Vivarte se déleste du chausseur André

 |   |  218  mots
Alors que Vivarte est en pleine restructuration, les syndicats s'attendent à quelque 2.000 suppressions de postes.
Alors que Vivarte est en pleine restructuration, les syndicats s'attendent à quelque 2.000 suppressions de postes. (Crédits : Reuters/Charles Platiau)
L'enseigne, qui compte 786 salariés, devrait être reprise dans les prochains jours. Cette cession est le premier pas de Vivarte dans son mouvement de restructuration.

Comme attendu et redouté par les syndicats et les salariés, le groupe d'habillement et de chaussures Vivarte va se séparer de plusieurs enseignes. Premier sur la liste, le chausseur André, a annoncé mardi le groupe lors d'un comité central d'entreprise (CCE) extraordinaire. L'enseigne, qui compte 135 magasins et 786 salariés, sera mise en vente dès mercredi et un repreneur, dont le nom n'a pas été précisé aux représentants des salarié, a été trouvé.

Volte-face en quelques jours

Un retournement de situation en quelque jours puisque, début janvier, Vivarte avait assuré aux syndicats s'inquiétant de l'avenir d'André depuis l'annonce de la cession de 55 magasins en septembre, que l'enseigne ne serait pas vendue. Mais lundi, en comité de groupe, le nouveau Pdg, Patrick Puy, avait fini par concéder que la cession d'André était "probable".

Lors de cette réunion de lundi, Vivarte a annoncé le lancement de deux plans sociaux à la Halle aux chaussures et chez Vivarte services, la filiale fonctions support du groupe, sans donner de précisions chiffrées - les syndicats s'attendent à quelque 2.000 suppressions de postes -, ainsi que la cession de "certaines enseignes", sans préciser lesquelles. Des réponses devraient être apportées dans la journée à l'occasion de CCE extraordinaires dans plusieurs enseignes du groupe.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :