Immobilier : Sergic, Dalkia et Nacarat veulent dénicher les proptechs de demain

 |   |  357  mots
(Crédits : iStock)
Le gestionnaire immobilier, la filiale d'EDF dédiée aux services énergétiques et le promoteur spécialisé dans l'écoconception viennent de lancer un appel à projets pour trouver six jeunes pousses qui pourraient les aider en interne et en externe.

Le réseau de syndics de copropriété et d'agences immobilières Sergic, la filiale d'EDF dédiée à l'efficacité énergétique et aux énergies renouvelables Dalkia, et le promoteur Nacarat spécialisé dans la "valeur écologique des territoires", viennent de créer Maille'Immo. Objectif : "imaginer l'immobilier du futur et du bien vivre-ensemble".

Lire aussi : Comment la "proptech" contraint les grands groupes à innover

De la transition écologique... mais pas seulement


Avec ce dénominateur commun, elles lancent un appel à projets visant à identifier six jeunes pousses suffisamment matures ou ayant un modèle de développement assez innovant pour les confronter à leurs clients à horizon 2021. Au regard de la raison sociale de deux des entités, les startups devront-elles proposer des services liés à la transition écologique ou pas nécessairement ?

"Il y a beaucoup de chances pour que cela tourne autour de l'énergie, mais pas seulement",  déclare Jérémy Giacomini, directeur marketing de Sergic. "Nous pourrons les guider seuls, à deux ou à trois. Nous ne nous fermons pas de portes et nous espérons être agréablement surpris."

Lui-même travaille déjà depuis une semaine à Amiens avec l'association Makesense pour "soutenir et accompagner les habitants à faire de leur quartier, un quartier plus inclusif et plus durable". "Nous voulons sortir de notre rôle de gestionnaire technique pour faire de la cohabitation, au sens de vie commune", explique Jérémy Giacomini.

100.000 euros par entreprise accompagnante

Les jeunes pousses sélectionnées d'ici à janvier prochain ne recevront pas d'argent et ne seront pas rachetées, mais bénéficieront de l'accompagnement pendant un an par un salarié d'Euratechnologie, accélérateur situé à Roubaix. Elles y disposeront de locaux, de même qu'elles pourront partir en voyages d'études au Canada où Sergic est déjà implanté.

 "Cela nous coûtera environ 100.000 euros en 2020, et plus ou moins la même chose pour Dalkia et Nacarat", précise le directeur marketing.

L'année prochaine, Maille'Immo lancera un nouvel appel à projets. D'ores et déjà, les trois entreprises qui la composent discutent avec des partenaires qui rencontrent les mêmes problématiques qu'elles et qui pourraient les rejoindre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :