Nouvelles exactions contre un centre minier en Nouvelle-Calédonie

 |   |  364  mots
(Crédits : DR)
Un important site minier de la Société Le Nickel (groupe Eramet) en Nouvelle-Calédonie a été la cible de nombreuses dégradations depuis la fin de l'année 2017.

Un site d'exploitation minière a été victime d'actes de vandalisme en Nouvelle-Calédonie, quelques jours après des faits similaires sur des installations de la Société Le Nickel, a indiqué lundi la direction.

"Ils ont essayé de voler 5 véhicules pick-up et n'y sont pas parvenus alors ils les ont incendiés et ont jeté des pierres dans les fenêtres des bureaux", a indiqué à l'AFP Thibault Martelin, directeur des mines du Groupe Ballande.

Les incidents, qui font l'objet d'une enquête, ont eu lieu dans un centre qui emploie 70 personnes situé à Nakéty, sur la commune de Canala, où se trouvent d'importantes mines de nickel.

"Nous sommes inquiets de la recrudescence des actes de vandalisme. On s'équipe et on fait appel à des vigiles mais ce n'est pas à nous de gérer la sécurité", a-t-il également déclaré, jugeant insuffisantes les mesures prises par les autorités pour lutter contre la délinquance.

Entre le 25 décembre et le 3 janvier, à Thio, à 25 kilomètres au sud de Canala, un centre minier de la Société Le Nickel, filiale du groupe Eramet, a aussi été la cible de nombreuses dégradations.

"La goutte qui a fait déborder le vase"

Vendredi dernier, les agents du Syndicat intercommunal à vocation multiple (SIVM) de cette région ont par ailleurs exercé leur droit de retrait et ils n'interviennent plus dans la tribu kanak de Nakéty.

La décision a été prise après que des gardes-champêtres ont été la cible de jets de pierre et que le véhicule des pompiers a été volé alors qu'ils étaient en train d'éteindre l'incendie d'une voiture volée.

"C'est la goutte qui a fait déborder le vase. Les agents veulent des garanties sur leur sécurité et la mise hors d'état de nuire des auteurs des faits", a déclaré à l'AFP Etienne Tyuienon, directeur du SIVM. Il a précisé que le "travail des gendarmes était compliqué à Nakéty où ils n'interviennent plus de nuit".

Selon des sources concordantes, deux détenus de la prison de Nouméa, en cavale depuis le mois de novembre, pourraient être liés à ces incidents.

(avec l'AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/01/2018 à 23:31 :
"C'est la goutte qui a fait déborder le vase. Les agents veulent des garanties sur leur sécurité et la mise hors d'état de nuire des auteurs des faits", a déclaré à l'AFP Etienne Tyuienon, directeur du SIVM.

Etienne Tyuienon, frère de Gilbert Tyuienon le maire de Canala et vice-président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie...

Mon avis, c'est une instrumentalisation de la délinquance kanak en vue des importantes échéances de 2018.
a écrit le 08/01/2018 à 12:44 :
Et c'est tout ce que l'on a sans rire ?

Si ce centre minier est une cible ce n'est certainement pas par hasard.

Je viens de regarder et je ne vois rien ce qui rend cette information encore plus importante à donner: Pourquoi ce centre minier svp ?
a écrit le 08/01/2018 à 12:12 :
Des agitateurs payés pour faire monter la pression dans les médias avant le référendum ?
Quel ennui, tout ça !...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :