LTDE

9e Colloque national éolien : quoi de neuf ?

 |   |  448  mots
(Crédits : Pixabay)
Les 17 et 18 octobre, France énergie éolienne organise la 9e édition de son Colloque national éolien, au parc floral de Paris. L’occasion de faire le point sur les évolutions du secteur à quelques semaines de la présentation des prochaines Programmations pluriannuelles de l’énergie (PPE) par le gouvernement.

Parrainé cette année par le navigateur Yvan Bourgnon, le Colloque national éolien constitue l'événement majeur pour la filière éolienne française. Articulé autour d'ateliers et de cycles de conférences thématiques animées par les décideurs du secteur, il s'agit aussi d'un salon professionnel où plus d'une centaine d'exposants (start-up, grands groupes...) viennent présenter leurs offres et les dernières innovations sur un espace de 6 000 mètres carrés.

Les territoires à l'honneur

En 2018, France énergie éolienne (FEE), l'association de professionnels du secteur qui organise le colloque, a choisi d'orienter les interventions autour de la contribution de cette énergie dans l'écosystème régional. « L'éolien est une énergie décentralisée qui s'implante durablement dans les territoires où elle est présente. Elle créé de l'activité sociale, mais aussi des retombées économiques et fiscales », analyse Pauline Le Bertre, déléguée générale de FEE. En France, en 2016, on estime que le secteur génère près de 16 000 emplois.

Plus étonnant, les parcs éoliens, parfois décriés, suscitent aussi un authentique intérêt touristique. « Certains sites sont des exemples d'intégration dans le paysage. Par exemple, à Saint-Nicolas-des-Biefs, dans l'Allier, les sept éoliennes majoritairement détenues par des particuliers, accueillent régulièrement des événements culturels ou sportifs », souligne Pauline Le Bertre. Installée à 1 000 mètres d'altitude, cette ferme de 14 MW produit l'équivalent de la consommation de 10 000 foyers (hors chauffage et eau chaude).

Lire aussi : Electricité renouvelable : quelles sont les régions les plus dynamiques ?

Permettre une répartition « harmonieuse »

Les récents rapports publiés par l'Agence Internationale de l'Énergie (IAE) montre la place prépondérante de l'éolien, deuxième source d'énergie renouvelable utilisée dans le monde juste derrière l'hydraulique. Disposant du second gisement de vent européen, la France a donc une carte à jouer : « Il y a un fort potentiel à développer dans notre pays, d'autant que les technologies terrestres et marines sont parfaitement complémentaires et permettent de réfléchir à une répartition harmonieuse selon les spécificités de chaque territoire », avance Pauline Le Bertre.

La France n'en reste pas moins derrière ses voisins européens et l'imminence de l'annonce de la Programmation pluriannuelle de l'énergie devrait être dans tous les esprits lors de ces deux journées d'échanges. « Les objectifs du PPE permettent de donner de la visibilité aux acteurs. Ils ont un rôle essentiel pour nous aider à accélérer les temps de développement », conclut la déléguée de FEE. De quoi donner à réfléchir aux 1 500 participants de cette neuvième édition.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :