Consommation : les tops et les flops d'un printemps pourri

 |   |  609  mots
(Crédits : landmann)
Le beau temps est revenu... mais ne fait pas complètement oublier un printemps 2012 quasi-hivernal ! La météo jouant à plein sur la consommation, le secteur de la restauration mais aussi les ventes de boissons fraiches, de produits solaires, de glaces ou de bières ont souffert ... tandis que les ventes de raclette s'envolaient !

Après un printemps hivernal, les températures sont enfin de saison. Il fait chaud à Paris, les terrasses sont noires de monde, et les restaurateurs, comme le glacier, ont à nouveau le sourire jusqu'aux oreilles. Il faut dire que depuis mi-avril, la France et l'Europe en général, ont traversé un épisode froid et particulièrement humide qui contraste avec un printemps 2011 exceptionnel, le plus chaud depuis 1900.  De la pluie, du froid, du vent... qui ont certes alimenté les discussions de comptoirs, mais surtout plombé les ventes de boissons fraîches, glaces et sorbets et autres produits traditionnellement estivaux.

Des produits "météo-sensibles"

D'ailleurs selon Metnext, une agence spécialisée dans la météo-sensibilité, il est déjà trop tard pour rattraper les performances de 2011. "Les effets négatifs sur les ventes de produits "météo-sensibles" sont significatifs", souligne l'agence Metnext. En effet, entre mars et mai, les ventes de produits solaires ont ainsi chuté de 37%, les glaces et sorbets accusent une chute de 20% et les insecticides de 18%. Les nettoyants pour vitres ont reculé de 5% tandis que les ventes de boissons gazeuses et eaux plates accusent également un repli de 7%. Quant à la bière, dont la consommation est également très sensible à la météo, les Brasseurs de France ont annoncé "un recul de la consommation en 2011, amplifié par un printemps 2012 très pluvieux et très froid".

Les ventes de saucisses en berne

Mais plus encore que les glaces ou les boissons fraîches, ce sont les restaurateurs qui ont le plus souffert du temps maussade. Les terrasses sont restées désespérément vides depuis le début de l 'année, contrastant avec un printemps 2011 particulièrement chaud. Résultat, certains restaurateurs qui possèdent des terrasses dans des zones touristiques ont vu leur chiffre d'affaires fondre de près de 50% notamment en raison des conditions météorologiques particulièrement médiocres lors des vacances de Pâques et durant les ponts du mois de mai.

Et que penser du passe-temps favori des français en période estivale à savoir, les incontournables barbecues qui se font très rares depuis le début du printemps ? Selon, Climpact, autre agence spécialisée dans la météo-sensibilité, les ventes de saucisses ont reculé de 10% tandis que les ventes de brochettes de viandes ont chuté de 15% par rapport à la même époque l'année dernière.

Razzia sur la raclette

Le secteur de l'habillement a lui aussi été particulièrement touché par le mauvais temps. Les multinationales telles que Inditex ou H&M peuvent compter sur le dynamisme des pays émergents pour compenser la faiblesse des ventes, mais ce n'est pas le cas des petites boutiques de quartier. Heureusement pour le secteur, avec le retour de conditions météorologiques estivales, le lancement des soldes le mercredi 27 juin dernier devrait permettre aux enseignes de textile d'écouler leurs stocks. Les chaussures ouvertes, maillots de bain et les robes figureront en priorité sur la liste des fashion victim.

Les consommateurs ont donc modifié leur comportement pour s'adapter au mauvais temps, si bien que d'autres secteurs en ont logiquement profité. Les ventes de fromages à consommer chaud comme la fondue et la raclette ont bondi de 30% en mai 2012 par rapport à un an plus tôt, d'après Climpact, autre agence spécialisée dans la météo sensibilité. Plus étonnant, les ventes de soupes et de potages se sont envolées de 19% alors que les ventes de gaspacho, une soupe froide très populaire en Espagne a chuté de 12% par rapport à l'année dernière. 

 Plus d'actualité Bourse sur MonFinancier.com

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :