LTDE

Territoires à énergie positive : où en est-on ?

 |   |  447  mots
(Crédits : Pixabay)
Les 8es Rencontres nationales Tepos se tiendront du 26 au 29 septembre en Savoie. L’occasion pour de nombreux élus, professionnels du secteur de l’énergie, chefs d’entreprise et acteurs du monde agricole d’échanger autour de la transition énergétique. Les territoires à énergie positive feront partie des thématiques essentielles abordées lors de ces rencontres.

Partout en France, les territoires à énergie positive (Tepos, réseau animé par le Cler) ont pour but de favoriser l'usage des énergies renouvelables et de faire une plus grande place à la nature. Les transports, la construction, l'éducation et les loisirs font partie des thématiques concernées par les engagements des territoires à énergie positive.

Parmi les différents axes de ces territoires, on peut notamment citer :

  • une réduction de la consommation d'énergie ;
  • une diminution de la pollution ;
  • le développement des énergies renouvelables ;
  • la préservation de la biodiversité ;
  • la réduction des déchets et la lutte contre le gaspillage ;
  • la promotion du développement durable...

Les territoires à énergie positive en chiffres

Lancé par une douzaine de membres en 2010, le réseau Tepos en compte aujourd'hui plus de cent. Il s'agit pour majorité de collectivités territoriales : on va alors de la commune aux Parcs naturels régionaux en passant par l'agglomération ou la communauté de communes. Le reste du réseau est constitué de structures de soutien au territoire (cabinets de conseils, syndicats d'énergie, porteurs de projets sur les énergies renouvelables, associations qui viennent en appui des territoires...).

S'il est délicat de donner des chiffres globaux sur l'ensemble du réseau (chaque territoire menant sa « comptabilité » des actions entreprises), sa réussite peut se mesurer au travers de quelques exemples :

  • du côté de Loos-en-Gohelle (Pas-de-Calais), qui compte 6 500 habitants, 350 emplois ont été créés en dix ans autour des éco-activités ;
  • dans la communauté de communes du Thouarsais, dans les Deux-Sèvres (37 000 habitants environ), 24 millions d'euros de chiffre d'affaires sont restés dans l'économie du territoire grâce aux énergies renouvelables ;
  • dans le canton de Fruges (Pas-de-Calais), les taxes issues des éoliennes ont permis de dégager quelque 25 millions d'euros, lesquels ont servi à financer des projets locaux (construction d'une crèche, d'une salle polyvalente...)

Volonté politique, financements et ressources humaines

Le Tepos a été repris dans l'article premier de la loi de Transition énergétique pour une croissance verte, en 2015. On recense aujourd'hui dix-huit territoires, de l'Ile d'Oléron à la Lorraine, de la Bretagne aux Monts du Lyonnais, qui se sont engagés politiquement vers le 100% renouvelable.

Parce que, selon le Cler, « on imagine difficilement aujourd'hui, une transition énergétique autre que ancrée dans les territoires », de plus en plus d'entre eux tentent de comprendre comment ils pourraient couvrir leurs besoins en énergie avec les énergies renouvelables.

Clés de la réussite : une volonté politique locale, des financements adaptés et les ressources humaines nécessaires (ingénieurs et techniciens notamment). Objectif du Cler : entretenir la dynamique du réseau et inciter les territoires à progresser ensemble.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :