Hinkley Point : le contrat entre EDF, Londres et CGN signé jeudi

La décision intervient au lendemain de la confirmation par le conseil d'administration d'EDF sa décision d'investir dans ce projet en acceptant les conditions demandées par Londres. EDF supportera 66,5% de l'investissement et son partenaire chinois CGN les 33,5% restant.

1 mn

Cette signature mettra fin à un feuilleton de près d'un an pour aboutir à la fois à la décision finale d'investissement d'EDF, retardée par des oppositions internes et des inquiétudes sur la situation financière du groupe, et au feu vert britannique.
Cette signature mettra fin à un feuilleton de près d'un an pour aboutir à la fois à la décision finale d'investissement d'EDF, retardée par des oppositions internes et des inquiétudes sur la situation financière du groupe, et au feu vert britannique. (Crédits : © Stephane Mahe / Reuters)

L'épilogue du long feuilleton Hinkley Point se rapproche. EDF, le Royaume Uni et le groupe chinois CGN devraient signer "demain dans la journée" le contrat portant sur a construction de deux réacteurs nucléaires EPR dans le sud-ouest de l'Angleterre. La décision intervient alors que le conseil d'administration d'EDF a confirmé mardi soir sa décision d'investir dans ce projet en acceptant les nouvelles conditions demandées par Londres.

Lire aussi : Hinkley Point ou renouvelables, telle est la question au Royaume-Uni

En donnant son feu vert le 15 septembre, le gouvernement britannique avait notamment demandé à ce qu'EDF s'engage formellement à ne pas céder le contrôle de la société qui va gérer ce projet colossal de 18 milliards de livres (environ 23 milliards d'euros).

De nombreux retards

EDF supportera 66,5% de l'investissement et son partenaire chinois CGN les 33,5% restant pour ce projet qui sera la première construction d'une centrale nucléaire au Royaume-Uni depuis vingt ans.

Cette signature mettra fin à un feuilleton de près d'un an pour aboutir à la fois à la décision finale d'investissement d'EDF, retardée par des oppositions internes et des inquiétudes sur la situation financière du groupe, et au feu vert britannique, qui s'est lui aussi fait attendre, avec la volonté du nouveau gouvernement de Theresa May de se donner du temps avant de donner son accord.

(Avec AFP)

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 29/09/2016 à 10:51
Signaler
Au final il serait bon de connaître la provenance des ressources financières que devra dégager EDF. Certes le lobby nucléaire Français n'a pas dit son dernier mot . Mais ce dernier mot, il est fort à parier que ce sera encore le contribuable França...

à écrit le 28/09/2016 à 9:29
Signaler
Catastrophe annoncée poir Edf....a l heure ou pointe sérieusement la technologie torium sel fondu.....sur la quelle les chinois travaillent d arrache pied Sécurité, simplicité couts divisés par deux ou trois Bref.....l Epr est obsolete avant d avoi...

à écrit le 28/09/2016 à 9:29
Signaler
Catastrophe annoncée poir Edf....a l heure ou pointe sérieusement la technologie torium sel fondu.....sur la quelle les chinois travaillent d arrache pied Sécurité, simplicité couts divisés par deux ou trois Bref.....l Epr est obsolete avant d avoi...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.