Saint-Gobain renonce à contrôler le suisse Sika, mais en devient le 1er actionnaire

 |   |  467  mots
Saint-Gobain et Sika ont conclu un accord mettant fin à leur différend qui date de décembre 2014.
Saint-Gobain et Sika ont conclu un accord mettant fin à leur différend qui date de décembre 2014. (Crédits : Denis Balibouse)
Le groupe français Saint-Gobain a annoncé, ce vendredi, être parvenu à un accord avec la famille Burkard, fondatrice et propriétaire de Sika, en vertu duquel il renonce à prendre le contrôle du groupe suisse. Il va néanmoins en devenir le premier actionnaire, avec 10,75% du capital.

Les deux groupes sont (enfin) parvenus à un accord pour clore un litige vieux de plus de trois ans. Le numéro un mondial de la production, transformation et distribution de matériaux de construction Saint-Gobain renonce à prendre le contrôle du groupe suisse Sika. Néanmoins, il va en devenir le premier actionnaire avec 10,75% du capital - une prise de participation, pour une durée minimale de deux ans, qui lui aurait coûter 1,14 milliard de francs suisses (954 millions d'euros environ), alors qu'elle valait aujourd'hui 1,9 milliard de francs suisses (1,59 milliards d'euros).

"C'est un excellent accord (...) qui nous permet de sortir par le haut d'un dossier dont personne n'a jamais contesté le sens stratégique mais qui restait complexe et incertain", a déclaré lors d'une conférence téléphonique le Pdg de Saint-Gobain, Pierre-André de Chalendar.

Pour valider cet accord, Sika va convoquer une assemblée générale extraordinaire qui doit se tenir le 11 juin. Ses actionnaires seront notamment appelés à voter sur une conversion de ses actions en une catégorie d'action unique, avec le principe "d'une action, une voix".

Fin des litiges judiciaires en cours

En pratique, Saint-Gobain a acquis dans un premier temps auprès des Burkard la totalité des actions de la holding Schenker-Winkler (SWH) - qui portait la participation de 17% de la famille - pour 3,22 milliards de francs suisses, soit un montant supérieur à plus de 500 millions de francs suisses au prix convenu en 2014, puis Sika lui a racheté 6,97% de son propre capital pour 2,08 milliards de francs suisses.

Le groupe français s'est en parallèle engagé à conserver - à travers SWH - une participation de 10,75% dans Sika pour une durée minimale de deux ans.

Dans le même temps, les parties ont décidé de mettre fin à l'ensemble des procédures judiciaires en cours et Sika et Saint-Gobain ont fait savoir qu'ils souhaitaient étendre leurs relations existantes, notamment en matière de relations commerciales et opérationnelles et d'innovation.

Et fin d'un bras de fer vieux de trois ans

Cet accord met fin à leur différend qui remonte à décembre 2014. Le groupe français de matériaux de construction s'était alors entendu avec la famille Burkard, héritiers du fondateur de Sika, pour racheter leurs parts qui représentaient 16,4% du capital, mais 52,6% des droits de vote. En pratique, il pouvait ainsi prendre le contrôle de l'entreprise sans avoir à lancer d'offre publique d'achat, ce à quoi s'opposait les dirigeants de Sika, mais aussi de nombreux autres actionnaires.

Avec l'appui d'investisseurs internationaux, dont le Trust de la fondation Bill & Melinda Gates et le fonds Cascade (également contrôlé par le fondateur de Microsoft), ils s'étaient fermement opposés à l'opération. Les différentes parties s'étaient depuis affrontés par le biais des tribunaux.

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/05/2018 à 19:44 :
Cher ami,
Suis frontalier, mais je vous rassure, je travaille en France. Pas trop envie d'être traité de "frouze" à longueur de temps.
Pour Sika, certes. Maintenant, c'est le jeu. Sinon, on ne fait pas une entreprise, mais une association. Sika devient opéable. On verra s'ils seront mieux sous contrôle chinois qu'avec St Gobain..... Toujours dommage que les français vendent aux suisses, et jamais l'inverse. Sauf leurs turbines pourries de ABB à Alstom.
Quant aux autres commentaires qui nous explique que SG n'innove pas, cette boite date de 1676, si mes souvenirs sont bons. On ne vit pas 350 ans quand on innove pas.......
Réponse de le 13/05/2018 à 10:36 :
Vous êtes frontalier et vous travaillez en France... LOL
a écrit le 12/05/2018 à 14:10 :
Dommage que SG n’ait pas mis ces suisses puants et anti français au pas. Et que de petits suisses sur La Tribune...
Réponse de le 12/05/2018 à 14:25 :
Juste dommage pour Lafarge.
Peut-être SG peut les remplacer et faire des affaires avec l'ennemi.
Réponse de le 12/05/2018 à 15:39 :
Les petits puants ont mis une fessée au grand qui sent bon, et manifestement ce dernier n’en a pas tiré de leçons de modestie...
Réponse de le 12/05/2018 à 16:20 :
Pour être frontalier, et plutôt ouvert d'esprit, je ne suis pas sûr que ce soit aux Français de prendre de leçon de modestie....................... Halte aux poncifs du français sale et arrogant, il y a un paquet de pays, y compris les suisses, très mal placés pour nous faire la leçon. Quant au sentiment anti français chez Sika, visiblement, vous n'avez pas lu la presse suisse depuis 4 ans. Vous seriez édifié.... Pas grave, nous, on leur a vendu Lafarge et Naturex, l'essentiel est là.....
Réponse de le 12/05/2018 à 16:42 :
1)C'est exactement ce type de frontalier qui ne passe pas bien en Suisse, car ils se croient supérieurs à tout le monde et doit tout expliquer car il sait tout; en plus il râle pour tout ce qu'on lui demande de faire.
2)Chez Sika il n'y a pas de sentiment anti-français, mais plutôt anti-repreneur, cette fois, oui il est français. Le management, le conseil d'administration et les employées ne veulent pas vendre cette société qui va très bien et qui se débrouille très bien, mais c'est la famille propriétaire de 15 % des actions et de 51 % des voix qui veut se mettre plein les poches. Ce sont eux le véritable problème.
Les autres actionnaires sont les principales lésés dans cette opérations, car St Gobain ne voulait pas faire une offre d'achat pour le reste des actions au même prix que ceux de la famille. Cela aussi passait très mal et laisse le sentiment que St. Gobain veut acheter Sika au rabais pour la vider de sa substance pour renflouer ces propre caisses.
a écrit le 12/05/2018 à 8:57 :
Coûter : infinitif . Aurait coûté : auxiliaire + participe passé
a écrit le 11/05/2018 à 13:06 :
Excellente nouvelle pour Sika qui peut continuer à grandir tout seul. Grand merci aux conseil d'administration et à la direction de ce fleuron de l'industrie suisse d'avoir tenu tête à l'arrogance de St. Gobain. Ils ne voulait seulement profiter du cash de Sika tout comme la famille propriétaire et ne voulait pas l'investir dans la croissance de Sika.
St. Gobain veut garder les 10 % dans Sika seulement pour des raisons fiscale et il ne garde pas de siège au conseil d'administration tout comme la famille.
a écrit le 11/05/2018 à 10:35 :
Heureusement que ce fleuron suisse n'a pas été racheté par ce "boulet"..
Réponse de le 11/05/2018 à 11:19 :
Un "boulet" présent sur les 5 continents, 180 000 employés et 40 milliards d'euros de chiffre d'affaire. Visiblement, vous n'avez pas une définition très exacte du mot "boulet".
Réponse de le 11/05/2018 à 20:06 :
@Math_31

Ça n’empeche pas que Saint Gobain n’est qu’un éléphant dépourvu d’innovation au sens propre du terme, tandis que Sika est une entreprise très innovante avec une forte croissance sur les cinq continents.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :