Le PS maintient ses objectifs de modération des prix à la pompe

 |  | 564 mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Michel Sapin, le pressenti ministre de l'économie, a confirmé jeudi que le gouvernement allait mettre en place des outils pour lutter contre la hausse des prix des carburants. Même si un blocage ne s'impose plus dès lors que ces prix baissent. L'association de consommateurs CLCV demande « une réforme des prix » en profondeur.

Le blocage des prix à la pompe promis par le candidat Hollande fait déjà débat. Les prix des carburants étant très légèrement orientés à la baisse depuis trois semaines - le litre de gazole est passé à 1,42 euro le litre contre 1,46 euro mi-mars, Michel Sapin, pressenti pour diriger Bercy, a indiqué mercredi que « ce n'est peut être pas le moment de bloquer. Il faut bloquer quand les prix montent ». Ce qui a permis à la droite de gloser immédiatement sur les promesses non tenues du futur président.

Le blocage des prix reste d'actualité en cas de nouvelle flambée
Ce jeudi matin, le même Michel Sapin a précisé au micro de France Inter, qu'« il ne s'agit pas de revenir sur la promesse, mais de s'adapter à la situation". "Bloquer des prix qui baissent, ce serait contraire à l'objectif recherché", s'est-il défendu. Il a confirmé les objectifs du futur gouvernement : la baisse actuelle "n'ôte rien à la nécessité de mettre en place des outils" pour lutter contre "la spéculation", et "éviter qu'à l'avenir ce que l'on a connu ces dernières semaines, et qui est peut-être encore devant nous, puisse se renouveler", a-t-il déclaré.
Pour y arriver, le gouvernement va utiliser deux outils, a précisé Michel Sapin : le blocage des prix à la pompe, mesure « brutale mais nécessaire en cas de montée brutale des prix » des carburants ; et la TIPP flottante (modulation, en cas de flambée des cours, d'une taxe prélevée par l'Etat). "L'objectif c'est de faire en sorte que les pics soient gommés, en tout cas amoindris", et "d'éviter que l'Etat en quelque sorte soit complice de la spéculation et vienne s'enrichir lorsque les prix montent de manière anormale", a ajouté Michel Sapin.

Une hausse du brut est redoutée début juillet
L'association de consommateurs CLCV en profite pour demander des mesures à plus long terme. La CLVC estime que « la très légère baisse constatée ces derniers jours laisse les prix à un niveau historiquement excessif et ne règle en rien le problème, d'autant que tout le monde s'accorde à reconnaître que structurellement, les prix resteront orientés à la hausse » .
Les analystes redoutent notamment une nouvelle flambée du prix du brut cet été, liée à l'entrée en vigueur le 1er juillet de l'embargo européen sur les importations de brut iranien, mais également au début de la saison des ouragans dans le golfe du Mexique qui pourrait perturber l'exploitation de nombreux gisements pétroliers au moment où les Américains consomment beaucoup de pétrole pour leurs déplacements automobiles estivaux.

Co-voiturage, aides à l'achat de véhicules moins énergivores....
La CLCV estime que différents types de mesures sont à explorer : la réforme du poids des taxes (qui représentent 50 à 60% du prix des carburants à la pompe), « l'identification et la limitation des hausses des marges de distribution et de raffinage », la mise en place d'aides à l'achat de véhicules moins énergivores (en utilisant les gains des certificats d'économies d'énergie des pétroliers), une vigilance accrue sur la formation des prix (notamment l'impact de la baisse du nombre de stations service et la position dominante « de certains distributeurs »), enfin, des politiques visant à rendre les consommateurs moins dépendants au pétrole (co-voiturage, auto-partage, transports collectifs, étalement urbain ...).
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/05/2012 à 20:01 :
On peut augmenter l'eficacité de la mesure de blocage des produits pétroliers en décalant l'exercice de sa pèriode pour les trois mois d'hiver, au lieu de la rendre immédiate.
a écrit le 11/05/2012 à 13:05 :
on a 1700 millairds de dette et 70 millairds de déficit du commerce extérieur.
Donc si on baisse les taxes sur les carburants, il faut compenser par ...les impots.. qu'on nous reprend dans l'autre poche, en plus important via le passage par les services publics qui coutent..
donc le citoyen qui se dit content est perdant, mais il est content parce qu'on ne lui explique rien !!
l'arnaque, c'est maintenant !
a écrit le 11/05/2012 à 10:08 :
en fait il ne faut une taxe minime jusqu'à 1 eur le litre, au dessus 100% pour l'état..et tout le monde est content même les pétroliers..car il me semble qu'actuellement le prix de départ est plus bas....
a écrit le 11/05/2012 à 9:59 :
Que se passerait-il si un détaillant de carburant suspendait la vente en invoquant l'interdiction de la vente à perte ?
a écrit le 11/05/2012 à 8:50 :
En référence à l'article sur la perte estimé pour les pétroliers et les grandes surfaces, c'est oublier que s'il est décidé un blocage des prix alors la demande repartira à la hausse, amenuisant la perte pour ces mêmes pétroliers et grandes surfaces.
a écrit le 11/05/2012 à 8:13 :
Il faudrait surtout qu'il modère la pompe a fric de Bercy s'il veut de la croissance. Les shadocks aussi ils pompaient
Réponse de le 11/05/2012 à 12:40 :
lol! drole !
a écrit le 11/05/2012 à 1:44 :
C'est bien la peine d'avoir fait HEC, Science Po et l'ENA pour pondre des mesures aussi niaiseuses.
Deux options soit Flamby a séché tous les cours d'économie à HEC soit il a fait l'autre HEC (Haute Ecole de Coiffure), qui ne lui a pas réussi non plus.
Réponse de le 11/05/2012 à 13:10 :
non, il a fait comme les autres l'école nationale d'abrutissement
indispensable pour gérer les services publics, personne du privé ne peut comprendre cette usine à gaz qui transforme toute l'argent qu'elle reçoit du privé en dette !!
un monstre qu'on nourrit par centaines de milliards et qui absorbe tout sans rien produire, mais pas touche à l'électorat, pas d'économies possibles, on emprunte toujours plus pour nourrir la bète
a écrit le 10/05/2012 à 22:43 :
Baisser le coût du carburant , c'est une belle utopie... mais ça ne va pas inciter à se préparer à une évolution énergétique majeure qui nous attend !!
Perso, plus question d'investir dans une voiture écolo, et pis mon abonnement tarnsport en commun, c'est plus nécessaire, puisque le prix du carburant va baisser... il est loin, le rêve écolo du Grenelle de l'environnement ..!!!
Au fait... on ne les entend pas beaucoup, les écolos, sur ce sujet !!! peut-être que la distribution des maroquins ministériels les occupent trop...
Réponse de le 11/05/2012 à 8:55 :
Cecile a la voix de crécelle se fait toute petite en matière d'écologie. Pourquoi? la chasse aux marocains est toute verte?
a écrit le 10/05/2012 à 22:39 :
Le prix de pétrole, on maitrise pas : même les socialistes s'en sont rendu compte !! (c'est dire si c'est évident!)
Le prix du carburant sorti du raffinage : si on baisse le prix ne serait-ce que d'un centime : toutes les raffineries en France ferment (y a qu'à voir déjà les problèmes chez Pétroplus, Lyondel Basel, ...)!
Les taxes : on ne peut jouer que là dessus , sauf que enlever une taxe sur le carburants, c'est forcément en rajouter une ailleurs, à moins que Hollande n'ai une cagnotte disponible quelque part... messieurs (et dames) candidats aux législatives, merci de bien vouloir nous dire quelles sont les taxes qui vont augmenter en contrepartie ..!!! (si possible avant les elections!!)
a écrit le 10/05/2012 à 21:26 :
La vente à perte est interdite. Avec cette mesure purement électoraliste, les distributeurs auront l'obligation légale de cesser de distribuer le carburant. Mais ne craignez rien ! Le prix de l'essence au marché noir sera bien moins élevé, car non taxé (plus de la moitié du prix actuel est constitué de taxes). Que l'Etat obèse cesse de se goinfrer sur notre dos sans raison ! Suppression intégrale de la TIPP !
Réponse de le 10/05/2012 à 22:04 :
Le jours où les c.. voleront, nous ferons des économies de kérosène!
Réponse de le 11/05/2012 à 12:39 :
si vous supprimez la tipp ( sachant que les taxes representent 60% du prix final), comment vous allez financer le deficit de l'etat, sachant qu'il est urgent de ne faire aucune reforme........ a mon avis, ca va plutot... augmenter !
a écrit le 10/05/2012 à 20:20 :
a mourir de rire! on va bloquer les prix en cas de forte flambee pour des distributeurs qui ont 1% de marge net? bon, ils ne vont pas distribuer a perte, si.?... pb des marges de raffinage trop elevee? le raffinage est deficitaire et toutes les raffineries ferment !! ils en ont d'autres des comme ca ?
Réponse de le 11/05/2012 à 8:51 :
Oui nous allons en avoir de très trés croustillantes ,mais ça fait un bien fou
De rire
Ça viens juste de commencer :))))
Réponse de le 11/05/2012 à 9:39 :
Les distributeurs n'ont pas une marge nette de 12%?
Réponse de le 11/05/2012 à 12:37 :
manu, je crois qu'il s'agit des marges de raffinage ( et encore, des marges brutes !), mais il me semble que c'est plutot 16% ( je ne me rappelle plus les chiffres
a écrit le 10/05/2012 à 19:34 :
ils ne vont pas bloquer les prix maintenant alors que ça baisse?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :