A Molsheim, Merck renforce sa production de consommables pour la fabrication de vaccins

 |  | 661 mots
Lecture 3 min.
Merck est présent à Molsheim depuis 1972. Le groupe allemand emploie 1.650 salariés sur son site alsacien.
Merck est présent à Molsheim depuis 1972. Le groupe allemand emploie 1.650 salariés sur son site alsacien. (Crédits : DR)
Le groupe allemand de pharmacie et de chimie investit 25 millions d'euros dans son site existant à Molsheim, et crée 350 emplois. Objectif à court terme : fournir aux industriels européens la capacité de produire davantage de vaccins anti-Covid.

Merck a présenté le 17 mars un projet d'investissement de 25 millions d'euros à Molsheim (Bas-Rhin). Le groupe allemand de pharmacie et de chimie installera une unité de production de poches stériles à usage unique, mises en œuvre dans la production de vaccins. Ces produits consommables permettront d'assurer des process stériles à l'intérieur des cuves inox des industriels pharmaceutiques. Ils s'adressent aussi à d'autres secteurs de la bioproduction. Les industriels clients de Merck optimiseront l'enchaînement de cycles de production, avec des opérations de nettoyage et de stérilisation facilitées. Merck s'adressera en premier lieu, et en réponse à des demandes urgentes, aux industriels qui produisent des vaccins en Europe. "Cet investissement permet de réduire nos goulots d'étranglement dans la production de vaccins", a jugé Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l'Industrie, qui s'est rendue à Molsheim pour assister à la présentation de ce projet d'investissement.

"Nous aurons en Europe une capacité de production de 2 à 3 milliards de doses de vaccins dès la fin de cette année", a rappelé Thierry Breton, commissaire européen au Marché intérieur et responsable de la Task Force européenne sur les vaccins anti-Covid, présent à Molsheim aux côtés d'Agnès Pannier-Runacher. "Cinq vaccins vont être en partie produits en France : Moderna, Pfizer/BioNTech, CureVac, Janssen et Sanofi", a rappelé la ministre. Jean-Philippe Maurer, directeur des opérations du site Merck à Molsheim, a refusé de préciser si tous ces industriels qui produiront ces vaccins en France pourront bénéficier de ses consommables. Merck produira à Molsheim "plusieurs centaines de milliers d'unités d'ici deux ans", s'est-il contenté d'annoncer.

Démarrage fin 2021

L'investissement en Alsace entraînera la création de 1.700 mètres carrés de salles blanches, avec 350 nouveaux emplois nouveaux à la clé. Il sera opéré en deux phases. La première phase, immédiate, nécessitera 80 embauches pour assurer le démarrage rapide de la production fin 2021. La seconde phase consistera à aménager un bâtiment logistique existant à Molsheim, et de le transformer en site de production. Le Conseil régional du Grand-Est a promis 700.000 euros de contribution pour accompagner cette phase de recrutements.

Plusieurs investissements récents ont permis à Merck, dont l'unité alsacienne a été inaugurée en 1972 sous l'enseigne Millipore, de pérenniser ses activités à Molsheim. En 2017, Merck a inauguré le Cube, son nouveau centre de recherche et développement sur le site de Molsheim, représentant un investissement de 12 millions d'euros. En 2019, le groupe a investi 10 millions d'euros dans son unité de recherche appliquée MLab destinée à la simulation des process dans les métiers des biotechnologies. Merck a lancé la première phase (20 millions d'euros) d'un projet d'expansion dans les activités de microbiologie, avec cinq nouvelles lignes en salle blanche pour la fabrication de boîtes de Petri, des consommables de laboratoire à destination des industries pharmaceutique et agroalimentaire. En 2019, ce projet baptisé Tolso (Transformation of Life Science Operation) a été soutenu par la Région Grand Est à hauteur de 1,6 million d'euros, entraînant la création de 130 emplois à Molsheim. Tolso résulte en partie du transfert d'activités depuis un autre site de Merck à Eppelheim, en Allemagne (265 salariés). Le syndicat allemand IG BCE (Berg, Chemie, Energie) a vu d'un mauvais oeil cette relocalisation.

Avec 1.650 salariés et 10.000 références en production, le site de Molsheim est le troisième plus grand site du groupe Merck à l'échelle mondiale. Il est focalisé sur de la conception d'équipements pour les industries pharmaceutiques, la biotechnologie et l'industrie agroalimentaire, du contrôle microbiologique dans les industries pharmaceutique et agroalimentaire et de la conception d'équipements de purification d'eau à destination des laboratoires. Molsheim est intégré dans la branche Life Science de Merck (58.000 salariés pour 17,5 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2020 salariés). La branche Healthcare du groupe allemand, qui produit des principes actifs et les médicaments, dont le Levothyrox, n'est pas présente en Alsace.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :