Le Commissariat à l'énergie atomique pourrait alléger sa part dans Areva

 |   |  223  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le Commissariat à l'énergie atomique (CEA) pourrait commencer à vendre une partie des 73% qu'il détient dans Areva en 2012, rapporte l'hebdomadaire Challenges.

D'ici 2012, le Commissariat à l'énergie atomique (CEA) ne detiendra plus que la moitié du capital d'Areva. Matignon a donné son feu vert au CEA pour alléger sa participation dans Areva (actuellement à 73%) sans descendre sous les 50%, révèle le magazine Challenges dans son édition datée de jeudi.

"Une 'convention triennale', en cours de finalisation, doit définir le calendrier. La première cession pourrait intervenir dès 2012", rapporte Challenges sans préciser ses sources.

La possibilité que le CEA cède une partie de ses titres Areva avait été évoquée à l'automne par la presse. Cette dernière mettait en avant la nécessité pour l'organisme public de financer le démantèlement de ses sites nucléaires civils et militaires. Personne n'était disponible dans l'immédiat chez Areva pour commenter ces informations.

La cotation des actions ordinaires du groupe a commencé le 30 mai. La société n'était jusqu'ici cotée que sous forme de certificats d'investissement. Leur conversion en actions a fait suite à une demande du fonds souverain du Koweit, la Kuwait Investment Authority (KIA), qui a pris 4,8% du capital d'Areva fin 2010 pour quelque 600 millions d'euros en exigeant que la liquidité de ses titres soit assurée. Au total, l'Etat détient directement et indirectement près de 87% du capital du groupe. Vers 15h16, l'action Areva perdait 3,68% à 26,20 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/06/2011 à 15:30 :
"Sans descendre sous les 50%"... ça me rappelle quelque chose... (GDF bradé à Suez, par exemple). Bouygues souhaite acheter Aréva depuis longtemps, l'Elysée ne peut rien lui refuser...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :