LTDE

Rénovation énergétique : des aides encore peu connues

 |   |  741  mots
(Crédits : Pixabay)
Seul le quart des travaux entrepris par les ménages possédant une maison individuelle a eu un impact sur son efficacité énergétique, selon une étude de l’Ademe. Le manque d’information sur les dispositifs d’accompagnement et d’aides financières est montré du doigt.

L'étude Tremi (pour « travaux de rénovation énergétique des maisons individuelles*) a été menée auprès de 29 253 ménages résidant dans des maisons individuelles en France continentale. Elle concerne ceux qui ont achevé en 2006 des travaux entamés entre 2014 et 2016. Le tout dans le contexte, rappelle l'Ademe, d'une rénovation énergétique des bâtiments perçus comme « une des priorités annoncées par le ministère de la Transition écologique et solidaire qui vise (...) une éradication des passoires énergétiques d'ici 2025 et un parc de logements au niveau BBC à l'horizon 2025 ».

Résultat : 5,1 millions de ménages ont mené des travaux sur la période étudiée (pour un coût moyen de 11 750 euros). « La principale motivation des ménages est le confort offert grâce aux travaux de rénovation, pour avoir plus chaud (ou plus frais l'été), pour être plus au calme, pour réguler le taux d'humidité dans le logement ou simplement pour l'embellir », précise l'Ademe. La réduction de la facture énergétique est le deuxième facteur de motivation.

Si, finalement, les ménages s'avèrent satisfaits des travaux effectués (83% estiment que les rénovations ont amélioré le confort thermique de leur logement), seules 25% des rénovations auraient eu un impact énergétique « significatif » (un gain d'une classe énergétique, selon l'Ademe), pour 5% avec un impact « important » (saut de deux classes ou plus).

C'est peu, très peu, et l'Agence pointe un « décalage » qui montre « que la perception des ménages en termes de niveau de performance d'un logement économe n'est pas à la mesure du niveau bien plus ambitieux à atteindre pour réaliser la transition énergétique ». Pas moins de 27% des ménages ayant fait ces travaux (principalement l'isolation des ouvertures, de la toiture et des murs) estiment en effet qu'ils ont permis « de finaliser leur rénovation énergétique »...

Pour explication, l'Ademe avance le fait que les ménages n'ont pas encore suffisamment le réflexe de s'informer auprès des acteurs susceptibles de les accompagner dans leurs travaux de rénovation. Seuls 60% des ménages étudiés ont ainsi bénéficié d'aides financières.

78% des Français incapables de citer une aide à la rénovation énergétique

C'est justement sur ce manque d'information que s'est penché le sondage OpinionWay pour Monexpert-renovation-energie.fr, publié quelques jours plus tard, début novembre. Ce baromètre « Les Français et la rénovation énergétique » montre que méconnaissent les aides accessibles pour ce type de travaux.

Un chiffre résume à lui seul cet état de fait : 78% des Français ne sont pas en mesure de citer une aide financière permettant de réaliser des travaux de rénovation énergétique ! Près de deux Français sur trois, dans le même temps, sous-estiment la prise en charge de l'Etat pour des travaux d'isolation (qui est de l'ordre de 31 à 40% en réalité, ce que 3% de la population déclare savoir).

Lorsqu'on demande aux Français ce qu'il manque aux particuliers dont le logement doit être rénové d'un point de vue énergétique (23 millions tout de même) pour entamer les travaux, la première réponse qu'ils donnent, à 43% est... « une meilleure information sur les aides publiques »...

Quoiqu'il en soit, si 61% des Français déclarent avoir déjà effectué l'un de ces travaux (changer les fenêtres, isoler les combles...), 43% envisagent d'en faire au moins un à terme (budget moyen envisagé : 1 758 euros). L'envie est là, c'est déjà ça.

---

*Enquête menée dans la lignée de l'observatoire OPEN, avec une méthodologie et un périmètre d'observation différents pour se concentrer uniquement sur les travaux achevés en 2016 et lancés entre 2014 et 2016 dans les maisons individuelles. Ces changements ont été réalisés en vue de contribuer au futur Observatoire National de la Rénovation Energétique, prévu dans l'action n°2 du Plan Rénovation Energétique.

**Echantillon de 2098 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. L'échantillon a été constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d'âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d'agglomération et de région de résidence.

L'échantillon a été interrogé par questionnaire auto-administré en ligne sur système CAWI (Computer Assisted Web Interview). Les interviews ont été réalisées du 15 au 19 octobre 2018.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :