le 03/03/2015 à 10:03 :
Il s'agit de sociétés privées investissant dans leur core business. Pas du bras économique d'un état non démocratique et ayant une forte propension à s’accaparer des territoires essayant d'investir dans des actifs stratégiques d'autres pays. Grosse nuance quand même!
Réponse de le 03/03/2015 à 19:04 :
@@afp oui mais en France tout est considéré comme strategique: la bouffe, les sites internet, les trains, le cinema ....
Réponse de le 04/03/2015 à 8:15 :
Désolé mais Lafarge n'ai plus une société française à compter de juillet 2015 elle sera suisse et sortira du cac 40 notre industrie est en train de disparaître, il faut préserver les soit disant acquis de nos chers syndicats, mais qui va les entretenir, les pme, les artisans ont les découragent tellement en france qu'ils sont devenus une espèce en voie de disparition,

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :