L'Elysée choisit un pur produit Banque de France pour le gendarme de la Bourse

 |   |  568  mots
Emmanuel Macron envisage de nommer Robert Ophèle, actuel sous-gouverneur de la banque centrale française, au poste de président de l'AMF. Le président de l'Assemblée nationale et celui du Sénat sont saisis de ce projet de nomination, a annoncé mardi soir l'Elysée.
Emmanuel Macron envisage de nommer Robert Ophèle, actuel sous-gouverneur de la banque centrale française, au poste de président de l'AMF. Le président de l'Assemblée nationale et celui du Sénat sont saisis de ce projet de nomination, a annoncé mardi soir l'Elysée. (Crédits : Martine Mouchy)
Robert Ophèle, second sous-gouverneur de la Banque de France, est le candidat retenu pour succéder à Gérard Rameix à la tête de l'Autorité des marchés financiers (AMF).

C'est par un court communiqué envoyé tard mardi soir que l'Elysée a officialisé le choix du remplaçant de Gérard Rameix à la tête de l'Autorité des marchés financiers (AMF) : le président Emmanuel Macron a jeté son dévolu sur le second sous-gouverneur de la Banque de France, Robert Ophèle.

« En accord avec le Premier Ministre Édouard Philippe, Emmanuel Macron, président de la République, envisage de nommer Robert Ophèle en qualité de président de l'Autorité des marchés financiers, sur avis du ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire », indique le communiqué de l'Elysée.

Le président de l'Assemblée nationale et celui du Sénat sont saisis de ce projet de nomination auquel la commission compétente de chaque chambre doit donner son aval.

L'exécutif avait décidé de lancer, il y a un mois, une procédure de recrutement ouverte pour ce poste : les candidats pouvaient envoyer directement leur CV à une adresse email dédiée. Et ils furent nombreux : une quarantaine, selon Les Echos, dont l'actuel secrétaire général de l'AMF, Benoît de Juvigny, et son prédécesseur, Thierry Francq, aujourd'hui commissaire général adjoint à l'investissement.

Bon connaisseur de l'AMF

Un panel de personnalités qualifiées, présidé par l'ancien directeur général du Fonds monétaire international (FMI) et gouverneur de la Banque de France, Jacques de Larosière, les a auditionnés, afin d'éclairer le président de la République dans son choix.

Robert Ophèle, 60 ans, connaît bien le gendarme de la Bourse, une autorité publique indépendante employant plus de 480 personnes, avec un budget de 100 millions d'euros : il siège au collège de l'Autorité des marchés financiers depuis janvier 2012. Diplômé de l'Essec, avec une spécialisation en finance, et non de l'ENA comme Gérard Rameix et ses deux prédécesseurs, il a effectué toute sa carrière à la Banque de France, si ce n'est une année, détaché à la Fed américaine. Il est aussi membre de la commission de surveillance de la Caisse des Dépôts et membre du Comité de supervision du mécanisme de supervision unique de la Banque centrale européenne (BCE). C'est lui qui préside bien souvent le conseil de l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), lors des décisions de sanction, par exemple en décembre dernier la suspension de l'agrément de la startup de la Fintech Morning.

S'il n'a pas l'expérience du secteur privé, c'est un gage d'indépendance vis-à-vis des acteurs qu'il va surveiller et réguler. L'un des chantiers prioritaires qui attendent le futur patron de l'AMF a trait à l'attractivité de la place de Paris dans le contexte du Brexit, sujet soutenu par le Premier ministre lui-même.  Un travail déjà engagé depuis un an par Gérard Rameix, avec une procédure accélérée d'agrément (le 2weekticket), avec l'ACPR. Il faudra aussi redonner envie aux PME de venir se coter à la Bourse de Paris : la Commission européenne étudie d'ailleurs les moyens d'alléger les contraintes réglementaires disproportionnées pour les entreprises de taille moyenne cotées. Enfin, il devra surveiller les moindres signaux d'emballement sur les marchés, dix ans après la crise financière mondiale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/07/2017 à 9:44 :
Sans oublier le total du trou des 15,5 milliards d'€uros du Crédit Lyonnais dont on n'entend plus jamais parler:

avec les controles très appliqués de la Commission bancaire de la Banque de France, du Trésor Public, du Ministère des finances, des Commissaires aux Comptes.
a écrit le 13/07/2017 à 10:06 :
Merci pour cet article détaillé. C'est déjà très bien qu'il ne soit pas allé faire un tour dans le privé ça va déjà éviter les compromissions systématiques et c'est énorme.
a écrit le 13/07/2017 à 7:53 :
Et il ne sort pas de l'ENA! Espérons que ce ne sera pas le baladin du mariage de FIGARO! Je n'avais pas connaissance de cet appel à candidature; et vous?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :