Sanofi-Aventis dopé par les vaccins antigrippaux

 |  | 680 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Sanofi-Aventis prévoit pour 2010 une croissance de 2% à 5% de son bénéfice par action, après avoir réalisé au quatrième trimestre 2009 des ventes proches des attentes, tirées par l'antidiabétique Lantus et les vaccins. Le groupe français annonce également un plan d'économies plus élevé que prévu en 2010 d'un montant de 2 milliards d'euros en 2013.

Au quatrième trimestre 2009, le groupe pharmaceutique a annoncé un bénéfice net part du groupe de 1,796 milliard d'euros, alors que le consensus misait sur un bénéfice plus modeste de 1,684 milliard. Le bénéfice par action est de 1,37 euro (consensus de 1,32 euro). Son bénéfice opérationnel courant s'est élevé à 2,254 milliard d'euros (consensus de 2,349 milliard) et son chiffre d'affaires à 7,361 milliards (consensus de 7,321 milliards). Sur l'année 2009, le groupe pharmaceutique français a enregistré un bénéfice net de 7,8 milliards d'euros (et même de 8,4 milliards d'euros en ajusté hors éléments non récurrents) , en hausse de 11%, et un chiffre d'affaires de 29,3 milliards, en progression de 6,3%, grâce notamment à des ventes "record" de vaccins antigrippaux.

Lors d'une conférence de presse, le directeur général de Sanofi -Aventis, Chris Viehbacher, a confirmé que l'ambition de réaliser en 2013 au moins le même niveau de profits qu'en 2008.  Pour ce faire Sanofi-Aventis, prévoit un plan de réorganisation visant à réaliser deux milliards d'euros d'économies en 2013 par rapport à 2008. Le groupe a annoncé que ce programme "devrait se traduire par davantage d'économies qu'initialement prévues" en 2010.

Il a ajouté: "nous sommes en avance sur notre calendrier", déclarant qu'on ne peut "pas construire une société sur les économies de coûts". "Nous n'allons pas participer à une course consistant à savoir qui a fait le plus d'économies". "La meilleure protection pour l'emploi, c'est d'avoir une société forte", a-t-il également jugé, assurant que si le groupe ne se transformait pas, il serait "en plus grande difficulté".

"Concernant 2010, le programme de transformation devrait se traduire par davantage d'économies qu'initialement prévues", annonce le communiqué du groupe, sans donner plus de précision.

"Nous avions prévu 600 millions d'économies à fin 2010 par rapport à 2008, mais on sera clairement au-delà de cet objectif", a de son côté déclaré Jérôme Contamine, directeur financier du groupe.

De son côté, Hanspeter Spek, directeur des opérations pharmaceutiques de Sanofi, a déclaré avoir pour ambition de devancer Norvo Nordisk, leader mondial du traitement du diabète.

Concernant la stratégie d'acquisition, Chris Viehbacher également indiqué qu'elle se poursuivrait en 2010 au même rythme qu'en 2009, année au cours de laquelle le groupe a réalisé deux ou trois transactions par mois. Il a tout récemment mis la main sur 89,8% des actions Chattem  l'un des leaders américains des médicaments sans ordonnance, pour environ 1,9 milliard de dollars, soit 1,32 milliard d'euros.

Dans un communiqué, le numéro 4 mondial de la pharmacie écrit que "malgré la concurrence attendue des génériques et compte tenu de la progression des plates-formes de croissance, (il) anticipe en 2010 une croissance du BNPA des activités, à taux de change constants, comprise entre 2% et 5%, sauf événement adverse majeur imprévu". Il précise que ces perspectives ne prennent pas en compte une potentielle concurrence générique de Lovenox. Le Lovenox, qui a généré en 2008 un chiffre d'affaires de 3,08 milliards d'euros, sur des ventes totales de 29,3 milliards français, pourrait être prochainement copié par Novartis.

Au 31 décembre 2009, la dette nette de Sanofi a augmenté à 4,135 milliards d'euros, contre 1,780 milliard un an plus tôt, soit un ratio dette nette sur Ebitda de 34%. Depuis l'arrivée en décembre 2008 de Chris Viehbacher à la direction générale, Sanofi a réalisé près d'une vingtaine d'acquisitions ou partenariats dans les génériques, la biotechnologie et les médicaments sans ordonnance. Le groupe a tout récemment mis la main sur 89,8% des actions de Chattem l'un des leaders américains des médicaments sans ordonnance, pour environ 1,9 milliard de dollars, soit 1,32 milliard d'euros.

Sanofi-Aventis a engagé un large "programme de transformation" devant générer deux milliards d'euros d'économies en 2013. Ce programme, qui a généré 480 millions d'euros d'économies en 2009, devrait en 2010 "se traduire par davantage d'économies qu'initialement prévues". L'action Sanofi a gagné 21,3% en 2009 faisant mieux que l'indice sectoriel européen qui n'a progressé que de 14,25%. Elle a clôturé mardi à 52,7 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/02/2010 à 8:17 :

Scandaleux
Des multinationales qui s'en mettent plein les fouilles!
En attendant nos retraites plongent et la secu est en faillite.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :