Schneider Electric recule après la révision à la baisse de ses prévisions

 |  | 282 mots
Le fabricant de matériel électrique a une nouvelle fois révisé à la baisse sa prévision de croissance de son chiffre d'affaires, de 8% à 5,5%, en raison de la dégradation de la situation économique. Le titre a perdu 0,38% à 54,59 euros.

Nouvelle révision à la baisse des objectifs de résultats de Schneider Electric. Le fabricant de matériel électrique a indiqué ce mercredi qu'il ne tablait plus que sur une progression de 5,5% de son chiffre d'affaires cette année. Le groupe avait déjà abaissé ses objectifs le 22 octobre, tablant sur une croissance organique "autour de 8%", alors qu'il visait auparavant "un minimum de 8%".  Schneider a par ailleurs ajusté son objectif d'une marge d'exploitation (marge Ebita), attendue "proche de 15%", et non plus supérieure à 15%.

"La révision des perspectives 2008 traduit l'affaiblissement des segments de marchés dans l'ensemble des zones géographiques et l'attentisme des clients finaux dans leurs décisions d'investissement", a expliqué le fabricant de matériel électrique, faisant état d'une détérioration "particulièrement forte en novembre". "Nous n'anticipons pas d'amélioration de la tendance en décembre", a ajouté Jean-Pascal Tricoire, président du directoire, soulignant que sa priorité était d'"accélérer (les) initiatives d'efficacité opérationnelle".

Le groupe, qui s'est voulu rassurant sur sa situation financière, a notamment lancé un plan qui vise 600 millions d'euros annuels d'économies d'ici 2011, grâce à une "réduction des fonctions support". Il a également "pris au cours du trimestre des mesures pour adapter sa structure de coûts" à cet environnement difficile, "comprenant la réduction du nombre de contrats temporaires, l'ajustement des capacités de production et de la chaîne d'approvisionnement à l'échelle mondiale".

Au troisième trimestre, la croissance du chiffre d'affaires a ralenti à 4,1% (+6,9% en données organiques) contre 8,4% au premier semestre (+10,6%). Sur les neuf premiers mois de 2008, elle tombe à 6,9% (+9,3%) contre 26,4% (13,9%) sur la même période de 2007.

Le titre a reculé ce jeudi de 0,38% à 54,59 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :