LTDE

Et si le soleil rechargeait les véhicules électriques ?

 |   |  551  mots
(Crédits : 4th Life Photography - Fotolia.com)
Avec le développement de l'autoconsommation et du parc photovoltaïque, la recharge solaire intelligente pourrait devenir une solution intéressante dans le cadre de l'alimentation des véhicules électriques. Une filière commence à se fédérer.

En janvier dernier, l'Association nationale pour le développement de la mobilité électrique (Avere) et le syndicat des professionnels de l'énergie solaire (Enerplan) ont annoncé un partenariat en vue du développement de la recharge solaire intelligente. Ce premier pas permet d'abord de pallier un manque : « les acteurs du secteur ont tendance à travailler chacun de leur côté. Opérer ensemble nous permet de prendre le sujet dans toutes ses dimensions, légales autant que technologiques, mais aussi d'opérer des synergies », affirme Joseph Beretta, président de l'Avere. Car les enjeux sont vastes, à commencer par celui de la contrainte énergétique que ferait porter l'augmentation du parc automobile électrique et les nécessaires coûts d'adaptation du réseau.

Recharge locale et intelligente

Sur ce point, pour Richard Loyen, délégué général d'Enerplan, la solution ne réside pas forcément dans l'augmentation de la production : « une des questions centrales est celle de la puissance appelée à des moments clés, lorsque les gens rentrent du travail, par exemple, et rechargent alors même que la demande électrique est déjà forte. Avec une production locale et du stockage stationnaire, on peut réduire la contrainte. » C'est là que le solaire entre en jeu. En apportant de la flexibilité et surtout de l'intelligence, les bornes équipées de panneaux photovoltaïques constituent une solution complémentaire.

Cet usage offre aussi une solution intéressante dans le cadre de la transition énergétique. « Plus on tend vers le bâtiment à énergie positive, plus les solutions de stockage deviennent importantes. Or, on peut aussi considérer le véhicule comme une batterie de complément lorsqu'il est connecté au bâtiment via des panneaux photovoltaïques », précise Joseph Beretta. Dans un usage quotidien et sur des trajets courts (travail, supermarché), l'utilisation des électrons solaires prend donc tout son sens.

Du parking à la station-service solaire

Pour se développer, la technologie doit toutefois faire ses preuves. « Il y a un vrai enjeu industriel autour d'une recharge intelligente qui puisse prioriser le solaire sur le réseau, prévoir la consommation et ajuster la production en fonction de paramètres comme la météo », explique Richard Loyen. En France, des projets emblématiques ont déjà vu le jour. Driveco permet de charger huit véhicules sous ses ombrières « Parasol » installées à Bastia et Ajaccio. À Sophia-Antipolis, l'entreprise SAP Labs a installé 500 m² de panneaux photovoltaïques en autoconsommation pour alimenter, notamment, sa flotte de 60 véhicules électriques.

Le partenariat Enerplan/Avere va permettre d'informer sur les bénéfices de cette recharge, mais aussi de mettre en place d'autres démonstrateurs afin de valider le modèle économique. Car, du particulier au tertiaire, les solutions de déploiement ne manquent pas. Les parkings incarnent ainsi une opportunité considérable pour transformer certaines zones en station-service verte, grâce aux ombrières photovoltaïques. La Fédération du commerce belge (Comeos) ne s'y est pas trompée en annonçant qu'elle allait équiper les toits d'une partie des 2 800 centres commerciaux du pays de centrale photovoltaïque afin de couvrir leurs besoins en énergie, mais surtout d'alimenter des bornes de recharge. De quoi nourrir la réflexion de tous les acteurs du secteur en France et en Europe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/05/2019 à 15:14 :
Bagnoles électriques, d'abord beaucoup de recherches fondamentales. Actuellement ces bagnoles de quelque 30000 euros la version de base, 150 km d'autonomie, 12 heures de recharge pour une solution basique et une grosse interrogation pour la durée de la batterie, disons entre 6 et 12 ans pour un prix de remplacement de quelque 10000 euros. Certes demain nous pouvons compter sur un effet d'échelle pour écraser les prix mais il faudrait que nos ingénieurs et architectes énergéticiens nous expliquent le bilan global énergétique de ce moyen dans une perspective d'utilisation de masse ainsi que les véritables contraintes et bénéfices attendus..Actuellement nous nageons en plein fantasmes.
a écrit le 12/05/2019 à 21:30 :
Charger les véhicules de jour quand y a du soleil ça éviterait les appels de courant le soir (Lapalisse). Tout est à inventer, les Heures Creuses le jour à cause de l'énergie abondante mais Heures Pleines avec prix élevés la nuit, un renversement des 'habitudes'.
a écrit le 08/05/2019 à 3:34 :
Si les panneaux solaires étaient fabriqués ici ça serait encore mieux
Réponse de le 18/05/2019 à 15:41 :
Oui ils peuvent l'etre, il y a plusieurs boites francaises que je ne peux citer sous peine de me faire censurer, renseignez-vous.
a écrit le 07/05/2019 à 9:01 :
....concevoir des carrosseries "capteurs solaires " !
Réponse de le 12/05/2019 à 21:27 :
Une voiture sous un panneau solaire est à l'ombre, en plein soleil il faudrait mettre la clim pour rouler.
Il faudrait faire lez calcul de la surface utile (toit et les portes verticales (pas toujours face au soleil)) vs la puissance utile. Souvent c'est un complément ou pour faire "style" solaire (montrer qu'elle est électrique).
A Corte (Corse) y a des panneaux sur la parking de GeantCas**, ombre pour les clients se garant dessous et énergie électrique produite, double avantage.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :