EPR en Chine : si la fuite était survenue en France, EDF arrêterait le réacteur "dans les meilleurs délais"

EDF aurait pris cette décision pour comprendre les causes de l'augmentation de la concentration des gaz rares dans le circuit primaire, stopper son évolution et protéger le personnel lors du travail de nettoyage. La décision de mise à l'arrêt revient toutefois à l'exploitant chinois TNPJVC, qui ne s'est pas encore prononcé. L'énergéticien tricolore évoque une "situation sérieuse", sans être accidentelle.

4 mn

La centrale de Taishan à l'époque de sa construction.
La centrale de Taishan à l'époque de sa construction. (Crédits : Bobby Yip)

Si la perte d'étanchéité dont est victime le réacteur numéro 1 de la centrale nucléaire de Taishan était intervenue en France, EDF réaliserait "la mise à l'arrêt du réacteur dans les meilleurs délais", a indiqué, ce 22 juillet, un porte-parole du groupe, alors que le conseil d'administration de TNPJVC, l'exploitant de la centrale chinoise, s'est réuni ce matin.

Il y a un peu plus d'un mois, le 14 juin dernier, le monde du nucléaire avait les yeux rivés vers la Chine : la chaîne de télévision américaine CNN révélait une potentielle fuite radioactive au niveau de la centrale nucléaire de Taishan, située dans la province du Guangdong dans le sud du pays.

Lire aussi 8 mnEPR en Chine : cinq questions sur la fuite potentielle

EDF pas exploitant, mais actionnaire minoritaire

La centrale de Taishan est composée de deux réacteurs de type EPR. Ces réacteurs de troisième génération, issus d'une technologie française, sont les seuls au monde à être aujourd'hui en fonctionnement. Ils ne sont pas exploités par EDF, mais par TNPJVC, une joint-venture dont EDF est toutefois actionnaire minoritaire (30%), aux côtés du chinois CGN (70%).

EDF (dont la filiale Framatome est à l'origine de la conception des réacteurs) avait alors confirmé avoir été informé d'une augmentation de la concentration des gaz rares dans le circuit primaire de réacteur numéro 1 de la centrale, provoquée par la dégradation de certaines gaines de crayons combustibles. L'énergéticien tricolore avait précisé que "la valeur des rejets atmosphériques respectait les contraintes réglementaires. "Il ne s'agit donc pas d'une contamination, mais de rejets maîtrisés", avait affirmé un porte-parole.

Entre-temps, les experts d'EDF ont pu analyser une série de données, dont les paramètres radiochimiques, communiquées par TNPJVC. A partir de cette analyse, EDF tire deux conclusions :  le taux de concentration des gaz rares dans le circuit primaire reste en deçà du seuil fixé par l'autorité de sûreté nucléaire chinoise, seuil qui "est cohérent avec ce qui se fait à l'international", indique un porte-parole d'EDF.

Arrêter le réacteur pour stopper l'évolution

En revanche, "l'inétanchéité de la gaine présente un caractère évolutif", pointe un expert d'EDF. Comprendre ici que la concentration des gaz rares dans le circuit primaire continue d'augmenter. "Ce qui nous conduirait à mettre à l'arrêt le réacteur s'il était en France", poursuit ce même ingénieur.

"La décision d'une mise à l'arrêt appartient à l'exploitant TNPJVC", souligne toutefois EDF, qui n'a pas connaissance du calendrier de prise de décision prévu par TNPJVC.

EDF aurait pris cette décision pour trois raisons. D'abord pour stopper l'évolution de la dégradation de la gaine. Ensuite pour pouvoir réaliser des inspections sur les crayons combustibles endommagés afin de mieux comprendre les causes de cette dégradation.

Protéger le personnel

Troisième motif : l'arrêt permettrait de limiter l'activité radiologique et donc, par la suite, de limiter les opérations de décontamination du circuit primaire pour assurer les meilleures conditions de travail du personnel et limiter leur exposition lors du futur arrêt du réacteur. Dans le cadre des procédures classiques, un réacteur de type EPR est arrêté tous les 18 mois environ pour procéder à la recharge du combustible.

Dans le détail, la mise à l'arrêt du réacteur consisterait à stopper son alimentation, le laisser refroidir, puis ouvrir la cuve pour décharger le cœur. Les assemblages combustibles seraient ensuite entreposés dans la piscine de stockage pour procéder à une inspection télévisuelle. Une telle opération engendrerait donc l'arrêt du réacteur pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Est-ce qu'un tel arrêt, non programmé, est envisageable compte tenu des besoins en électricité de la Chine ?

EDF rappelle que la situation n'est "ni accidentelle, ni incidentelle", mais estime qu'il s'agit d'une "situation sérieuse avec un caractère évolutif". Le groupe tricolore dit, en revanche, qu'il est "difficile de se prononcer sur la dynamique", de cette évolution. Les experts d'EDF ne sont ainsi pas en capacité de dire si le seuil de sûreté pourrait être dépassé à terme.

4 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 18
à écrit le 24/07/2021 à 23:35
Signaler
Après l'incident créé par sa maladresse et exploité par les Américains, que cherche exactement EDF? Dégrader un peu plus les relations avec les Chinois?

à écrit le 23/07/2021 à 17:17
Signaler
En effet la France est beaucoup plus précautionneuse , cela fait 20 ans que l'EPR , que ce soit en Normandie ou en Finlande, est à l'arrêt ...

à écrit le 23/07/2021 à 10:52
Signaler
La sensibilité environnementale de là Chine n'est tjrs pas sa priorité. Dc, le principe de précaution est inconnu là bas. A part ça, même si la pollution de l'air, de l'eau,du sol y règne encore en maitre, elle n'a pas connu à ma connaissance, les ca...

à écrit le 23/07/2021 à 10:47
Signaler
La sensibilité environnementale de là Chine n'est tjrs pas sa priorité. Dc, le principe de précaution est inconnu là bas. A part ça, même si la pollution de l'air, de l'eau y règne encore en maitre

à écrit le 23/07/2021 à 10:46
Signaler
La sensibilité environnementale de là Chine n'est tjrs pas sa priorité. Dc, le principe de précaution est inconnu là bas. A part ça, même si la pollution de l'air, de l'eau y règne encore en maitre

à écrit le 23/07/2021 à 9:54
Signaler
Ces unités de production en particulier et le nucléaire industriel sont des systèmes complexes qui exigent une permanence de qualité tant dans l’exploitation que dans la gestion des incidents. La France dispose d'une Autorité de Sureté Nucléaire qui ...

à écrit le 23/07/2021 à 9:19
Signaler
Si la Chine a pris les mêmes précautions pour l'EPR que celles pour la sécurité du labo de Wuhan, nous avons du souci à nous faire.

à écrit le 23/07/2021 à 8:29
Signaler
Les Chinois n'ont pas le principe de précaution. A chacun sa dictature, finalement.

le 23/07/2021 à 8:47
Signaler
Du coup selon votre raisonnement il n y a pas de place entre les deux… ça promet lol vous utilisez le mot dictature sans en connaître le sens prenez un dictionnaire de français pour commencer …

à écrit le 23/07/2021 à 7:48
Signaler
Rassurant...

à écrit le 23/07/2021 à 5:29
Signaler
Pour stopper un EPR encore faudrait-il qu'il fonctionne. Arrogance francaise d'un enarque a n'en pas douter. 3 milliards au debut puis12, plus de dix ans de retard faudrait vous moucher de temps a autre.

le 23/07/2021 à 8:51
Signaler
Comme d hab vos commentaires sont à charge … un peu facile de s expatrier en Corée du Sud et faire des commentaires sur un pays qui ne vous concerne pas - plus. … faites des commentaires sur la Corée du Sud … de toute façon on ne connaît pas l origin...

le 23/07/2021 à 8:52
Signaler
Comme d hab vos commentaires sont à charge … un peu facile de s expatrier en Corée du Sud et faire des commentaires sur un pays qui ne vous concerne pas - plus. … faites des commentaires sur la Corée du Sud … de toute façon on ne connaît pas l origin...

le 23/07/2021 à 8:53
Signaler
Comme d hab vos commentaires sont à charge … un peu facile de s expatrier en Corée du Sud et faire des commentaires sur un pays qui ne vous concerne pas - plus. … faites des commentaires sur la Corée du Sud … de toute façon on ne connaît pas l origin...

le 26/07/2021 à 5:10
Signaler
@ Brehat. J'ai investi des centaines de milliers d'euros en Coree, et vous me dites que je ne suis pas concerne par ma vie ici. Vous etes un plaisantin. Si je vous disais que j'ai un droit de vote partiel aux elections, ca vous parlerait ?

à écrit le 23/07/2021 à 2:38
Signaler
Arreter un EPR qui n'a jamais fonctionne. C'est francais.

à écrit le 22/07/2021 à 21:47
Signaler
Ca c'est ce que EDF dit aujourd'hui, mais la réalité financière prendrait le dessus, si faut minimiser un souci dans l'espoir de décrocher le marché aucun doute qu'EDF dirait rien du tout...

le 23/07/2021 à 16:01
Signaler
+ 1000

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.