Les Philippines envisagent d'attaquer Sanofi en justice

 |   |  443  mots
Sanofi a expliqué que davantage de cas sévères de dengue pourraient être observés en cas d'exposition au virus après vaccination chez les personnes n'ayant jamais été infectées auparavant.
Sanofi a expliqué que "davantage de cas sévères de dengue pourraient être observés en cas d'exposition au virus" après vaccination chez les personnes n'ayant jamais été infectées auparavant. (Crédits : Romeo Ranoco)
Les autorités philippines ont suspendu leur campagne de vaccination massive avec le Dengvaxia, vaccin contre la dengue de Sanofi, depuis que le groupe a déconseillé de l'injecter chez les personnes n'ayant jamais été infectées. Manille pourrait réclamer la mise en place "d'un fonds d'indemnisation".

Le gouvernement philippin envisage de poursuivre Sanofi en justice après avoir suspendu le vaccin contre la dengue du géant pharmaceutique français quand celui-ci avait prévenu qu'il pourrait aggraver la maladie dans certains cas, a annoncé jeudi le ministre de la Santé.

Les autorités philippines ont suspendu vendredi leur campagne publique de vaccination massive, la première du genre dans le monde, avant de suspendre lundi toute vente et distribution du Dengvaxia.

Le groupe français avait prévenu quelques jours auparavant que "davantage de cas sévères de dengue pourraient être observés en cas d'exposition au virus" après vaccination chez les personnes n'ayant jamais été infectées auparavant.

"Un jour où l'autre, c'est ce qu'il va se passer", a déclaré Francisco Duque à la télévision ABS-CBN comme on lui demandait si le gouvernement devait poursuivre Sanofi en justice. "Parce qu'au bout du compte, c'est une cour de justice qui va se prononcer s'agissant de la responsabilité de Sanofi", a-t-il dit.

830.000 écoliers vaccinés

Le gouvernement de l'ancien président Benigno Aquino avait lancé le programme de vaccination en 2016 et les Philippines étaient devenues le premier pays à utiliser le Dengvaxia à une telle échelle.

Environ 830.000 écoliers ont reçu au moins une dose de vaccin, a ajouté M. Duque. Le gouvernement avait déclaré auparavant que plus de 733.000 personnes avaient été vaccinées.

L'annonce de Sanofi a soulevé beaucoup d'inquiétude aux Philippines où la maladie transmise par des moustiques est très répandue.

Sanofi avait cherché lundi à apaiser les craintes, soulignant que les éventuels "cas sévères" ne seraient pas mortels et que le vaccin ne déclencherait pas la maladie.

Vers un fonds d'indemnisation ?

Jeudi, le ministre de la Santé a également accusé le groupe d'avoir émis des déclarations "confuses".

Le gouvernement pourrait lui demander le remboursement d'1,4 milliard de pesos (23,4 millions d'euros) de vaccins non utilisés et la mise en place "d'un fonds d'indemnisation" pour couvrir les coûts d'hospitalisation des enfants vaccinés durant la campagne publique qui tomberaient malades, a-t-il ajouté.

Le service de communication de Sanofi n'était pas immédiatement joignable pour réagir aux remarques du ministre.

Celui-ci a aussi expliqué ce qu'il attendait d'un tribunal en cas de plainte:

"S'il est établi que (Sanofi) n'a pas révélé des informations matérielles qui auraient changé l'issue de tous ces problèmes et la prise de décision du ministère de la Santé du gouvernement précédent, alors ils seront juridiquement responsables."

M. Duque a ajouté que le Congrès se pencherait sur la question la semaine prochaine.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/12/2017 à 11:08 :
Il va encore falloir que l'état français donne les sous du contribuables pour rembourser des dégâts permanents de cette multinationale, misère...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :