Louer plutôt qu'acheter : astucieux, économe et bon pour la planète

 |   |  1912  mots
Propulsé par l'essor du Net, le modèle de l'abonnement touche la plupart des secteurs : musique, vêtements, cinéma, transports...
Propulsé par l'essor du Net, le modèle de l'abonnement touche la plupart des secteurs : musique, vêtements, cinéma, transports... (Crédits : Sipa)
VU DE LA SILICON VALLEY. En plein boom aux États-Unis, l'abonnement remplace l'acquisition d'un produit par un service à long terme, moins dépensier en ressources que le modèle propriétaire dominant. Un véritable changement de paradigme économique.

En février dernier, la marque de vêtements American Eagle a annoncé le lancement d'une offre baptisée « style drop ». Moyennant 50 dollars mensuels, elle permet aux clients américains de détenir jusqu'à trois vêtements différents de la marque à la fois, qu'ils peuvent échanger à tout moment contre d'autres pièces. Si l'offre a de quoi surprendre, elle est loin d'être un cas isolé aux États-Unis. Des marques comme Stitch Fix ou Trunk Club proposent à leurs abonnés de recevoir régulièrement un panel de vêtements sélectionnés correspondant à leurs préférences. Ils peuvent ensuite conserver ceux qui leur plaisent et renvoyer les autres.

La tendance, née aux États-Unis, commence à s'exporter en Europe. La marque hollandaise Mud Jeans propose à ses clients de louer jusqu'à trois jeans à la fois, moyennant un prélèvement mensuel. Ils peuvent ensuite troquer gratuitement leur jean usé contre un neuf. Ikea teste également un service d'abonnement en Suisse, qui permet de louer des meubles. En France, on peut s'abonner pour recevoir chaque semaine des chemises neuves, des légumes ou des fruits de saison.

Jadis cantonné à quelques domaines, comme la presse ou les télécoms, le modèle de...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/04/2019 à 9:37 :
Adapté surtout à des consommateurs qui voient leur pouvoir d'achat sans cesse se réduire d'abord et avant tout.

Maintenant, 200 euros par mois pour une Twizy les gars ça fait vraiment pas envie hein... Le but n'est pas de nous prendre encore plus pour des crétins que quand on achetait.

La marge bénéficiaire de l'actionnaire est en train de tout anéantir.
a écrit le 16/04/2019 à 10:43 :
vu que quand vous louez une voiture, en 4 ans vous avez paye le prix d'une voiture que vous n'avez pas, il vous faudra un salaire 3 fois superieur pour pouvoir louer
sur le papier c'est ideal, quand on regarde les chiffres, c'est autre chose
a écrit le 16/04/2019 à 9:57 :
Périodiquement on nous relance sur ce sujet, mais rien n'est fait pour diminuer la consommation!
a écrit le 16/04/2019 à 8:47 :
Les modèles chinois de vélos en libre service ont montré tout le paradoxe de la démarche. Il est certain que la notion de propriété dans la mobilité est amenée à disparaitre mais cela doit être réalisé selon un modèle qui empêche la dégradation accélérée des matériels. Et cela imposera deux conditions: maintenance des matériels et règlementation des parkings. Le modèle smoovengo est en cela un bon modèle, si tant est qu'il tienne dans la durée.
a écrit le 16/04/2019 à 7:47 :
Pas sur que ce soit aussi econome que cela. Il y a une vingtaine d années les crazy george's c'etait pour soutirer des sous aux pauvres, là c'est pour faire raquer les riches, alors c'est plus convenable. Avec plusieurs abonnements a 50 dollars par mois, ça va être dur de suivre, la note sera vite salée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :