Rio Tinto envisage de céder deux filiales françaises

 |   |  251  mots
Plusieurs repreneurs potentiels devraient prochainement visiter le site, dont le français Mersen, spécialiste du graphite.
Plusieurs repreneurs potentiels devraient prochainement visiter le site, dont le français Mersen, spécialiste du graphite. (Crédits : Décideurs en région)
Depuis le rachat du canadien Alcan en 2007, le groupe minier a engagé une restructuration de ses activités en France, avec plusieurs cessions d'actifs. Il se prépare désormais à sortir de sa filiale Carbone Savoie et d'ECL, spécialiste des équipements pour les usines d'aluminium qui emploie aujourd'hui 750 personnes dans le monde.

Le groupe minier anglo-australien Rio Tinto cherche à céder deux de ses filiales françaises, Carbone Savoie et ECL, comptant parmi ses derniers actifs en France, affirme Les Échos dans son édition datée de mardi 9 juin.

Rio Tinto envisage de céder sa filiale au groupe d'ingénierie français Fives, et souhaite "finaliser l'opération dans les prochaines semaines". Des consultations auprès des instances du personnel d'ECL ont été engagées

Ancienne propriété du groupe industriel français Pechiney, basée à Ronchin (Nord) et spécialisée dans les équipements pour les usines d'aluminium, la filiale emploie aujourd'hui 750 personnes dans le monde, selon le site internet de la compagnie.

Des visites d'usine à venir pour Carbone Savoie

L'avenir de l'usine Rio Tinto de Dunkerque, produisant de l'aluminium primaire, serait lui aussi en suspens, alors que le contrat d'électricité qui permettait au site de bénéficier de tarifs avantageux arrive à échéance en octobre 2016.

Le géant anglo-australien a en parallèle mandaté la banque Natixis pour évaluer une sortie de sa filiale Carbone Savoie, spécialisée dans la fabrication des cathodes en carbone et graphite, ajoute le quotidien. Plusieurs repreneurs potentiels devraient prochainement visiter le site, dont le français Mersen, spécialiste du graphite.

Rio Tinto a engagé depuis le rachat du canadien Alcan en 2007 une restructuration de ses activités en France, avec plusieurs cessions d'actifs. Le groupe, qui employait 15.000 personnes, ne compte désormais plus que 2.200 salariés dans l'Hexagone.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/06/2015 à 16:25 :
Rio a le choix : devenir australien l'origine, suisse avec Glencore ou américain avec "Bermudes &Co" ou la joie des paradis fiscaux. Pour aboutir dans cette manoeuvre il faut compenser un peu en vendant quelques filiales propres : c'est la cas pour la française.
a écrit le 09/06/2015 à 10:44 :
Le cas de Rio Tinto qui a vait racheté Alcan qui avait racheté Péchiney est un exemple de ces investissements étrangers en France dont la sarkologie, la Fillonnerie, la Raffarinerie, la Vallserie se vantent à gorge profonde déployée ...

Tous ces investissements étrangers se soldent par les mêms désastres :

- le transfert des technologies et des outils stratégiques de production vers des pays exotiques,
- le transfert des propriétés industrielles brevets, marques, dessins et modèles, dans des paradis fiscaux Luxembourg, Monaco, Iles Caïman, etc etc ..

- et la fermeture progressive des capacités industrielles en France
- et la montée du chômage, de la pauvreté, de la misère, des friches industrielles
- et le déclin

Les énarquies politocardes françaises sont assez stupides, ou complices peut-être ! pour oser venir vanter les investissements étrangers en France et déverser, dans les poches des opportunistes de la voyoucratie financière, des citernes d'argent public avec le CIR CICE etc et tous ces montages d'exonérations fiscales sur le dos des contribuables français.

Le jour viendra ou il ne faudra pas s'étonner de voir la France entrer dans une guerre civile foudroyante, explosive, imprévisible, spontanée, incontrôlable.
Réponse de le 09/06/2015 à 13:16 :
Et oui. La vérité c'est que la France n'est pas un territoire propice aux investissements car c'est un pays égalitariste qui n'a rien compris au monde. Un peuple qui se donne Hollande, Valls etc comme gouvernants peut-il inspirer confiance? Tant pis !
Réponse de le 09/06/2015 à 14:09 :
Et oui. La vérité c'est que la France est un pays bradé par des traitres depuis 15 ans avec une sévère aggravation depuis l'ère Chirac Sarkozy, et leur doublons jumeaux Hollande, Valls.
Réponse de le 09/06/2015 à 16:16 :
Pas du tout, @Margoulinspolitocards, il s'agit de la gestion raisonnable de fin de cycle. Lorsque l'activité ancienne diminue fortement, pour maintenir le plus longtemps possible les emplois, la société est vendue à une "voiture-balai" qui par son envergure est capable d'opérer les choses en douceur. Cela n'aurait pas été possible avec la société d'origine qui se serait placée en faillite... sauf à bénéficier de subventions d'état, ... ce que je suppose vous ne souhaitez pas non plus. Il faut admettre que des activités finissent.
a écrit le 09/06/2015 à 10:18 :
Encore plus de chômeurs à l'horizon ? ou seront ils absorbés dans les rangs du PS ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :